Hausse des frais bancaires en 2017

0
2472
Frais bancaires

Les banques n’en finissent pas d’augmenter leurs frais. Pour 2017, la facture sera très salée pour le client. L’étude Panorabanque effectuée pour le Parisien, et publiée le 3 janvier dernier, le confirme. Il en ressort que les frais bancaires annuels atteindront 193,80 euros, soit une progression de « 1,7% sur un an et de 4,2% sur deux ans ».

9 banques sur 10 augmenteront leurs tarifs cette année.

Frais de tenue de compte

La tenue de compte fait partie des principales opérations à l’origine de cette hausse. Alors que ces frais étaient de 18,10 euros en 2016, ils gagneront 11% cette année. Bien évidemment, tout usager de la banque a le droit de se demander à quoi correspondent ces frais, surtout que la tenue de compte est un droit basique. Selon BNP-Paribas, ils « comprennent principalement la comptabilisation des paiements et encaissements, la surveillance quotidienne des comptes, la sécurisation des opérations et la protection des données personnelles ». Autrement dit, la banque vous fait payer un service qui relève de votre droit au compte, considéré d’ailleurs comme droit universel par l’Union Européenne.

D’autres opérations proposées par votre banque peuvent favoriser l’augmentation de votre facture bancaire :

Carte à débit immédiat

C’est le cas de la carte à débit immédiat. Selon l’étude de Panorabanque, celle-ci va peser lourd, avec une augmentation de 2%.

Retraits au distributeur d’une banque concurrente

Les retraits au distributeur d’une banque concurrente vous coûteront aussi plus chers. Et pour cause, 33 établissements bancaires ont décidé d’augmenter leurs tarifs relatifs aux retraits déplacés.

Frais relatifs aux incidents de paiement

Mais, les opérations qui coûteront le plus sont celles liées aux incidents de paiement. Une fois que vous payez avec un chèque sans provision ou que vous effectuez une opération à découvert, votre banque prélève des commissions d’intervention en plus des agios qui peuvent alourdir le montant de votre facture bancaire annuelle.

Ce qui est paradoxal dans cette situation, c’est que ces tarifs pénalisent les clients qui ont du mal à arrondir leurs fins de mois. Les clients aisés bénéficieront, comme on pouvait s’y attendre, de tarifs bien plus généreux.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here