Réforme de la redevance audiovisuelle… ou quand la montagne accouche d’une souris

Initialement destinée à en étendre le champ d’application aux nouvelles technologies (ordinateurs, tablettes, smartphones)… la réforme ne viserait plus que la box internet !

0
412
redevance audiovisuelle

Rappel des pistes initialement suivies par la ministre…

Dans un article paru ici-même, sur le site ActuFinance.fr , auquel les lecteurs pourront en tant que de besoin se reporter, votre serviteur expliquait l’incohérence et l’injustice flagrante qu’il y aurait à soumettre les ordinateurs, mais plus encore les tablettes tactiles et, pire, les smartphones, au même régime de redevance audiovisuelle que les postes récepteurs de télévision.

Et ce qu’il resterait de la réforme,…

La ministre de la Culture, Fleur Pellerin vient semble-t-il de  « trancher », en déclarant sur France-Info que cette piste de l’étendue aux ordinateurs, tablettes et smartphones, de la redevance était écartée, ceci selon elle, [sic] « dans un souci de cohérence dans le contexte de modération et même de baisse de la pression fiscale », ajoutant : [sic] : « j’ai regardé les nouveaux modes de consommation de la télévision. Beaucoup passent par les box et non plus par l’antenne râteau. Et donc on a regardé ce que donnerait l’extension aux box. C’est une option sur la table mais il n’est pas question de taxer les smartphones et les tablettes.  Des arbitrages seront pris dans les prochains jours ».

C’est apparemment assez mal connaître le monde des connexions et canaux de réception de la télévision numérique, que de croire qu’en assujettissant les détenteurs d’une box, l’Etat allait de facto « frapper » un grand coup et toucher un grand nombre de téléspectateurs échappant jusqu’ici à ladite redevance audiovisuelle !

En effet, depuis l’avènement du numérique et de la Haute Définition, il y a déjà bien longtemps que les ex-détenteurs d’antennes-râteaux, qui par ailleurs bénéficiaient d’abonnements téléphoniques auprès d’un opérateur mobile, ont opté pour l’achat d’une box moyennant un abonnement global, qui leur donne droit, outre à la téléphonie,  à continuer de voir leurs programmes préférés, étendus à plusieurs dizaines de nouvelles chaînes, mais toujours sur le même poste récepteur de télévision, lequel a dans la quasi-totalité des cas été déjà déclaré auprès du Service de cette redevance !

Par ailleurs, il ne semble pas que la réforme envisagée par Mme Pellerin veuille contrevenir, surtout dans un « contexte de modération voire de baisse de la pression fiscale », au sacro-saint principe d’unicité de perception de cette redevance, c’est-à-dire que celle-ci n’est due, et tout porte à croire qu’elle ne sera toujours due, qu’une seule fois pour un poste, quelque soit le nombre d’appareils récepteurs détenus par habitation !

Dès lors, et si les arbitrages annoncés viennent à confirmer « l’option » box, il est permis de penser que le recoupement (facile), des acheteurs de box auprès des fournisseurs d’accès, d’une part, avec les redevables ayant déjà signalé au Service de la redevance audiovisuelle la détention d’un téléviseur d’autre part,  ne devrait pas donner lieu à l’émergence d’une longue liste d’utilisateurs de box non encore assujettis à celle-ci ! Ce serait alors bien la montagne qui accoucherait d’une souris !

Gageons cependant qu’un tel récolement n’en ferait pas moins apparaître un certain nombre, sans doute pas si important que cela, d’utilisateurs de box encore inconnus du Service de la redevance audiovisuelle. Les premières victimes expiatoires d’une telle «  réforme » (mais pourrait-on encore, dans un tel contexte, parler de « réforme » ?), pourraient alors bien être (et ils seraient peut-être même les seuls concernés !…), les étudiants, qui ont besoin d’une liaison internet pour travailler, qui n’ont pas tous la chance de pouvoir se loger en résidences universitaires et bénéficier ainsi d’une connexion permanente et libre d’accès, qui n’ont pas davantage tous la chance de pouvoir bénéficier d’un point d’accès wifi gratuit, et qui auraient besoin d’une  box pour pouvoir se connecter uniquement à Internet, accéder au vaste réseau de connaissance qu’est la Toile, échanger des mails, etc, tout sauf visionner des programmes TV, compte-tenu d’abord du fait que l’étudiant est censé avant tout étudier et non regarder les chaînes TV, même durant les week-ends souvent, et ensuite du fait de la mauvaise qualité d’image et de son déjà évoquée dans l’article précité, pour un visionnage de la TV sur ordinateur.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here