la définition des flux d’investissement

0
0

es flux d’investissement vont correspondre aux mouvements relatifs aux capitaux longs détenus par les investisseurs et que ceux-ci investissent sur des supports financiers pour des durées plus ou moins longues.

Les flux d’investissement

Les flux d’investissement sont ici considérés uniquement dans le cadre des investissements financiers réalisés sur les marchés de capitaux. La durée d’immobilisation des flux d’investissement correspond à des périodes allant du moyen au long terme. Toutefois, la liquidité des marchés permet aux investisseurs de récupérer leur capital investit très rapidement y compris à long terme.

Les principaux agents économiques, investisseurs de ses flux d’investissement, sont :

  • les personnes physiques ou morales qui souhaitent acheter ou vendre des instruments financiers,
  • les investisseurs non-résidents et notamment les fonds de pension,
  • les institutionnels, c’est-à-dire, les Compagnies d’assurance, les Caisses de retraite et la Caisse des Dépôts et Consignations,
  • les Banques (quand elles agissent pour leur propre compte) et les organismes de placement collectif en valeurs mobilières – OPCVM -,
  • et enfin, les gérants de portefeuille (intermédiaires qui gèrent les portefeuilles de leurs clients) et les courtiers (intermédiaires qui achètent ou vendent pour leur propre compte).

Les besoins de capitaux à long terme émanent de deux grandes catégories d’agents économiques : les Etats qui ont besoin de trouver les ressources nécessaires au financement de leurs dettes et les entreprises financières et non financières à la recherche de ressources à long terme pour financer leur développement.

Les investisseurs comme les émetteurs ont à leur disposition des marchés de capitaux à moyen et à long terme qui répondent à leurs besoins.

Les principaux marchés d’investissement

L’investissement est abordé sous l’angle des marchés de capitaux. Un marché peut se définir, au sens économique du terme, à partir des trois éléments fondamentaux suivants :

  • une demande et une offre,
  • un prix,
  • des règles de fonctionnement et d’organisation.

En matière financière, certaines définitions peuvent revêtir quelques ambiguïtés ou avoir des significations différentes selon les personnes. Trois types de marches sont ici définis :

  • le marché monétaire,
  • le marché financier, et,
  • les marchés dérivés.

Le marché monétaire

Au sens strict du terme, le marché monétaire concerne uniquement le marché interbancaire, lieu où se confrontent les offres et les demandes de monnaie “banque centrale” des établissements de crédit. Il s’agit donc d’un marché de trésorerie.

Au sens large du terme, le marché des Titres de Créances Négociables (compartiment dont la durée d’immobilisation des fonds va du court – 1 jour – au moyen terme – 5 ans et plus -) se classe également dans le marché monétaire.

Le marché financier

Le marché financier

Au sens classique du terme, le marché financier se limite au seul marché des capitaux à long terme (dans la pratique habituelle des marchés, cela implique une durée d’immobilisation longue des fonds). Le marché secondaire ou marché de l’occasion est également appelé marché boursier, il repose sur la négociation des supports négociables comme les actions (titres de propriété) ou les obligations (titres de créance à moyen/ long terme).

Les marchés dérivés

Les marchés dérivés sont des marchés permettant d’assurer la gestion des risques financiers attachés notamment à la détention des produits financiers Ainsi, les options sur actions sont dérivées des actions et les contrats d’EURONEXT LIFFE des produits obligataires et de taux.

lire aussi…

La loi bancaire et les principales directives

Les activités bancaires traditionnelles

La banque de marché et d’investissement

La gestion des flux monétaires

La gestion des flux d’investissement

L’organisation de la banque d’investissement

La gestion collective

Les systèmes de compensation et de règlement

La gestion des risques

La bancassurance

Les métiers bancaires

La comptabilité et le résultat bancaire

Sommaire intégral du Guide de la Banque