Bio Alliance : chiffre d’affaires de 2,6 ME sur le premier trimestre

0
139

BioAlliance Pharma SA, ‘specialty pharma’ dédiée aux infections opportunistes, au cancer et au SIDA, annonce aujourd’hui un chiffre d’affaires consolidé pour le premier trimestre 2009 de 2,6 ME.

Les ventes de Loramyc représentent 0,4 ME, reflétant une dynamique commerciale soutenue. Près de 7.000 patients ont été traités sur le trimestre contre 2.200 au premier trimestre 2008.

‘Le début de l’année 2009 est très positif pour notre premier produit’ déclare Dominique Costantini, Président du Directoire de BioAlliance Pharma. ‘L’adoption croissante de Loramyc comme traitement de choix des candidoses oropharyngées par les spécialistes hospitaliers se confirme de mois en mois. C’est une donnée importante alors que nous poursuivons nos discussions avec des partenaires potentiels pour l’Europe dans le domaine des soins d’accompagnement en oncologie’.

Le chiffre d’affaires provenant des accords et licences représente 2,2 ME sur le premier trimestre 2009, contre 3,7 ME sur la même période de l’année précédente. Cette variation est due à l’échelonnement des paiements reçus non récurrents. En particulier, un montant résiduel de 1,2 ME relatif à l’accord SpeBio a été comptabilisé sur le premier trimestre 2009, en conséquence de la reprise par BioAlliance Pharma de ses droits sur le Loramyc en Europe.

La trésorerie se monte à 27 ME au 31 mars 2009. Ce montant intègre le remboursement des crédits d’impôt recherche sur la période 2004-2007, soit 2,4 ME. Un montant complémentaire de 2,2 ME correspondant au crédit d’impôt recherche 2008 a été reçu en avril 2009.
Deux éléments clés vont renforcer la trésorerie :
– des paiements d’étapes dans le cadre de contrats de partenariat déjà signés pour Loramyc aux Etats-Unis et en Asie sont attendus sur la période 2009-2010 à hauteur de 21,5 Millions de Dollars ;
– au cours du premier trimestre 2009, BioAlliance Pharma a obtenu une subvention d’OSEO pour un montant de 6,4 ME, qui contribuera dès 2009 au financement de programmes prometteurs dans le domaine des cancers invasifs, AMEPTM et Zyxine.

La société dispose donc d’une trésorerie suffisante avec une visibilité attendue de deux ans. Cette projection n’inclut pas de possibles accords de commercialisation, tant pour Loramyc que pour d’autres produits du portefeuille.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here