Milo propose des crypto-hypothèques sur 30 ans

0
0
crypto

Milo, la startup Fintech, propose une offre inédite : des crypto-hypothèques sur 30 ans qui permettront aux investisseurs d’acheter des biens immobiliers aux États-Unis grâce à leurs avoirs en BTC et leurs actifs numériques.

Acquérir un bien immobilier grâce aux actifs numériques

 La start-up Fintech Milo vient de lancer une offre de crypto-hypothèque. Ce qui est sans doute la première en son genre. L’offre s’adresse notamment aux investisseurs américains et internationaux utilisant le bitcoin (BTC). Avec leurs avoirs et les actifs numériques, ils pourront prétendre à un prêt sur 30 ans leur permettant d’acquérir un bien immobilier sur le sol américain.

Dans le cadre de sa phase d’accès anticipé, la start-up a déjà validé certains prêts. Il affirme que le service sera accessible dans les prochains mois aux demandeurs qui se sont déjà inscrits au programme. Jusqu’à présent, aucune information concernant le nombre de BTC nécessaire comme fonds de garantie au prêt crypto-hypothécaire à filtrée. On ne sait pas non plus si la start-up sait comment stabiliser la volatilité de l’actif numérique.  

Des millions de dollars de prêts ont  été initiés jusqu’ici et des candidats d’une soixantaine de pays attendent que leur demande soit validée.

Des candidats au prêt crypto-hypothécaire de 63 pays

 Selon Josip Rupena, PDG et fondateur de Milo, beaucoup de gens encaissent leur BTC dans l’optique d’acheter une propriété. Ils déchantent ensuite lorsque leurs actifs gagnent en valeur alors qu’eux doivent s’acquitter des obligations fiscales de vendre pour un acompte. D’ailleurs, Milo insiste sur le fait qu’acheter crypto-monnaie pour le revendre ensuite contre un acompte est totalement illogique.

Si les investisseurs américains font la queue pour accéder au programme, il n’en est pas moins des ressortissants étrangers. Des millions de dollars de prêts ont été initiés jusqu’ici et des candidats d’une soixantaine de pays attendent que leur demande soit validée. Une fois que ce sera fait, ils pourront alors acquérir un bien immobilier aux États-Unis et clôturer leur prêt immobilier à distance sans avoir besoin de se rendre sur le sol américain.

Rappelons que la start-up avait réussi à lever près de 6 millions de dollars en fonds d’amorçage en janvier 2021. Des investisseurs tels que QED Investors, Metaprop et 10X Capital y ont largement contribué.