Uber et Airbnb victimes de leur succès : certains pays veulent limiter les revenus générés via ces sites

0
238
Logos de Uber et Airbnb

Uber et Airbnb continuent d’essuyer les procédures judiciaires et législatives dans pas mal de pays européens, ainsi qu’aux Etats-Unis. Le dernier pays en date qui vient de museler les activités d’Airbnb n’est autre que la Grande Bretagne.

Londres a décidé de limiter à 90 jours le nombre maximal de locations autorisées par propriétaire sur Airbnb. La location des logements en Grande Bretagne via cette plateforme américaine ne pourra plus désormais dépasser 3 mois durant l’année. Sauf autorisation des autorités locales bien sûr. Ceci dit, Londres est bien plus clémente qu’Amsterdam qui avait fixé cette durée à 60 jours. La mesure néerlandaise « sera effective à partir du 1er janvier prochain, pour l’instant jusqu’à fin 2018. La mairie d’Amsterdam s’est réjouie d’avoir enfin trouvé un accord «unique» avec le groupe américain ».

Airbnb n’a d’autres choix que de s’incliner devant cette mesure judiciaire. Dès le printemps prochain, la plateforme de location immobilière américaine respectera à la lettre la décision de Londres, sauf dans les cas où il y aura une autorisation dédiée pour dépasser la limite des 90 jours.

De son côté, Uber continue aussi de subir les restrictions législatives. Dans peu de temps, les conducteurs qui utilisent cette application seront encadrés par une loi qui régira leur activité. Et ces mêmes chauffeurs font l’objet de plusieurs attaques judiciaires relatives à leur statut de par le monde. Uber doit composer également avec des concurrents de toute sorte. A titre d’exemple, les deux sociétés LeCab et Keolis (filliale de la SNCF) viennent de dévoiler un service de VTC collectifs. Portant le nom de «Plus», ce service vise à concurrencer Uber. Il est actuellement en phase de test, après son lancement effectif qui est prévu à Paris en début janvier 2017.

Si ces deux géants de l’économie participative sont aujourd’hui dans une telle situation, c’est parce qu’ils sont devenus trop puissants. Et comme toute entreprise qui commence à présenter une menace pour le système économique concurrent, le rappel à l’ordre et l’encadrement législatif sont toujours de mise.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here