Sondages rémunérés : faut-il déclarer ses revenus ?

0
1504
Sondages remunérés

Les sondages rémunérés sont un moyen simple d’arrondir ses fins de mois ou de gagner des bons d’achat en répondant à des enquêtes. Des dizaines de sites existent. Les revenus que l’on gagne doivent-ils être déclarés ?

I-Say, GreenPantera, Mon opinion compte… et bien d’autres font partie des nombreux sites de sondages rémunérés qui permettent, en y participant, de mettre un peu de beurre dans les épinards. Ils couvrent des thèmes variés comme la santé, le sport, les voyages, ou tout autre aspect de la vie quotidienne. Les sommes gagnées à chaque fois ne sont vraiment pas élevées : de l’ordre de quelques euros, entre 0,20 euro et 10 euros, selon sondageremunere.info, qui recense les sites les plus intéressants. Il donne aussi des astuces pour réussir, et indique les pièges à éviter (comme la règle de prudence qui consiste à ne jamais payer pour participer !).

Sondages rémunérés : des petites missions à déclarer

Les personnes les plus assidues, qui disposent de la patience et du temps nécessaires, arrivent néanmoins à gagner plusieurs dizaines d’euros par mois. Ces petites missions, faites sous un mode ludique, ne sont pourtant pas un simple jeu aux yeux du fisc.

Pour le gouvernement français, elles constituent un revenu, certes irrégulier, mais un revenu quand même. À ce titre, elles doivent être déclarées aux services des impôts comme faisant partie du revenu net annuel d’un foyer fiscal. L’article 156 du Code général des impôts énonce ainsi que le revenu net annuel prend en compte toutes les opérations lucratives auxquelles se livrent les membres d’un foyer fiscal. Entendez donc aussi les sondages rémunérés qui, mis bout à bout, contribuent bien à faire rentrer de l’argent.

Non-déclaration de revenus : des sanctions possibles

Pour vous informer sur les revenus d’activités annexes, l’administration fiscale met à votre disposition plusieurs fiches explicatives sur les obligations fiscales correspondant aux opérations les plus courantes, accompagnées de quelques exemples. Sachez qu’en cas de non-déclaration, vous vous exposez à des sanctions pour insuffisance, dissimulation ou fraude sur votre déclaration d’impôts. Et ceci même lorsque la somme est inférieure à 200 euros par mois, ce qui est le cas la plupart du temps avec les sondages en ligne.

Ces gains, qui apparaissent sur votre compte en banque doivent figurer dans la case des revenus liés aux services. Les questions fiscales évoluent en permanence, tenez-vous au courant auprès de votre centre des impôts ou en consultant impôts.gouv.fr pour être toujours à la page sur ce sujet.

Sites de sondage : précisions sur les impôts à payer

Normalement, les sites de sondage en ligne ont aussi une rubrique dans laquelle ils donnent des précisions sur le sujet. Sur Toluna, un des sites populaires, on peut lire ainsi sous la mention « Impôt à payer » : « Vous pouvez être tenu en vertu des lois locales de payer des impôts sur les gains que vous recevez. Vous reconnaissez que nous pouvons fournir des informations aux agences d’imposition, ou de retenir des impôts à la demande de ces agences ou, lorsque nous, à notre seule discrétion, le jugeons approprié. »

Sondages rémunérés : choses à savoir

  • Généralement, lors de l’inscription sur un site, il est demandé de répondre à quelques questions sur son âge, sa profession et sa situation personnelle tout en préservant son anonymat.
  • Un sondage rémunéré en ligne prend entre cinq et vingt minutes et il est souvent possible de les enchaîner.
  • C’est un revenu complémentaire facile, qui ne demande pas de connaissances particulières.
  • Attention aux sites qui font miroiter de grosses sommes. On ne gagne jamais plus de quelques euros en répondant aux sondages !
  • L’argent se retire généralement dès qu’un certain seuil est atteint. Il est généralement possible de retirer ses gains via PayPal.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here