Emploi des jeunes: accès à l’emploi progressif et inégal selon le niveau de diplôme

0
461
formation

Le tant attendu « portrait social » de la France est publié, le 22 novembre 2016, par l’Institut national de la statistique et des études économiques (INSEE). Comme l’indique l’INSEE, il « s’adresse à tous ceux qui souhaitent mieux connaître la société française ». Cet ouvrage transversal a réservé une place de premier choix au sujet de « L’insertion des jeunes sur le marché du travail ». Il s’agit précisément des jeunes sortis de formation initiale depuis 1 à 4 ans.

Quels sont les 8 constats de cette étude ?

A partir de l’échantillon choisi, l’étude a mis en exergue plusieurs faits.

  • Le premier, l’emploi est majoritaire chez les plus diplômés ;
  • Le deuxième, l’inactivité domine chez les non-diplômés ;
  • Le troisième constat indique que près de la moitié des jeunes sortis de formation initiale depuis 1 à 4 ans possèdent un diplôme du supérieur ;
  • Le quatrième, l’accès à l’emploi progressif et inégal selon le niveau de diplôme ;
  • Le cinquième, le taux de chômage des jeunes sortants s’est stabilisé, sauf pour les non-diplômés ;
  • Le sixième fait précise que les emplois aux caractéristiques moins favorables sont plus fréquents chez les moins diplômés et les femmes ;
  • Le septième constat de l’enquête concerne les transitions du chômage vers l’emploi qui sont deux fois moins fréquentes pour les non-diplômés que pour les diplômés du supérieur ;
  • Le huitième (enfin), les débuts de carrière dépendent, au-delà du niveau de diplôme, de la spécialité de formation.

Grosso modo

Dans son portrait de la France, l’INSEE trouve qu’ « en moyenne sur 2013-2015, 68 % des jeunes sortis de formation initiale depuis 1 à 4 ans sont en emploi, 17 % au chômage et les autres sont inactifs ». Il ajoute que « l’insertion des jeunes sur le marché du travail est progressive et inégale selon le niveau de diplôme » : 82 % des jeunes sortants diplômés du supérieur sont en emploi, contre seulement 31 % des non-diplômés. Ces derniers sont plus nombreux à être inactifs (37 %). Les jeunes femmes sont plus souvent inactives que les hommes, particulièrement chez les moins diplômés.

Parmi les jeunes sortants actifs, la moitié des non-diplômés sont au chômage, contre un quart pour les diplômés du secondaire et un sur dix pour les diplômés du supérieur. Les jeunes femmes actives sont moins souvent au chômage que leurs homologues masculins (19 % contre 22 %) ; ce qui s’explique notamment par le fait qu’elles sont en moyenne plus diplômées.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here