Livret A : un taux de rémunération en baisse dès février 2020

0
3606
Livret A

Avec le nouveau mode de calcul annoncé à partir du 1er février, le taux de rémunération du Livret A, fixé par le gouvernement, tombera très probablement à 0,5 % contre 0, 75 % actuellement. Cela pourrait inciter certains Français à se tourner vers d’autres choix de placements plus rémunérateurs.

Depuis le 1er août 2015, le taux du livret A était bloqué avec une rémunération annuelle de 0,75 %, ce qui contribuait à le maintenir comme un des placements préférés des Français. Ils sont 55 millions d’épargnants à en posséder un et ils ont déposé, en moyenne, en 2018, 4 800 euros dessus. En août dernier, l’encours approchait les 300 milliards d’euros, soit 6 % de plus qu’un an auparavant. C’est une épargne de précaution, vielle de deux siècles, qu’ils font pour se rassurer, et non pour spéculer.

Mais Bruno Le Maire, le ministre de l’Économie et des Finances, c’est trop d’argent qui dort. Il veut des placements plus dynamiques, et plus adaptés au contexte actuel de baisse durable des taux d’intérêt, où un taux de 0,75 % devenait un réel défi. Pour lui, il est important à présent de proposer autre chose que l’épargne réglementée avec peu de rendement ou l’immobilier, selon ses déclarations citées par La Tribune.

Une des raisons invoquées par le ministre de l’Économie et des Finances est que cette baisse à 0,5 % allégera les charges financières pour le logement social. Une somme qui devrait représenter 317 millions d’euros en 2020. En effet, les taux auxquels empruntent les organismes de logement social sont liés au taux du Livret A.

Un nouveau mode de calcul pour le Livret A : quel taux ?

À partir du 1er février, le rendement du Livret A change. Il correspondra à la moyenne du taux d’inflation et des taux interbancaires à court terme (Eonia) sur 6 mois. Le ministère de l’Economie et des Finances a fixé un taux de rémunération plancher de 0,5 %, qui pourrait être appliqué dès les premiers jours où la nouvelle formule entre en application, au vu du contexte actuel : des taux d’intérêt négatifs pour l’Eonia et ceci avec un ralentissement de l’inflation.

Des produits d’épargne plus performants

Un taux aussi bas ne s’est jamais vu, pas plus que pour le Livret de développement durable et solidaire (LDDS) qui lui est proche. Il n’y aura plus de garanties que le taux sera supérieur à l’inflation. Un tel scénario pourrait inciter les Français à rechercher d’autres placements, et à se tourner vers des produits d’épargne plus performants. On peut par exemple trouver un produit d’épargne simple et sûr au taux nominal annuel de base brut de 0,8 % (avant prélèvements fiscaux et sociaux) et susceptible de variations dans une une banque au service de ses clients.

Un produit d’épargne compétitif en alternative au Livret A

D’autres comptes et livrets d’épargne que le Livret A bénéficient de l’exonération d’impôts sur le revenu et de prélèvements sociaux. Citons également le livret de développement durable et solidaire (LDDS), et le Livret d’épargne populaire (LEP), pour les personnes à revenus modestes, le Livret jeunes, pour les 12-25 ans.

Les autres comptes ou livrets d’épargne sont soumis à une fiscalité différente. Un produit d’épargne sécurisé et rémunéré à des taux parmi les plus compétitifs du marché comme le livret ZESTO a, quant à lui, des intérêts soumis au barème progressif de l’impôt sur le revenu, avec un prélèvement fiscal. Cependant, il est possible de bénéficier d’une dispense de prélèvement lorsque les revenus de l’avant-dernière année sont inférieurs à 25 000 euros en tant que contribuable célibataire, divorcé ou veuf et inférieur à 50 000 euros en tant que contribuables soumis à une imposition commune.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here