Accueil Entretien avec Dominique Louis, PDG d’Assystem
ACTUALITÉS

Entretien avec Dominique Louis, PDG d’Assystem

Boursier.com : Assystem a annoncé mardi un plan de financement de 300 ME comprenant une émission obligataire de 80 Millions d’Euros. Sur ces 300 ME, 120 ME seront consacrés à des opérations de croissance externe, expliquez-vous. Faut-il y ajouter les 80 ME obligataires ?

D.L. : Le plan de financement de 300 ME comprend un volet de refinancement, en l’occurrence 65 ME consacrés au remboursement des OBSAAR à échéance 2012. Le reste du plan de financement permettra au groupe d’assurer sa croissance durant les cinq prochaines années. Concernant la partie obligataire, l’émission que nous réalisons concerne cette fois-ci des ORNANE (Obligation remboursable en numéraire et en actions nouvelles et existantes, NDLR), avec une logique différente des OBSAAR. L’intérêt pour Assystem est de limiter l’effet de dilution sur le capital, puisque nous devrions privilégier de rembourser le nominal en cash, in fine, en 2017. Ainsi, la dilution sera de seulement 4% si le titre cote 27 Euros ou plus. Assystem aurait pu se financer entièrement via des crédits, mais nous avons préféré ce mode là, pour bénéficier d’une maturité à 5 ans dans la logique de croissance à venir de la société.

Boursier.com : Ce plan d’envergure crédibilise l’information récente, dont l’Agefi s’est fait l’écho, selon laquelle vous négocieriez le rachat de Sogeti High Tech…

D.L. : La période actuelle, avec beaucoup de sociétés à vendre, est favorable à la croissance externe et encore plus pour un acteur comme Assystem qui bénéficie d’un bilan solide, renforcé par un exercice 2011 qui s’annonce excellent. Il est donc logique que nous étudions la possibilité de réaliser des opérations. Concernant la société mentionnée, nous ne sommes pas dans un processus de négociations, y compris avec Cap Gemini; c’est un dossier que nous regardons, parmi d’autres ! Nous avons toujours plusieurs dossiers à l’étude. Un seul est entré à ce jour en négociations exclusives : MPH, et nous avons communiqué sur le sujet.

Boursier.com : La taille de la société (plus de 200 ME de chiffre d’affaires, NDLR) constitue-t-elle un frein pour vous ?

D.L. : Dans l’absolu, la taille n’est pas un handicap. Elle peut le devenir si elle l’est aux yeux du client. Et donc pour nous au final, 1+1 pourrait être inférieur à 2.

Boursier.com : Qu’allez-vous privilégier pour vos acquisitions ? La géographie ? Les technologies ?

D.L. : De façon générale, nous avons aujourd’hui des idées précises sur les cibles et donc sur les prix que nous sommes prêts à mettre sur la table. L’Allemagne, et le coeur de l’Europe, constitue une zone que nous souhaitons privilégier. A une plus petite échelle, le Brésil et le Canada aussi, notamment via l’aéronautique, avec Embraer et Bombardier qui veulent se lancer dans de nouveaux programmes monocouloirs type A320…. Pour ce qui est des technologies, nous souhaitons avant tout nous renforcer dans les systèmes embarqués. Coté nouveaux marchés, les énergies renouvelables, en particulier l’éolien offshore nécessitant des installations complexes, attirent notre attention. Le segment ” Oil & Gaz ” aussi avec les nouveaux systèmes d’exploration pour les nouvelles énergies. Autant de pistes d’intérêt pour Assystem…

Boursier.com : Un mot sur le nucléaire. Depuis Fukushima, l’Allemagne a renoncé, l’Italie refuse d’y venir. Conservez-vous un regard optimiste sur l’industrie ?

D.L. : Si on regarde les pays qui ont renoncé, l’Allemagne, l’Italie, la Suisse : ils n’étaient pas des acteurs majeurs du nucléaire, en tout cas n’avaient pas annoncé de gros programmes à venir. L’important c’est que l’Inde, la Chine continuent, la Grande Bretagne aussi, l’Afrique du Sud veut concrétiser son programme. Certes, cette industrie connaît des perturbations à moyen terme, des décalages, mais notre activité ne s’en trouve pas affectée. L’urgence c’est l’amélioration de la sûreté des parcs existants y compris ceux qui vont s’arrêter et Assystem a un rôle fort à jouer dans ce domaine.

Boursier.com : Vous avez relevé à +10% votre objectif annuel de croissance organique… Le deuxième trimestre, quasiment achevé, valide t-il cette nouvelle prévision ?

D.L. : Nous bénéficions toujours d’une très bonne visibilité. Notre activité continue de progresser par rapport au premier trimestre et nous bénéficions d’un phénomène embarqué fort, à savoir les 100 recrutements nets par mois réalisés au premier trimestre.

Ajoutez Actufinance à vos flux Google Actualités

Questions & Réponses (0)

Vous avez une question? Notre panel d'experts est là pour vous répondre. Soumettre votre Question

Laisser un commentaire

Lire notre revue

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Charles Ledoux Journaliste Crypto

Charles Ledoux Journaliste Crypto

Charles est un rédacteur expérimenté, livrant ses travaux de fond à Actufinance. Durant ses années d’étude à la fac d’éco-gestion, il a développé ses connaissances sur l’économie et sur le monde de la finance. Grâce à cette formation, il a réussi à mieux comprendre les objets et les instruments de l’univers financier, il a pu redécouvrir le plein potentiel du marché crypto. Charles est un écrivain français, dévoué à créer une planète consciente.

Il a écrit son premier livre à 10 ans, et en a écrit quatre autres depuis. Il met ensuite ses compétences d’écrivain au service de l’éducation des crypto-monnaies. Il décide alors de rejoindre la formation de la Crypto-Academy, du célèbre YouTubeur Pompliano. Suite à un mois en formation, avec les meilleurs spécialistes des crypto-monnaies, pour finalement recevoir un diplôme NFT. Charles est, depuis 2022, au cœur des crypto-monnaies et de la technologie blockchain.

C’est pourquoi Charles a rejoint tout naturellement l’équipe d'Actufinance. L’industrie crypto, étant encore toute jeune, nécessite des passionnés, afin d’accélérer leur adoption. Il fera tout pour continuer à éduquer les autres. Fort de sa curiosité, il a aussi développé une réelle expertise dans le domaine du casino et le monde du jeu en ligne. Il participe notamment à la rédaction de guides et avis pour les amateurs de jeu et du divertissement en ligne.

Boursier.com : Assystem a renoué avec les benefices en 2010 et affiche un taux de marge opérationnelle de 7%, comparable à celui d’avant crise. Vous attendiez-vous à un tel rebond ?

D.L. : C’est mieux que prévu car le deuxième semestre a été meilleur que ce qu’on imaginait et d’ores et déjà, nous savons que cette situation se prolonge en 2011, voire s’améliore encore !

Boursier.com : Ces résultats ont été occultés en Bourse, lors des deux dernières séances, par les événements au Japon. Tout d’abord, quel regard portez-vous, en tant que spécialiste du nucléaire, sur le déroulement des événements ?

D.L. : En premier lieu, je pense à ceux qui travaillent sur place. Imaginer ces personnes très compétentes faisant preuve d’héroïsme, dans une situation totalement imprévue et qui probablement, pour un certain nombre d’entre eux, n’ont plus de famille ou de maison… N’oublions pas les conditions extrêmes dans lesquelles ils sont amenés à intervenir sur ces réacteurs. Pour le reste, il faut être très prudents : nous n’avons pas d’informations très détaillées sur ce qu’il se passe à la centrale de Fukushima. On comprend les grandes étapes : ce qu’il s’est passé sur le premier réacteur, sur le troisième, les explosions… Tout ceci correspond à une certaine logique par rapport à l’arrêt des réacteurs suite au séisme, mais sans système de secours pour les refroidir puisqu’ils ont été noyés… Globalement, on peut imaginer que plus le temps passe, plus la situation devrait s’améliorer, mais on ne sait pas dans quel état réel sont les installations.

Boursier.com : Le nucléaire est remis en cause en France. Cela vous inquiète t-il ? (Assystem réalise plus de 20% de son chiffre d’affaires dans le secteur, NDLR).

D.L. : A chaque crash d’avion ou accident de voiture, on ne remet pas en cause l’aéronautique ou l’automobile ! On cherche le retour d’expérience et faire en sorte que les modèles suivants profitent de l’expérience. Le nucléaire s’inscrit aussi dans cette logique du progrès humain. Cette catastrophe est tout de même intervenue suite à un tremblement de terre hors norme et à un raz de marée hors norme. Je ne cherche pas à excuser ce qui se passe, mais j’affirme qu’on a grandement progressé en termes de sûreté et c’est une préoccupation des opérateurs français. Je me souviens encore que certaines personnes affirmaient il y a peu que la technologie EPR était trop sophistiquée, trop sûre ! Aujourd’hui, j’ai le sentiment que face à la même catastrophe, un réacteur comme l’EPR, de construction récente et très axé sur la sécurité, aurait mieux contenu, voire totalement contenu les problèmes.

Boursier.com : Maintenez-vous votre prévision de croissance à deux chiffres du pôle nucléaire en 2011 ? Prévision affichée avant les événements…

D.L. : Oui, parce que nos activités sont liées à l’assistance d’EDF dans ses opérations de maintenance. On peut imaginer que cela sera une préoccupation encore plus forte désormais. Les projets EPR en cours continuent, les projets de recherche comme ITER continuent…

Boursier.com : Le risque existe peut-être à moyen terme…

D.L. : Peut-être, au delà de 2015, mais l’équation énergétique reste posée ! Le réchauffement climatique nécessite des énergies sans carbone, et une fois qu’on a fait le tour du photovoltaïque de l’éolien et de l’hydraulique, la croissance énergétique ne peut se faire qu’avec du nucléaire. Sans doute avec du nucléaire ” plus sûr ” et les acteurs investiront plus dans la sûreté et peut-être retarderont-ils la construction des nouveaux réacteurs pour les améliorer…

Boursier.com : Cette catastrophe peut-elle finalement se révéler une opportunité pour Assystem qui intervient dans ce domaine de la sûreté ?

D.L. : Il est douloureux de parler de conséquences positives pour Assystem, mais de fait, le développement de notre activité nucléaire se prolongera. C’est sans doute la répartition de nos activités au sein de ce pôle qui pourra évoluer.

Boursier.com : Un mot sur les chiffres que vous avez publiés hier : le dividende est doublé, malgré tout vous conservez une trésorerie nette importante. Envisagez-vous des opérations de croissance ?

D.L. : Notre caractéristique depuis des années, c’est notre capacité à générer un niveau de ” free cash-flow ” important. Nous avons toujours dit que nous voulions devenir un acteur majeur dans les métiers de nouvelles technologies, de l’électronique embarquée et pour ce faire, la croissance externe sera nécessaire. Nous avons les moyens de cette ambition et envisageons des opérations significatives compte tenu de notre situation de trésorerie et de notre endettement.

Ajoutez Actufinance à vos flux Google Actualités

Questions & Réponses (0)

Vous avez une question? Notre panel d'experts est là pour vous répondre. Soumettre votre Question

Laisser un commentaire

Lire notre revue

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Charles Ledoux Journaliste Crypto

Charles Ledoux Journaliste Crypto

Charles est un rédacteur expérimenté, livrant ses travaux de fond à Actufinance. Durant ses années d’étude à la fac d’éco-gestion, il a développé ses connaissances sur l’économie et sur le monde de la finance. Grâce à cette formation, il a réussi à mieux comprendre les objets et les instruments de l’univers financier, il a pu redécouvrir le plein potentiel du marché crypto. Charles est un écrivain français, dévoué à créer une planète consciente.

Il a écrit son premier livre à 10 ans, et en a écrit quatre autres depuis. Il met ensuite ses compétences d’écrivain au service de l’éducation des crypto-monnaies. Il décide alors de rejoindre la formation de la Crypto-Academy, du célèbre YouTubeur Pompliano. Suite à un mois en formation, avec les meilleurs spécialistes des crypto-monnaies, pour finalement recevoir un diplôme NFT. Charles est, depuis 2022, au cœur des crypto-monnaies et de la technologie blockchain.

C’est pourquoi Charles a rejoint tout naturellement l’équipe d'Actufinance. L’industrie crypto, étant encore toute jeune, nécessite des passionnés, afin d’accélérer leur adoption. Il fera tout pour continuer à éduquer les autres. Fort de sa curiosité, il a aussi développé une réelle expertise dans le domaine du casino et le monde du jeu en ligne. Il participe notamment à la rédaction de guides et avis pour les amateurs de jeu et du divertissement en ligne.

Boursier.com : Assystem a renoué avec les benefices en 2010 et affiche un taux de marge opérationnelle de 7%, comparable à celui d’avant crise. Vous attendiez-vous à un tel rebond ?

D.L. : C’est mieux que prévu car le deuxième semestre a été meilleur que ce qu’on imaginait et d’ores et déjà, nous savons que cette situation se prolonge en 2011, voire s’améliore encore !

Boursier.com : Ces résultats ont été occultés en Bourse, lors des deux dernières séances, par les événements au Japon. Tout d’abord, quel regard portez-vous, en tant que spécialiste du nucléaire, sur le déroulement des événements ?

D.L. : Premièrement, je pense à ceux qui travaillent sur place. Imaginer ces personnes très compétentes faisant preuve d’héroïsme, dans une situation totalement imprévue et qui probablement, pour un certain nombre d’entre eux, n’ont plus de famille ou de maison. N’oublions pas les conditions extrêmes dans lesquelles ils sont amenés à intervenir sur ces réacteurs. Pour le reste, il faut être très prudents : nous n’avons pas d’informations très détaillées sur ce qu’il se passe à la centrale de Fukushima. On comprend les grandes étapes : ce qu’il s’est passé sur le premier réacteur, sur le troisième, les explosions… Tout ceci correspond à une certaine logique par rapport à l’arrêt des réacteurs suite au séisme, mais sans système de secours pour les refroidir puisqu’ils ont été noyés. Globalement, on peut imaginer que plus le temps passe, plus la situation devrait s’améliorer, mais on ne sait pas dans quel état réel sont les installations.

Boursier.com : Le nucléaire est remis en cause en France. Cela vous inquiète t-il ? (Assystem réalise plus de 20% de son chiffre d’affaires dans le secteur, NDLR).

D.L. : A chaque crash d’avion ou accident de voiture, on ne remet pas en cause l’aéronautique ou l’automobile ! On cherche le retour d’expérience et faire en sorte que les modèles suivants profite de l’expérience. Le nucléaire s’inscrit dans la logique du progrès humain. Cette catastrophe est tout de même intervenue suite à un tremblement de terre hors norme et à un raz de marée hors norme. Je ne cherche pas à excuser ce qui se passe, mais j’affirme qu’on a grandement progressé en termes de sûreté et c’est une préoccupation des opérateurs français. Je me souviens encore que certaines personnes affirmaient il y a peu que la technologie EPR était trop sophistiquée, trop sûre ! Aujourd’hui, j’ai le sentiment que face à la même catastrophe, un réacteur comme l’EPR de construction récente très axé sur la sécurité, aurait mieux contenu, voire totalement contenu les problèmes.

Boursier.com : Maintenez-vous votre prévision de croissance à deux chiffres du pôle nucléaire en 2011 ? Prévision réalisée avant les événements…

D.L. : Oui, parce que nos activités sont liées à l’assistance d’EDF dans ses opérations de maintenance. On peut imaginer que cela sera une préoccupation encore plus forte désormais. Les projets EPR en cours continuent, les projets de recherche comme ITER continuent…

Boursier.com : Le risque existe peut-être à moyen terme…

D.L. : Peut-être, au delà de 2015, mais l’équation énergétique reste posée ! Le réchauffement climatique nécessite des énergies sans carbone, et une fois qu’on a fait le tour du photovoltaïque de l’éolien et de l’hydraulique, la croissance énergétique ne peut se faire qu’avec du nucléaire. Sans doute avec du nucléaire ” plus sûr ” et les acteurs investiront plus dans la sûreté et peut-être retarderont-ils la construction des nouveaux réacteurs pour les améliorer…

Boursier.com : Cette catastrophe peut-elle finalement se révéler une opportunité pour Assystem qui intervient dans ce domaine de la sûreté ?

D.L. : Il est douloureux de parler de conséquences positives pour Assystem, mais de fait, le développement de notre activité nucléaire se prolongera. C’est sans doute la répartition de nos activités au sein de ce pôle qui pourra évoluer.

Boursier.com : Un mot sur les chiffres que vous avez publiés hier : le dividende est doublé, malgré tout vous conservez une trésorerie nette importante. Envisagez-vous des opérations de croissance ?

D.L. : Notre caractéristique depuis des années, c’est notre capacité à générer un niveau de ” free cash-flow ” important. Nous avons toujours dit que nous voulions devenir un acteur majeur dans les métiers de nouvelles technologies, de l’électronique embarquée et pour ce faire la croissance externe sera nécessaire. Nous avons les moyens de cette ambition et envisageons des opérations significatives compte tenu de notre situation de trésorerie et de notre endettement.

Ajoutez Actufinance à vos flux Google Actualités

Questions & Réponses (0)

Vous avez une question? Notre panel d'experts est là pour vous répondre. Soumettre votre Question

Laisser un commentaire

Lire notre revue

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Charles Ledoux Journaliste Crypto

Charles Ledoux Journaliste Crypto

Charles est un rédacteur expérimenté, livrant ses travaux de fond à Actufinance. Durant ses années d’étude à la fac d’éco-gestion, il a développé ses connaissances sur l’économie et sur le monde de la finance. Grâce à cette formation, il a réussi à mieux comprendre les objets et les instruments de l’univers financier, il a pu redécouvrir le plein potentiel du marché crypto. Charles est un écrivain français, dévoué à créer une planète consciente.

Il a écrit son premier livre à 10 ans, et en a écrit quatre autres depuis. Il met ensuite ses compétences d’écrivain au service de l’éducation des crypto-monnaies. Il décide alors de rejoindre la formation de la Crypto-Academy, du célèbre YouTubeur Pompliano. Suite à un mois en formation, avec les meilleurs spécialistes des crypto-monnaies, pour finalement recevoir un diplôme NFT. Charles est, depuis 2022, au cœur des crypto-monnaies et de la technologie blockchain.

C’est pourquoi Charles a rejoint tout naturellement l’équipe d'Actufinance. L’industrie crypto, étant encore toute jeune, nécessite des passionnés, afin d’accélérer leur adoption. Il fera tout pour continuer à éduquer les autres. Fort de sa curiosité, il a aussi développé une réelle expertise dans le domaine du casino et le monde du jeu en ligne. Il participe notamment à la rédaction de guides et avis pour les amateurs de jeu et du divertissement en ligne.

Boursier.com : Le deuxième trimestre a accouché d’un fort rebond de la croissance, est-il selon vous durable ?

D.L. : Assystem a enregistré des résultats semestriels meilleurs qu’attendu, ou en tout cas, le niveau de performance atteint, arrive plus tôt que ce que nous imaginions en début d’année. Lorsque qu’on regarde l’ensemble du semestre, on se rend compte, effectivement, d’une très forte inflexion au deuxième trimestre. Les trois premiers mois manquaient encore de visibilité, l’activité était difficile à développer. Les choses se sont fortement débloquées au deuxième trimestre et le phénomène semble durable, au moins pour le second semestre.

Boursier.com : Par rapport à la publication annuelle au printemps dernier, vous semblez désormais disposer d’une bien meilleure visibilité…

D.L. : Nous sommes entrés, au deuxième trimestre, dans une logique d’accélération de performance, qui nous met dans une très bonne dynamique pour aborder 2011.

Boursier.com : Sur quels secteurs le rebond de l’activité a-t-il été le plus sensible ?

D.L. : Après un exercice 2009 très difficile, le redémarrage de l’activité Automobile nous a vraiment surpris. L’horizon de temps de ce rebond ne sera peut-être que de 18 à 24 mois, mais cela reste une excellente nouvelle. Le nucléaire, secteur stratégique pour Assystem, a continué à délivrer une forte croissance comme les semestres précédents. L’Aéronautique est monté en puissance, mais la très bonne nouvelle vient bien de l’Automobile.

Boursier.com : Le taux de marge opérationnelle atteint 5%, pensez-vous le maintenir, l’améliorer sur le deuxième semestre ?

D.L. : Nous allons améliorer ce niveau. Nous prévoyons une fourchette de 38 à 42 ME pour le résultat opérationnel courant sur l’ensemble de l’année, ce qui devrait nous permettre d’améliorer significativement le taux de marge du 1er semestre. Le taux de facturation devrait notamment progresser au second semestre.

Boursier.com : Certains de vos concurrents font état de pressions sur le recrutement. Le constatez-vous aussi ?

D.L. : Je suis d’accord avec cette observation. Je n’utiliserai pas encore le terme de ” pénurie “, mais une certaine tension est perceptible. Elle se traduit par une pression à la hausse sur les salaires d’embauche. Mais ce n’est pour l’instant qu’une tendance, plus qu’une réalité.

Boursier.com : Votre structure financière actuelle vous laisse t-elle la possibilité de réaliser des opérations de croissance ?

D.L. : L’endettement net au 30 juin est stable par rapport au 31 décembre 2009, à 1 million d’euros. Sur un an, il s’est amélioré de 31,3 Millions d’Euros. Notre Trésorerie nette atteint 88,1 ME et nous disposons d’une ligne de crédit revolving non tirée de 55 ME. Le groupe dispose clairement de ressources financières importantes pour financer des opérations de croissance externe, notamment dans le secteur des systèmes embarqués…

Ajoutez Actufinance à vos flux Google Actualités

Questions & Réponses (0)

Vous avez une question? Notre panel d'experts est là pour vous répondre. Soumettre votre Question

Laisser un commentaire

Lire notre revue

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Charles Ledoux Journaliste Crypto

Charles Ledoux Journaliste Crypto

Charles est un rédacteur expérimenté, livrant ses travaux de fond à Actufinance. Durant ses années d’étude à la fac d’éco-gestion, il a développé ses connaissances sur l’économie et sur le monde de la finance. Grâce à cette formation, il a réussi à mieux comprendre les objets et les instruments de l’univers financier, il a pu redécouvrir le plein potentiel du marché crypto. Charles est un écrivain français, dévoué à créer une planète consciente.

Il a écrit son premier livre à 10 ans, et en a écrit quatre autres depuis. Il met ensuite ses compétences d’écrivain au service de l’éducation des crypto-monnaies. Il décide alors de rejoindre la formation de la Crypto-Academy, du célèbre YouTubeur Pompliano. Suite à un mois en formation, avec les meilleurs spécialistes des crypto-monnaies, pour finalement recevoir un diplôme NFT. Charles est, depuis 2022, au cœur des crypto-monnaies et de la technologie blockchain.

C’est pourquoi Charles a rejoint tout naturellement l’équipe d'Actufinance. L’industrie crypto, étant encore toute jeune, nécessite des passionnés, afin d’accélérer leur adoption. Il fera tout pour continuer à éduquer les autres. Fort de sa curiosité, il a aussi développé une réelle expertise dans le domaine du casino et le monde du jeu en ligne. Il participe notamment à la rédaction de guides et avis pour les amateurs de jeu et du divertissement en ligne.

Boursier.com : Comment avez-vous terminé cet exercice 2009 particulièrement délicat ?

D.L. : Au premier semestre nous avons été pris dans la tourmente de l’industrie automobile. Cependant, les chiffres du second semestre ont été marqués par un important rebond de notre rentabilité. Nous sommes au même niveau qu’au deuxième semestre 2008 alors que nous avons réduit le taux de facturation de nos ingénieurs. En outre, le programme d’économie que nous avons lancé s’est révélé extrêmement efficace. Nous avons donc bien géré l’urgence. Par ailleurs, la génération de cash-flow en 2009 a été supérieure à celle de 2008. C’est une arme offensive efficace dans le cadre de la consolidation du marché. Même si nous avons connu une décroissance du chiffre d’affaires de près de 10% sur l’année avec une baisse significative des effectifs, nous restons confiants, notamment sur le marché du nucléaire.

Boursier.com : Quelle est la tendance sur les deux premiers mois de cette année ?

D.L. : Nous sommes pour le moment en décroissance organique notamment à cause de l’effet de base. En effet, nos chiffres sont comparés au premier trimestre de l’année 2009 qui avait été très bon. Mais nous restons confiants et tablons sur une légère croissance organique sur l’ensemble de l’année 2010. La marge opérationnelle devrait également s’améliorer car nos coûts indirects devraient diminuer et certains foyers de pertes comme l’Italie, sont éradiqués pour 2010, ce qui va jouer favorablement sur la marge opérationnelle.

Boursier.com :Y-a-il des projets en vue en termes de croissance externe ?

D.L. : Nous sommes très impliqués dans les activités d’études de bureaux mécaniques et pas suffisamment dans les activités d’électronique et d’informatique embarquées. C’est pourquoi nous pensons éventuellement à déclencher des actions de fusions-acquisitions dans ce domaine, d’autant plus qu’il s’agit d’un secteur bien plus porteur que celui de l’ingénierie mécanique où nous sommes actuellement implantés…

Boursier.com : Qu’en est-il de votre présence dans le secteur automobile ?

D.L. : C’était une part importante de notre activité. Aujourd’hui nous considérons que la visibilité reste faible. Ainsi nous ne comptons pas sur ce secteur pour améliorer notre croissance à court et moyen terme. Pour autant, il n’y aura pas de réduction de l’activité sur 2010, simplement nous tablons sur une croissance stable ou en légère hausse pour ce secteur.

Boursier.com : Et concernant votre implantation géographique, qu’envisagez-vous pour 2010 ?

D.L. : Compte tenu des difficultés rencontrées en 2009, notamment en Italie- des petites entreprises où le groupe détient de faibles parts- notre stratégie se resserre autour de la France, de l’Angleterre et de l’Allemagne où nous aimerions nous développer dans les secteurs de l’aéronautique, de l’énergie ou de la défense. Les pays plus lointains ne constituent pas une priorité à court terme, nous visons le renforcement européen.

Ajoutez Actufinance à vos flux Google Actualités

Questions & Réponses (0)

Vous avez une question? Notre panel d'experts est là pour vous répondre. Soumettre votre Question

Laisser un commentaire

Lire notre revue

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Charles Ledoux Journaliste Crypto

Charles Ledoux Journaliste Crypto

Charles est un rédacteur expérimenté, livrant ses travaux de fond à Actufinance. Durant ses années d’étude à la fac d’éco-gestion, il a développé ses connaissances sur l’économie et sur le monde de la finance. Grâce à cette formation, il a réussi à mieux comprendre les objets et les instruments de l’univers financier, il a pu redécouvrir le plein potentiel du marché crypto. Charles est un écrivain français, dévoué à créer une planète consciente.

Il a écrit son premier livre à 10 ans, et en a écrit quatre autres depuis. Il met ensuite ses compétences d’écrivain au service de l’éducation des crypto-monnaies. Il décide alors de rejoindre la formation de la Crypto-Academy, du célèbre YouTubeur Pompliano. Suite à un mois en formation, avec les meilleurs spécialistes des crypto-monnaies, pour finalement recevoir un diplôme NFT. Charles est, depuis 2022, au cœur des crypto-monnaies et de la technologie blockchain.

C’est pourquoi Charles a rejoint tout naturellement l’équipe d'Actufinance. L’industrie crypto, étant encore toute jeune, nécessite des passionnés, afin d’accélérer leur adoption. Il fera tout pour continuer à éduquer les autres. Fort de sa curiosité, il a aussi développé une réelle expertise dans le domaine du casino et le monde du jeu en ligne. Il participe notamment à la rédaction de guides et avis pour les amateurs de jeu et du divertissement en ligne.

Dernières Actualités

CorgiAI, BOOK of meme en tendance sur CoinMarketCap
ACTUALITÉS, Crypto-monnaies

Ethereum baisse, mais les memecoins IA sont en feux

crypto à moins de un dollar
ACTUALITÉS, Crypto-monnaies

Cette crypto à 0,00031 $ pourrait valoir 1 dollar après son listing

Vendredi 24 mai 2024– La prévente de Dogeverse (DOGEVERSE) touche à sa fin, se clôturant à 10 h UTC le 3 juin 2024. C’est donc la dernière opportunité pour les investisseurs de rejoindre ce réseau multi-blockchains avant son listing sur les exchanges. Dogeverse a déjà levé près de 15 millions de dollars en prévente, témoignant de sa grande popularité...

ACTUALITÉS, Crypto-monnaies, NFT

Recap : tous les projets web 3 qui ont levé des millions de dollars

Découvrez tous les plus gros investissements qui ont été effectués cette semaine dans le web 3 : Le L2 RWA Plume Network lève 10 millions Le layer 2 RWA et modular Plume Network a annoncé avoir levé pour 10 millions de dollars. Plume Network est la première chaîne native pour les RWA et accueille déjà...

EUR/USD forex
ACTUALITÉS, Devises / Forex

La correction de l’EUR/USD se poursuit face aux doutes sur la baisse des taux de la Fed

instant casino juventus football
ACTUALITÉS

Instant Casino s’allie à la La Vieille Dame – Juventus !

memecoin AI explose
ACTUALITÉS

Les memecoins « AI » explosent : MemeAI, CorgiAI, WiernerAI

ACTUALITÉS, Crypto-monnaies, NFT

Les memecoins Ethereum explosent, WienerAI est le prochain x100 ?