Immobilier : 2008 marque un coup d’arrêt à l’inflation galopante des prix

0
424

Les prix dans l’immobilier ancien ont poursuivi leur décrue en décembre, dans des proportions importantes, selon l’indicateur mis en place par la Fédération Nationale de l’Immobilier (FNAIM). La variation mensuelle par rapport à novembre atteint -4,1%, dont -4,3% pour les appartements et -3,8% pour les maisons. Sur 3 mois, le reflux global atteint 6,5%. Sur l’ensemble de l’année 2008, les prix ont baissé de 3,1% dans l’ensemble, dont -4,9% pour les maisons et -1,2% pour les appartements.

“Cette orientation à la baisse des prix, confirmée au cours du 1er semestre 2008 au terme de hausses et de baisses alternées depuis le 3ème trimestre 2007, n’aura été que plus franche au cours des six derniers mois”, explique l’organisation, qui ajoute “Après s’être inscrits en recul de -2,9% au cours du 3ème trimestre 2008, les prix des logements anciens ont en effet connu une nouvelle baisse de -6,5% au cours du seul quatrième trimestre et atteint un niveau de près de 10% inférieur à celui observé il y a un an, au 4ème trimestre 2007”. Ces baisses de prix sont les premières après une croissance ininterrompue de 10 ans.

“Dans un marché immobilier désormais résolument baissier, face au resserrement et à la cherté relative du crédit, alors que les conditions économiques générales apparaissent comme peu rassurantes, les Français manifestent un attentisme tous azimuts. Ils attendent une baisse significative des taux de crédit, une baisse marquée des prix, et ils sont réticents à s’engager sur le long terme, dans un univers tourmenté et peu prévisible à leurs yeux. Au demeurant, si l’immobilier se présente à nouveau comme une valeur refuge à la faveur de la chute des supports mobiliers, la dépréciation de l’épargne en action crée aussi un appauvrissement ou un sentiment l’appauvrissement qui pénalise les intentions d’achat”, analyse par ailleurs la FNAIM dans sa lettre de conjoncture trimestrielle.

La FNAIM a calculé que la baisse des prix a cependant permis de restaurer la solvabilité des ménages, qui ressort en hausse de 2,1% sur un an. L’indice dédié a ainsi repassé le cap des 95 points, alors qu’il était sous ce seuil depuis 2004.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here