Devises : l’Euro rechute

0
235

Inversion de tendance brutale pour l’Euro ! La devise européenne est retombée ce matin en Asie sous les 1,36$ à 1,3555$, en baisse de 0,3% par rapport à hier soir à New York, et en recul de 1,2% depuis mercredi soir. A l’origine de cette rechute, on retrouve une combinaison de facteurs, à commencer par la publication de bons chiffres hebdomadaires de l’emploi américains, qui ont fait bondir hier le Dollar… Par ailleurs, en Europe, la crise de la dette publique de certains pays a refait surface, avec une flambée des taux du Portugal, le pays le plus fragile de la zone Euro. Les rendements des emprunts d’Etat portugais à 10 ans ont atteint hier 7,63%, un nouveau record, sur fond de rumeurs d’un plan d’aide européen au pays. Face à cette nouvelle poussée de fièvre, la BCE a dû intervenir sur le marché en achetant des obligations d’Etat portugaises, ont signalé certains opérateurs de marché…

Enfin, l’apparition d’incertitudes sur la succession de Jean-Claude Trichet à la tête de la BCE, en octobre prochain, ont encore un peu plus déstabilisé les investisseurs. Ainsi, Axel Weber, le président de la Bundesbank, a en effet provoqué de gros remous, avec des rumeurs (qu’il a refusé de confirmer) selon lesquelles il ne serait plus candidat à la présidence de la BCE … L’arrivée de M. Weber à la tête de la banque centrale européenne semblait pourtant quasi-acquise jusqu’ici. Mais, ces dernières semaines, son attitude intransigeante, et son opposition affichée au rachat d’obligations d’Etat par la BCE pour soutenir les pays en difficulté, lui ont valu d’être vivement critiqué dans plusieurs pays européens.

Selon Le ‘Financial Times’ du jour, la chancelière allemande Angela Merkel a convoqué Axel Weber aujourd’hui, et aurait l’intention de le pousser à démissionner au plus vite de la présidence de la Bundesbank afin de lui trouver un successeur.

La personnalité du prochain président de la BCE sera un élément crucial, dans un contexte où les dirigeants européens peinent à s’accorder sur un “pacte de compétitivité” visant à stabiliser l’Euro à long terme et à accélérer la convergence fiscale entre les pays de la zone Euro. Si aucune personnalité ne parvenait à recueillir l’unanimité, certaines sources évoquent déjà une prolongation du mandat de Jean-Claude Trichet, dont la gestion de la crise a été jusqu’ici saluée par tous les membres de l’Union. Il pourrait rester en poste pendant une année ou deux, le temps de conclure l’épisode douloureux de la crise de la dette européenne…

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here