Investissement : 10 conseils pour placer 10 000 euros

0
146
Plants

Avec 10 000 euros, le champ des possibles commence à être assez large pour investir. Voici ici, 10 conseils pour placer au mieux 10 000 euros, entre produits proposés et éléments d’une stratégie gagnante à long terme. Des conseils qui seront évidemment à adapter en fonction de plusieurs éléments : votre degré d’aversion au risque, l’horizon de placement ou encore le besoin de disponibilité rapide des fonds.

Conseil 1 : Investir dans l’immobilier

Conseil 1 : Investir dans l'immobilier Avec une mise de départ de 10 000 euros, il va être compliqué d’investir dans la pierre. Il faudra alors se tourner vers des produits comme la pierre-papier, via les SCPI ou encore les fonds d’investissement et de placement spécialisés dans l’immobilier.

D’autres méthodes sont aussi accessibles pour investir des petites sommes dans l’immobilier. C’est par exemple le cas du crowdfunding immobilier. Il s’agit alors de financer les fonds propres et les acquisitions d’entreprises de promotions immobilières ou de marchands de biens. En terme de rentabilité le crowdfunding immobilier est souvent mis en avant. Avec des projets qui peuvent rapidement avoisiner les deux chiffres en terme de retour sur investissement. Ces solutions sont souvent accessibles pour un investissement minimum de quelques centaines d’euros.

Néanmoins, si vous souhaitez investir dans la pierre, 10 000 euros pourrait constituer un apport intéressant en vue de contracter un prêt immobilier.

Conseil 2 : Miser sur l’assurance vie

Même après de longs mois de baisse des rendements, l’assurance-vie est toujours l’un des placements favoris des français. Si le rendement affiché est aujourd’hui assez faible en comparaison avec les rendements servis les années précédentes, l’assurance-vie reste un produit à considérer, notamment pour ses avantages fiscaux.

En effet, les contrats d’assurance-vie bénéficient d’avantages après 8 années de détention. Avec notamment l’exonération sur les rachats partiels ou totaux (les retraits de fonds), sous réserve de ne pas dépasser un certain plafond chaque année. Plusieurs types de contrats d’assurance-vie peuvent être envisagés :

  • Les fonds euros
  • Les contrats en unités de compte
  • Contrat qui mixte les deux (fonds euros et unités de compte).

La quasi totalité des contrats en fonds euros sont des contrats au capital garanti. Les rendements servis sont en conséquence bien moins importants et une grande majorité de votre investissement ira dans des obligations. A l’inverse, un contrat en unités de compte ou un contrat mixte présente des risques de perte en capital.

Bon à savoir : Il est possible d’investir sur un PER (plan épargne retraite) qui sont des produits analogues aux contrats d’assurance-vie. Comme son nom l’indique, le PER permet de préparer sereinement sa retraite.

Conseil 3 : Garder une part de votre portefeuille dynamique

Cette part dépendra avant toute chose de votre degré d’aversion au risque. Bien qu’il soit tout à fait possible d’investir l’intégralité de son capital sur une assurance-vie fonds euros, il nous semble intéressant de garder une part de son capital dans des produits plus risqués et potentiellement plus rémunérateurs.

A titre d’exemple, il pourrait être intéressant d’investir une petite fraction (environ 5 à 10 %) de votre portefeuille sur des actifs plus risqués. L‘investissement dans les cryptomonnaies a d’ailleurs le vent en poupe depuis quelques mois. Avec le cours du Bitcoin qui atteint des sommets.

Pour dynamiser un portefeuille, d’autres produits comme le vin sont parfois proposés. Néanmoins, l’investissement dans le vin nécessitera de s’interroger en amont sur les questions de logistique comme le stockage du vin par exemple. Il existe aussi des outils pour investir sur le “vin papier“.

Conseil 4 : Investir sur les actions

Consacrer une partie de son capital de 10 000 euros pour investir dans les actions peut être une solution à envisager. Si les actions sont des actifs à risque, il est possible de miser sur des secteurs plus défensifs comme l’alimentaire ou encore les firmes pharmaceutiques.

Les indices boursiers sont des placements relativement stables. En effet, un indice boursier comme le CAC 40 regroupe en son sein 40 capitalisations boursières. La baisse du cours d’une action parmi ces 40 entreprises est souvent compensée par la hausse d’autres actifs. Et vice-versa. En ce moment, le CAC 40 rejoint d’ailleurs ses plus hauts niveaux historiques et ses pics de 2000 et 2007.

Conseil 5 : Lancer son propre business

Selon les projets, un capital de 10 000 euros pourrait être assez court. Mais comme l’investissement immobilier, cette somme pourrait constituer un apport suffisamment engageant pour qu’une banque puisse vous suivre dans votre projet. Pour des projets plus modestes, il est parfois possible de se lancer avec moins de 10 000 euros.

Cette option permet de se lancer dans une activité qui vous plaise et peut s’appliquer à des champs de compétences extrêmement larges. Avant de se lancer, il faudra probablement penser à se former sur son activité ou sur de nouveaux aspects de son métier (prospection et acquisition de clients, comptabilité…).

Conseil 6 : L’importance de conservez une épargne de précaution

Conseil 5 : L'importance de conservez une épargne de précaution 
Pendant la crise sanitaire, le livret A a connu des niveaux records de collecte.

Selon les produits dans lesquels vous choisirez d’investir, le risque sera plus ou moins important. Dans ce domaine, une règle est immuable : plus les perspectives de rendement sont élevées et plus le risque de perte en capital est élevé. Ainsi, il convient de ne pas mettre sa santé financière en danger. Investir dans des produits risqués doit se faire en connaissance de cause. La perte des sommes engagés ne doit pas avoir d’impact significatif sur votre vie. N’investissez donc que ce que vous pouvez vous permettre de perdre.

Lorsque l’on investit, il est aussi important d’arbitrer entre investissement et épargne. Il n’est pas raisonnable d’investir 100 % de votre argent disponible. Il est donc important de conserver une épargne de précaution à placer sur des livrets d’épargne ou un livret A. Pour l’épargne de précaution, deux principes doivent s’appliquer :

  • L’épargne doit être disponible immédiatement en cas de besoin
  • Les capitaux déposés doivent être garantis

Se sentir sécurisé par l’épargne de précaution permet aussi d’investir plus librement sans ressentir une certaine forme de pression. Cela vous permettra notamment d’éviter d’investir ou de trader avec vos émotions.

Conseil 7 : Diversifiez vos placements !

Un capital de 10 000 euros permet déjà de mettre en place une stratégie de diversification intéressante. En se tournant vers des produits surs comme les fonds euros des assurances-vies mais aussi en dynamisant un peu plus son portefeuille par l’achat d’actions ou l’investissement dans les cryptomonnaies. Pour investir sur les actions, il est possible d‘ouvrir un PEA (plan d’épargne en actions) ou encore de solliciter l’un des nombreux courtiers en ligne.

Bon à savoir : Même pour l’investissement en actions, certaines prises de positions sont plus risquées que d’autres. Des actions comme celles de groupes de l’alimentaire ou la pharmacie ont tendance à être considérés comme des actions défensives. A privilégier lors d’un arbitrage en période de crise ou d’incertitude.

Conseil 8 : Se former continuellement

Nous aurions pu commencer par ce conseil tant il est primordial. Investir nécessite un certain degré de connaissances. A fortiori si vous appliquez le conseil numéro 6 qui est celui de la diversification.

Et pour se former, les ressources sont légions. On trouvera la possibilité de suivre des programmes de formation pour l’ensemble des produits d’investissement disponibles : les formations en bourse, aux cryptomonnaies ou encore dans l’immobilier. Toutes ces formations ne se valent pas, c’est pourquoi il est primordial d’auditer et de comparer les retours pour chacune d’entre elles. De nombreux contenus gratuits sont aussi disponibles pour se former : les chaînes Youtube qui peuvent prodiguer des conseils ou encore les articles disponibles sur internet. Les livres constituent aussi de bons moyens de se former pour des sommes très modestes. Des ressources qui permettent de se former sur une technique de trading ou encore sur l’aspect fiscal de tel ou tel produit d’investissement. Les discussions informelles avec des amis qui investissent peuvent aussi vous former.

Si la formation est importante, il est tout aussi primordial de toujours mettre à jour ses connaissances. Les législations, les plafonds, les faits autour du produit ou de l’entreprise dans laquelle vous investissez sont autant d’éléments à prendre en considération.

Conseil 9 : Bannir les crédits à la consommation pour investir

Un bon investissement se mesure par sa rentabilité. En contractant un crédit à la consommation cela aura un impact fort sur votre marge et la rentabilité de votre investissement. L’investissement doit donc se faire sur vos fonds propres. Pour des investissements plus structurels comme l’achat d’un logement ou d’un bien immobilier, il est alors possible de recourir à un crédit immobilier. Un crédit dont le coût est proportionnellement bien moins élevé qu’un crédit à la consommation.

De même, si vous débutez dans le trading, il est conseillé de ne pas trader avec un fort effet de levier. Si le levier trading peut vous apporter des gains potentiellement plus élevés, les pertes peuvent être aussi beaucoup plus importantes. De manière schématique, le trading avec effet de levier revient à emprunter de l’argent auprès du courtier via lequel vous tradez.

Conseil 10 : Investir petit à petit

Conseil 10 : Investir petit à petit Si ce conseil peut sembler contradictoire avec le principe de diversification de portefeuille, il n’en est en réalité rien. Comme nous l’avons évoqué, investir nécessite de se former.

Difficile de se former à une multitude d’outils en même temps. Si il est nécessaire d’établir un plan d’investissement en segmentant son capital de départ parmi les produits ou les projets que vous souhaitez financer, il n’est pas nécessaire d’investir 100 % de sa mise immédiatement. Cela pourrait même s’avérer contre-productif.

Vous pourriez par exemple commencer par ouvrir un contrat d’assurance-vie, ou ouvrir un plan d’épargne en action avant de diversifier votre portefeuille par l’achat de projets cryptos novateurs. C’est dans la durée que la qualité de vos investissements sera jugée.

Comment répartir sa mise de 10 000 euros ?

En tout premier lieu, il nous semble important de conserver une certaine épargne de précaution. Dans notre exemple, nous admettrons que celle-ci ne fait pas partie des 10 000 euros à investir et qu’une somme a déjà été épargnée. Pour beaucoup, il est nécessaire de disposer de 3 à 6 mois de salaire sous la forme d’épargne de précaution. Cela dépend avant tout de votre aversion au risque.

La première chose va être d’investir dans sa propre formation. Que ce soit par l’achat de livres ou de formations disponibles sur le net. Avec un budget de 10 000 euros, il nous semble rationnel d’investir jusqu’à 500 euros pour se former. Pour les 9 500 euros restants, tout dépendra en premier lieu de votre profil d’investisseur.

La bourse peut être un poste d’investissement intéressant pour une grande partie du capital de départ. Avec un placement qui pourrait être de l’ordre de 4 à 5 000 euros sur un contrat d’assurance-vie et 1 000 à 2 000 euros sur un plan d’épargne en actions. Pour conserver une certaine forme de dynamisme dans son investissement, vous pouvez également investir 5 à 10 % de votre capital dans des projets plus volatils comme les cryptomonnaies. Avec des projets comme Bitcoin ou de nouveaux projets novateurs.

Voici un exemple possible de répartition des placements avec 10 000 euros :

  • 5 000 euros sur un contrat d’assurance-vie (avec au moins la moitié sur un contrat fonds euros).
  • 2 000 euros d’investissement en actions
  • 2 000 euros en crowdfunding immobilier
  • 500 euros sur des actifs comme les cryptomonnaies
  • 500 euros de formation