La blockchain va-t-elle détruire ou révolutionner le système bancaire ?

0
1992
La blockchain et les banques

Alors que les banques devaient lutter contre la baisse des taux d’intérêt et les innovations des fintechs, elles doivent désormais faire face à la technologie blockchain et ses impacts sur notre système économique, monétaire et financier. 

En effet, de nombreuses entreprises du secteur financier utilisent désormais la technologie blockchain pour réinventer le monde de la finance. Elles développent de nouvelles applications qui entrent en concurrence directe avec certaines solutions déjà proposées par les banques traditionnelles. 

Serait-ce donc la fin des banques ? 

Alors qu’il est commun de penser que la blockchain est une alternative au système bancaire traditionnel, elle pourrait au contraire être considérée comme un nouvel outil à exploiter dans le but de transformer le risque que représente la blockchain pour les banques en opportunité. 

Comprendre la technologie blockchain

Alors que la blockchain s’est démocratisée avec la publication du livre blanc du Bitcoin écrit par Satoshi Nakamoto et publié en 2008, la technologie de la blockchain est bien plus ancienne. 

Elle repose en effet sur de nombreuses années de travail et de recherche en économie, finance, informatique et cryptographie. 

Pour définir la blockchain, partons de l’explication de Blockchain France.  

La blockchain représente « une technologie de stockage et de transmission d’informations transparente, sécurisée et fonctionnant sans organe central de contrôle ». 

La blockchain, ou chaîne de blocs en français, fonctionne donc comme un grand livre de compte numérique regroupant toutes les transactions effectuées sans passer par un tiers de confiance 

Il est ouvert à tous (dans le cas d’une blockchain publique), distribué, décentralisé et immuable.  

La blockchain fonctionne grâce à de nombreux ordinateurs qui valident les transactions, sécurisent et maintiennent le réseau. Ces participants au réseau sont appelés les mineurs. 

La blockchain peut donc être comparée à une feuille Excel avec l’ensemble des transactions inscrites par ordre chronologique et contenant un ensemble de données (émetteurs, destinataires, types d’actifs échangés, pour quels montants, dates et heures, etc.) qui ne peuvent ni être modifiées ni annulées. 

Pour résumer, l’objectif de la blockchain est de sécuriser les transactions faites sur le réseau de manière décentralisée et de les rendre plus transparentes. 

C’est pour ces raisons que le système bancaire doit s’intéresser à la blockchain pour ne pas être distancé. 

L’impact de la blockchain dans les institutions financières

Anne-Sophie Luçon, Practice Manager chez Michael Page, explique que « la blockchain bouscule les codes du secteur bancaire et révolutionne la façon d’échanger et de protéger les échanges. Elle permet d’assurer la sécurité des données lors des transactions et paiements entre différents utilisateurs ». 

Dans un premier temps, il est important pour les institutions financières d’étudier cette technologie et de la tester. Ainsi, elles pourront déterminer des leviers de développement importants pour mieux appréhender sa véritable utilité. 

L’un des axes de développement le plus reconnu par les banques est l’utilisation de la blockchain dans le domaine des paiements 

Il se trouve que de nombreuses études montrent que cette technologie permettrait de rendre les paiements plus sûrs, plus transparents et plus rapides – sans parler de l’importante diminution des frais 

Une étude réalisée par la banque Santander montre que l’utilisation de la technologie de la blockchain pourrait permettre de faire une économie de 15 à 20 milliards de dollars par an d’ici 2022 pour le secteur, notamment grâce à la réduction des « coûts d’infrastructures liés aux paiement internationaux, au trading et à la mise en conformité » 

Sur le long-terme, l’étude, le teste et l’utilisation de la blockchain pourrait donc s’appliquer à des domaines qui vont bien au-delà des paiements.  

Elle pourrait par exemple s’appliquer à : 

  • La sécurisation des données sensibles, 
  • L’amélioration du respect de l’identification et de la connaissance du client (KYC) avec la création d’une identité numérique, 
  • La diminution du nombre d’intermédiaires dans tous types d’échanges,  
  • L’amélioration de l’application et du suivi des clauses juridiques des contrats avec les « smart contracts » ou contrats intelligents, 
  • L’optimisation de l’administratif avec l’automatisation de certaines tâches, 
  • La réduction des erreurs et de la fraude,
  • Etc. 

La blockchain va-t-elle donc détruire ou révolutionner le système bancaire ?

La blockchain est sans conteste une révolution technologique qui pourrait avoir un important impact sur les métiers de la banque et de l’assurance en fonction de la façon dont elle va être intégrée dans ce secteur d’activité. 

Plus encore, la blockchain va certainement modifier en profondeur la relation entre les clients et les banques, assureurs et autres institutions financière, qui veulent faire de cette technologie un allié et non un obstacle.  

Alors qu’elles travaillent dur pour l’étudier, la comprendre et la testerla technologie blockchain pourrait permettre : 

  • D’utiliser un registre distribué privé immuable entre des utilisateurs spécifiques, 
  • Des transactions plus transparentes, plus sûresplus rapides et moins chères, 
  • Une amélioration non négligeable du processus et de la protection des paiements et des transferts, 
  • De faciliter et d’automatiser le travail de compliance, d’audit et de reporting, 
  • D’obtenir des processus optimisés avec une meilleure identité numérique (respect des procédures de KYC), une meilleure autonomisation des procédés et des échanges, une réduction des fraudes, 
  • Une économie des coûts.
     

L’étude de la blockchain permettra également d’anticiper au mieux l’impact de cette nouvelle technologie sur les métiers du secteur financier, notamment dans les services des paiements, des transferts de fonds, du financement commercial ou encore du marché des changes 

« Il est encore difficile aujourd’hui de déceler les perspectives de recrutement liées à la blockchain. Néanmoins, son impact sur la structure même des banques est indéniable » souligne Anne-Sophie Luçon.  

L’intégration de la blockchain dans le secteur financier devrait donc permettre d’optimiser les processus, l’exécution et la rentabilité des acteurs en façonnant de nouveaux services financiers qui s’appuient sur sa technologie (micro-crédit, micro-paiements, transactions quasi sans frais, etc.).  

Ainsi, la blockchain devrait davantage révolutionner le secteur bancaire que le détruire. 

Malgré les avancées incontestables, n’oublions pas que cette technologie reste encore à l’état embryonnaire. Elle doit toujours faire face à de nombreux challenges techniques, réglementaires et de sécurité ce qui ralentit considérablement son développement.  

 

 

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here