La Banque d’Estonie réalise un projet d’étude sur les CBDC

0
0

Si la zone euro accuse des retards énormes dans le domaine des CBDC, des projets d’étude sur l’émission d’un euro numérique est d’actualité au niveau de la BCE. L’étude de faisabilité d’un euro numérique à partir de la blockchain est tout à fait une grande première au niveau de la zone dans l’implémentation des CBDC.

Pendant que la banque centrale européenne a décidé de renvoyer le projet d’émission ou non de l’euro numérique. Un projet visant à tester la faisabilité des monnaies numériques de banque centrale a été mise en place.

Le projet explorera comment développer une plateforme évolutive et sécurisée à partir de la blockchain qui répond aux exigences de la Banque centrale en matière de monnaie numérique, à savoir “rapidité, sécurité, confidentialité et résilience”.

L’Eesti Pank (Banque Centrale Européenne) mènera le projet de recherche pendant deux ans avec l’aide des sociétés technologiques Guardtime et SW7 Group. Le projet permettra de déterminer si la technologie blockchain KSI de l’administration estonienne est adaptée à l’exploitation d’un CDBC.

Le projet de l’euro numérique

La crise sanitaire de cette année est particulièrement marquante dans la configuration du système financier mondial. Deux tendances sont à observer : la montée en puissance des cryptos et la réticence des agents économiques aux monnaies traditionnelles. Face à cette tendance, les banques centrales dans le monde cherchent à implémenter des CBDC comme substitut parfait des cryptos.

Le projet de l’euro numérique, comme l’a déclaré Christine Lagarde doit pouvoir rétablir le fossé actuel de la zone euro dans la digitalisation des monnaies. Le CBDC européen permettrait à la facilitation des paiements et jouerait le rôle de substitut aux cryptomonnaies. Même si on la BCE prévoit des règlementations strictes pour les cryptomonnaies.

Le dernier rapport de la Banque Centrale a relevé les avantages suivants de l’euro numérique :

  • Compléter les liquidités et les dépôts
  • Créer des synergies avec le secteur des paiements
  • Soutenir la numérisation dans l’économie européenne
  • Garantir l’accès à la monnaie de la banque centrale
  • Éviter les risques des solutions de paiement non réglementées
  • Prévention de l’utilisation des devises étrangères

L’étude de faisabilité de l’euro numérique de l’Eesti Pank

L’objectif du projet de recherche de l’Eesti Pank est d’étudier la pertinence d’une solution basée sur la Blockchain KSI, une technologie de base de l’e-gouvernement en Estonie, pour l’exploitation de l’infrastructure monétaire numérique d’une banque centrale.

Le même projet examinera également les nouvelles solutions de paiement qui pourraient être rendues possibles par l’utilisation de l’identité électronique et d’autres solutions d’administration en ligne estoniennes. Le projet de recherche ne fera pas de choix quant à l’utilisation de technologies individuelles spécifiques

Le projet de recherche sur la monnaie numérique de la banque centrale est le premier exemple pratique de la nouvelle orientation stratégique de l’Eesti Pank, qui consiste à rechercher des moyens de coopérer avec le secteur privé et des sujets de recherche qui encourageront le développement des marchés financiers et des paiements en Estonie.

Estonie parmi les leaders technologiques

L’Estonie est reconnue comme un leader mondial dans le domaine de l’administration en ligne. C’est le seul pays à avoir déployé une chaîne de blocage à l’échelle. L’Estonie est un leader mondial de l’innovation dans le domaine des technologies de pointe, produisant des licornes mondiales telles que Transferwise et des entreprises émergentes dans le domaine des technologies de pointe comme Funderbeam et Salv.

99 % des services publics estoniens sont disponibles en ligne, notamment les options de paiement, les informations sur la santé, les systèmes de vote et les services d’identité numérique, pour n’en citer que quelques-uns. Le développement de ces systèmes électroniques pourrait permettre la création d’une CBDC estonienne.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here