Quels sont les pays (avantageux fiscalement) où prendre sa retraite?

0
1040
retraite

C’est de notoriété publique, les retraités des secteurs publics et privé, en très grand nombre voient leur pension « gelée » depuis plusieurs années, et ils assistent impuissants au commencement d’une certaine paupérisation, parce que dans le même temps et quoi qu’en disent les indices officiels, pratiquement tous les postes de dépenses incompressibles augmentent, certes modérément, mais de façon exponentielle, réduisant en conséquence leur pourvoir d’achat.

La tentation est dès lors très grande de voir un peu si « l’herbe chez le voisin n’est pas plus verte que chez soi », et de se prendre à rêver d’une retraite un peu plus confortable dans un autre pays. Les destinations qui attirent le plus souvent les retraités sont bien entendu ceux où l’on bénéficie en plus, de ce fameux soleil, de la chaleur, comme le Portugal, l’Espagne, le Maroc (bien qu’il faille aussi tenir compte d’autres paramètres comme l’aspect sécuritaire), la Grèce, le Sénégal, la Croatie, la République Dominicaine, l’Ile Maurice, la Thaïlande, pour les principales d’entre elles, mais également l’Argentine, le Canada, le Nigéria ou encore les Etats Unis.

En premier lieu, la fiscalité ne doit pas constituer le seul questionnement : il est tout aussi important de connaître l’état de la couverture santé dans chacun de ces pays ou Etats, d’en connaître le climat (car tout le monde ne pourra pas s’adapter à certains d’entre eux), et de voir également quelles seront les formalités à accomplir pour le transfert ; voir aussi le coût de l’immobilier, et de la vie en général dans ces lieux, et accessoirement mais cela a tout de même son importance, dans certains cas vérifier que l’on possède au moins des rudiments de la langue du pays.

Mais la fiscalité y est-elle toujours plus avantageuse ?

Cela étant, la fiscalité des retraites, peut souvent représenter un avantage par rapport à la France. C’est le cas pour les destinations suivantes :

  • Au Portugal : un régime de « non-résident permanent » y est en place depuis le 1er janvier 2013, qui exonère totalement les retraites issues du secteur privé pendant 10 ans;
  • Au Maroc : à la condition de rapatrier la retraite sur un compte ouvert au Maroc, en dirhams non convertibles, cette dernière y est imposée, mais après avoir bénéficié d’un abattement de 40%, puis d’une réduction de 80% sur l’impôt restant éventuellement à devoir;
  • Au Sénégal : à la condition de rapatrier la retraite sur un compte ouvert au Sénégal, en francs CFA, les retraites n’y sont imposées qu’à hauteur de 20% de leur montant;
  • A l’Ile Maurice : les retraites n’y sont imposées qu’au taux de 15%.

Mais alors, qu’en est-il des autres destinations ? Sont-elles défavorables ?

  • En Espagne : les retraites du secteur public restent imposables en France (*), tandis celles du privé, sont imposables dans cet autre pays ibérique, mais comme en France, selon un barème progressif par tranches quasi-équivalent, assorti d’une surtaxe régionale ;
  • En Grèce : les retraites du secteur public restent imposables en France (*), alors que, compte-tenu du retour à l’équilibre budgétaire imposé au gouvernement grec par l’Union Européenne, les retraites du secteur privé y sont lourdement imposées;
  • En Croatie : les retraites du secteur public restent imposables en France (*), tandis que celles du privé, selon leur importance, y sont imposées à des taux variant de 12% à 40%, par conséquent pas nécessairement avantageux ;
  • En République Dominicaine : aucune convention fiscale internationale n’ayant été signée avec la France, chaque pays a le droit d’imposer les retraites, ce qui est le cas : elles y sont imposables, ainsi qu’en France;
  • En Thaïlande : les retraites, qu’elles soient issues du secteur public ou du secteur privé, restent imposables en France (*).
  • En Argentine, au Canada, au Nigéria, aux USA : les retraites privées de source française peuvent être imposées par la France ; les retraites du secteur public sont imposables en France (*)

(*)  sauf, lorsque la France et l’autre pays sont liés par une convention fiscale internationale, et que les retraités sont à la fois des nationaux et des résidents de l’autre pays ou Etat, auquel cas les pensions publiques ne sont pas imposées en France, de même que lorsque ladite convention n’a rien prévu concernant le sort des pensions, retraites. L’exception touche également les pensions versées aux résidents de Mayotte, de Saint-Pierre-et-Miquelon, et de la Nouvelle-Calédonie.

L’imposition éventuelle en France, se fait conformément aux dispositions de l’article 182 A du Code général des impôts, par voie de retenue à la source, laquelle suit un barème à tranches, aux taux de 0%, 12% et 20%.

A la lumière de ce petit condensé, il apparaît bien que la vie de retraité à l’ombre de palmes de cocotiers ou aux antipodes, n’est pas encore l’eldorado, comme certains ont tendance à le croire.

Avez vous fait le grand saut? Projetez-vous de le faire? N’hésitez pas à témoigner ci-dessous en postant un commentaire.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here