Progression de la pression fiscale dans les pays de l’OCDE ces 8 dernières années

Pour les particuliers, le fardeau fiscal n’a cessé de s’alourdir dans les deux-tiers des pays membres de l’OCDE ces huit dernières années.

0
4042
pression fiscale

Ce sont les conclusions du Centre de politique et d’administration fiscales de l’OCDE à partir des données statistiques sur les recettes publiques que publie chaque année cette Organisation.

Alors que les recettes issues des bénéfices des sociétés sont en baisse un peu partout au sein des pays de l’OCDE, ce qui est sommes toutes assez logique avec les différentes crises économiques mondiales qui se sont succédées, la pression fiscale a été déplacée et reportée sur les particuliers, pour pallier cette situation et permettre aux Etats de se financer. Ainsi, tandis que les recettes fiscales en provenance des sociétés ont bien reculé dans la période 2007 – 2014, celles liées à l’impôt sur le revenu ont augmenté de plus de 1% dans le même temps, tandis que les recettes de T.V.A., qui touchent plus injustement les petits revenus que les gros, ont cru de presque 5% du montant du Produit intérieur brut.

Les contribuables personnes physiques, ont fait les frais de la grande majorité des hausses d’impôt observées depuis ces crises,  par des augmentations de cotisations sociales, de la taxe sur la valeur ajoutée et des impôts sur le revenu.

Le projet O.C.D.E/G20 de lutte contre l’érosion de la base d’imposition et le transfert de bénéfices dont il a déjà été question dans des articles sur ActuFinance, est justement là pour permettre de niveler les écarts réglementaires existant entre Etats, et aussi permettre à ces derniers d’éviter, de la part de certaines entreprises, le transfert de bénéfices grâce auquel elles font « disparaître » des bénéfices en les transférant vers des pays où ils sont peu voire pas imposés, alors que bien souvent elles n’y exercent vraiment que très peu d’activité économique, voire même aucune.

La charge fiscale moyenne se définissant par le rapport des recettes fiscales perçues, en pourcentage du Produit intérieur brut, elle est exponentielle depuis 2009 dans les pays de l’OCDE jusqu’à atteindre plus de 34% du Produit intérieur brut l’an dernier.

Beaucoup de pays ont relevé les taux ou (et) élargi les bases d’imposition, pendant que le taux normal moyen de TVA a atteint un niveau-record dans la zone de l’O.C.D.E, augmentant de 8,5% entre 2008 et 2015. Par ailleurs, vingt-deux des trente-quatre  pays membres de l’OCDE ont relevé leur taux maximum d’imposition des revenus des personnes physiques entre 2008 et 2014.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here