La néobanque N26 se lance dans l’assurance !

0
252

Après avoir été un des pionniers et un acteur majeur de la révolution bancaire, N26 se lance aujourd’hui dans le monde de l’assurance. Avec un premier produit à destination de son marché natif : l’Allemagne. Et une gamme de produits qui devrait s’etoffer dans les semaines et les mois à venir.

Présentation du groupe N26

N26 Présentation du groupe N26  est ce que l’on nomme aujourd’hui communément une néo-banque. Basée en Allemagne, cette banque concentre ses activités sur le secteur bancaire avec des comptes courants, des livrets d’épargne ou encore les crédits bancaires. Des solutions à la fois accessibles aux particuliers mais aussi aux travailleurs indépendants. Une solution qui permet de contracter des prêts personnels pour un montant allant de 1 000 à 50 000 euros.

Comme toutes les banques de nouvelles génération, N26 se focalise sur la facilité de sa solution et un système 100 % digitalisé. En permettant notamment une ouverture de compte rapide et particulièrement intuitive. A l’instar d’autres solutions bancaires comme Revolut, le groupe ne dispose pas d’agences physiques. N26 est aujourd’hui solidement installé sur le marché bancaire européen. Avec une présence dans une trentaine de pays et plus de 7 millions de clients. Pour un volume de transactions mensuelles supérieur à 2 milliards d’euros.

L’ambition de N26 : simplifier le monde de l’assurance

Le groupe N26 arrive sur le secteur de l’assurance en souhaitant dupliquer les mêmes ingrédients qui ont fait son succès dans la sphère bancaire. A savoir une solution 100 % digitale basée sur une application épurée qui tient compte de l’expérience utilisateur. Mais aussi grâce à une solution rapide qui fait fi des longues formalités administratives, comme le détaille Valentin Stallf, co-fondateur et PDG de la fintech allemande.

lorsqu’il s’agit d’assurance, les clients doivent encore aujourd’hui faire face à des processus et à des formalités administratives complexes et dépassées.

Pour l’heure, la solution reste encore restrictive. Elle n’est en effet disponible que pour les clients allemands et la première offre est une assurance smartphone. Un produit qui est proposé au prix de 6 euros par mois et qui permet de couvrir des aléas comme les accidents ou le vol de son appareil.

A terme, le groupe entend développer son offre sur les marchés ou elle est déjà présente via son offre bancaire. Il sera aussi question d’étoffer la gamme de produits avec une assurance responsabilité civile privée mais aussi un produit d’assurance-vie pour les épargnants et investisseurs. La néo-banque, bientôt néo-assurance en ligne entend par ailleurs proposer des produits classiques comme de l’assurance habitation ou encore une assurance pour les animaux.

Pour ce lancement, la banque s’associe avec Simplesurance, un groupe reconnu dans le milieu de l’assurance. Avec notamment des partenariats avec des fintechs de premier plan comme Lydia ou encore Allianz.

La diversification des néo-banques : une obligation pour survivre ?

La diversification des néo-banques : une obligation pour survivre ?  N26 mise clairement sur la diversification de ses services pour continuer à grandir. En se présentant sur un marché européen extrêmement juteux de plus de 1 200 milliards d’euros. En effet, les chiffres tendent à montrer que les européens dépenseraient plus de 2 000 euros par an pour se couvrir des imprévus. Une somme incluant toutes les polices d’assurance. Cette nouvelle gamme de produits devrait permettre à N26 de dégager des sources additionnelles de revenus alors que le groupe a été déficitaire sur les deux derniers exercices : – 165 millions d’euros en 2019 et – 110 millions d’euros en 2020. 

Le groupe entend également proposer des produits d’assurance plus intelligents. Une solution qui sera à terme capable de vous proposer une assurance smartphone lorsque vous en achetez un via votre compte N26. D’autres concurrents bancaires comme Revolut se sont également lancés dans le secteur de l’assurance. A la mi-février, la fintech britannique nouait un partenariat avec Wakam, un acteur européen majeur dans le domaine de l’assurance digitalisée. De son côté, My French Bank, filiale de la Banque Postale s’est récemment associée à l’assureur Lovys.