Vaccin contre la covid-19 : Ou en est la recherche et quels impacts sur les marchés ?

0
110

Jamais un virus n’avait suscité autant d’engagement de la communauté scientifique, des entreprises privés ou des états. Parce qu’il est un préalable à une reprise économique plus sereine, la recherche d’un vaccin est une priorité absolue et devient un élément à prendre totalement en compte dans sa stratégie d’investisseur. A court, comme à plus long terme.

La course au vaccin : un enjeu économique et géopolitique majeur

La course au vaccin : un enjeu économique et géopolitique majeurComme en son temps avait pu l’être la course à la conquête spatiale, la course au vaccin est devenue d’une importance cruciale à la fois pour les entreprises mais aussi pour les Etats, soucieux de pouvoir véritablement amorcer la reprise économique de façon plus sereine. Et de promouvoir par la même occasion leur modèle aux yeux du monde.

Ce n’est d’ailleurs pas anodin si la Russie a annoncé par l’intermédiaire de son président Vladimir Poutine, avoir trouvé un vaccin efficace contre le coronavirus il y a quelques semaines. Pour les politologues, l’intention était très claire : replacer la Russie dans la course scientifique à la recherche du vaccin. Une course semble t’il alimentée en grande majorité par les Etats-Unis, la Chine et dans une moindre mesure l’Europe. Pour l’Europe, l’enjeu est aussi de taille. Il s’agirait de prouver au monde entier que la recherche peut s’entendre et être compatible avec le multilatéralisme.

Si l’enjeu est géopolitique, il reste surtout, à l’échelle mondiale un enjeu économique de tout premier ordre. Rappelons que de puissantes économies comme celles de l’Union européenne, la Chine ou les Etats Unis ont été fortement impactées par la crise sanitaire. Les économies de ces pays resteront probablement marquées pendant de nombreuses années par l’épisode.

Si des mesures de reconfinement généralisé ne sont pour le moment pas à l’ordre du jour, l’incertitude entourant la gestion de la crise sanitaire à l’échelle mondiale n’encourage pas à à la relance ou à la croissance. Les ménages sont frileux, les banques durcissent leurs conditions d’accès au crédit et les consommateurs préfèrent encore épargner. Dans ce climat tendu, la mise sur le marché d’un vaccin efficace pourrait bouleverser de nombreuses variables.

Les sociétés de biotechnologies explosent

Sur les marchés financiers, la crise aura évidemment eu aussi un impact très important. Certains secteurs se sont littérallement effondrés. Nous pensons à l’hôtellerie, la restauration et le tourisme de façon générale. A l’inverse, d’autres secteurs directement impliqués dans la recherche de la solution, ont parfois vu leurs cours en bourse s’envoler. Pour la plupart, dans des domaines directement liés à la recherche.

C’est par exemple le cas de l’entreprise française Novacyt, spécialisée dans la production de tests de dépistage. En quelques semaines, son cours est passé de 19 centimes au mois de Janvier à près de 5 € à la mi Avril. Le cours est depuis reparti à la baisse depuis et il est en date du 11 Septembre 2020, à 3,48 €. Ce cas est loin d’être isolé.

Le cas de l’entreprise américaine Moderna est lui aussi très frappant. Le 18 Mai, l’entreprise publie un communiqué sur les résultats de ses premiers tests cliniques. Ce communiqué provoque l’emballement de Wall Street et l’action grimpe de 20 % en l’espace de quelques heures. Ces épisodes traduisent bien la sensibilité des différentes places boursières à la recherche d’un vaccin.

Début Septembre, l’OMS recensait 168 projets candidats au vaccin. Avec évidemment, des disparités importantes sur le niveau d’avancement.

Attention, tout de même, le secteur des biotechnologies reste historiquement très volatil. Il risque de l’être d’autant plus en cette période ou peu de candidats au vaccin réussiront. Certains analystes parlent même de bulle sur ce secteur qui risque d’exploser si un vaccin venait à être mis sur le marché. L’immense majorité des biotechs ne tireront pas profit de cette mise sur le marché. Le risque ? Voir leurs cours sensiblement diminuer après la mise sur le marché d’un vaccin par un concurrent. En ce sens, la hausse des cours semble être en partie dictée par un mot : l’espoir.

Si vous souhaitez investir sur ce secteur, il est d’autant plus judicieux d’avoir une stratégie ferme de diversification de votre portefeuille. Au risque de potentiellement perdre gros.

Les nouveaux profils d’investisseurs alimentent la volatilité sur les marchés

Cet épisode de crise sanitaire aura fait émerger un nouveau type d’investisseur, plus novice. En Avril dernier, une étude de l’autorité des marchés financiers (AMF) mettait en avant que plus de 150 000 nouveaux investisseurs avaient fait leur entrée sur les marchés financiers pendant la crise sanitaire. Ils sont en grande majorité plus jeunes que le profil type de l’investisseur et disposent de connaissances théoriques et empiriques plus limitées.

Cette situation fait peser de nombreux risques. Notamment spéculatifs. Avec le risque de comportements de suiveurs de nombreux investisseurs. Ceci aurait pour conséquence d’accentuer fortement les fluctuations du marché.

Ce phénomène a été particulièrement visible via le broker Robinhood qui est présent sur le continent américain. Pendant le confinement, le broker a connu une hausse exponentielle de son nombre d’utilisateurs avec au sein de cette masse, de nombreux investisseurs sans réelles connaissances boursières. Il s’en est suivi plusieurs épisodes de hausses ou de baisses soudaines de cours sans qu’aucune variable ne puisse réellement expliquer les fluctuations. Pour illustrer cela, l’entreprise Hertz qui s’annoncait en situation de faillite virtuelle (Chapter 11) a vue le cours de son action plus que doubler (+ 110 %) en une seule séance. Du jamais vu.

Procédure accélérée = Risques aggravés ?

Certains experts tablent sur le fait qu’un premier traitement pourrait être disponible dès le premier trimestre 2021. Cela signifierait un développement du vaccin en 12 à 18 mois contre 10 ans en moyenne. Aux grands remèdes, les grands moyens.

Cette procédure accélérée ne permettra probablement pas pour les grands groupes pharmaceutiques de déployer dans les meilleures conditions le dossier clinique. Très simplement, le dossier clinique est une pièce maitresse pour les groupes pharmaceutiques. Il s’agit de protéger leur responsabilité civile en cas de poursuites judiciaires. Le besoin d’agir dans l’urgence pourrait conduire à des dossiers cliniques moins solides et un risque financier très lourd pour l’industrie en cas de problèmes de vaccination. Nous pensons notamment aux éventuels effets secondaires sur certains patients. Ceux-ci sont probablement inévitables lorsque l’on raisonne sur des milliards de doses.

Pour se protéger de ce risque, l’industrie pharmaceutique a obtenue de l’Union Européenne une protection financière en cas de problème sur les vaccins. Cette protection ne serait que financière et non légale. Bruxelles précise en effet que ” les règlementations en vigueur en matière de responsabilité civile des entreprises ne seront pas changées”. Rappelons que les actions légales portées à l’encontre des laboratoires pharmaceutiques resteront encadrées par le droit et l’appareil législatif de chacun des états membres.

Par ailleurs, l’agence européenne des médicaments précise qu’un système de suivi du vaccin sera déployé. Il permettra de vérifier que les effets secondaires sont correctement remontés auprès des autorités sanitaires.

Sur quels secteurs miser ?

Dans l’hypothèse d’un vaccin disponible d’ici moins d’un an, il est certain que l’économie repartirait beaucoup plus rapidement. Les indicateurs avancés de IHS Markit ou de JP Morgan plaident pour une reprise en “V” de l’économie à l’échelle mondiale.

Si vous souhaitez investir en bourse, la mise sur le marché d’un vaccin pourrait faire naitre des opportunités dans de nombreux secteurs comme :

  • Les secteurs très touchés par la crise. C’est notamment le cas de l’hôtellerie, la restauration ou le tourisme qui n’attendent que la mise sur le marché d’un vaccin pour véritablement relancer leurs activités.
  • Les secteurs ayant connu des bouleversements (mise en faillite d’un acteur majeur du secteur par exemple, renforcement de la position concurrentielle d’un autre acteur).

Il ne sera pas rare de trouver des entreprises répondant totalement à ces deux critères.

D’autres secteurs comme celui du numérique a également de beaux jours devant lui, comme en témoigne la hausse fulgurante d’actions de sociétés comme Slack ou à plus forte raisons Zoom. Les applications de consultations médicales à distance explosent également et pour celles qui sont côtées en bourse, le cours de l’action s’envole.

Quoi qu’il en soit, il sera important de comprendre et de suivre durablement comment évoluent les habitudes et les besoins des populations. A n’en pas douter, le coronavirus a d’ores et déjà modifié en profondeur quelques schémas. Certains gestionnaires de fonds d’investissement l’ont bien compris.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here