Crowdfunding : Comment Investir dans le Financement Participatif?

0
0

Le financement participatif est un mode de financement alternatif qui est apparu au cours de ces 15 dernières années. Investir dans le financement participatif pourrait être l’un des meilleurs investissements que vous ayez jamais fait.

Le terme crowdfunding désigne en réalité plusieurs types de financement participatif. Découvrez dans cet article les bases pour comprendre le crowdfunding, son fonctionnement, les différences entre les trois principaux types de financement participatif, comment investir dans le crowdfunding, les meilleures plateformes, comment choisir un projet et comment lancer ton propre.

Comment investir dans le crowdfunding en 5 pas

  • 1 – S’enregistrer avec Crédit.fr
  • 2 – Analyser les projets présentés
  • 3 – Obtenir plus de détails sur l’entreprise et lire leur histoire et objectifs
  • 4 – Cliquer sur “Soutenir ce projet”
  • 5 – Sélectionner votre rémunération et investir

Financement participatif, c’est quoi ? Définition crowdfundingfinancement participatif

Avant de rentrer dans les détails, commençons par clarifier la définition du crowdfunding et répondons à la question : qu’est-ce que le crowdfunding?
Vous l’aurez deviné, « Crowdfunding » est un terme anglais. Il est composé de deux mots :

  • « Crowd » : la foule
  • « Funding » : le financement.

Le crowdfunding désigne donc le « financement par la foule ». En français, on parle de financement participatif. Le principe est de permettre à de nombreuses personnes de financer un projet ou un startup.

Le crowdfunding s’appuie sur le principe « L’union fait la force ». En effet, le financement participatif permet de mettre en commun une multitude de petits investissements. Chaque contribution prise individuellement ne permet sans doute pas de faire grand-chose. Mais c’est l’union, l’association de tous les investisseurs qui fait la force du crowdfunding et qui rend possible l’aboutissement de grands projets.

Comment fonctionne le crowdfunding ?

On utilise souvent le terme de crowfunding pour parler du financement participatif d’un projet. Toutefois, il faut bien distinguer les trois types de financement participatif.

Crowdfunding : le don

Le crowfunding au sens strict désigne un investissement sous la forme d’un don. Ainsi, un investisseur croit en un projet et décide de s’y associer financièrement en effectuant un don.

Il peut s’agir d’un financement participatif sans contrepartie. Dans ce cas, l’investisseur n’attend rien en retour de sa participation. L’investissement sans but lucratif est le concept originel du crowfunding. Il est utilisé par exemple pour le financement participatif d’associations caritatives. À titre privé, il peut également constituer un financement participatif pour un projet personnel.

Toutefois, il existe aussi le financement participatif avec contrepartie. De nombreux types de contreparties peuvent être imaginés pour inciter les investisseurs à participer. Par exemple :

  • Une contrepartie symbolique ou un goodie : nom utilisé pour le projet, carte postale, petit objet souvenir…
  • Un produit ou une pré-vente : un repas offert dans le futur restaurant, un album offert après sa production, un accès premium à un produit digital, etc.
  • Une prestation professionnelle : formation offerte, sponsoring, etc.

Le crowfunding concerne le plus souvent le financement participatif d’un particulier, d’une association ou d’un projet culturel.

Exemple:

  • un individu souhaite collecter des fonds pour aider un proche en difficulté financière
  • il peut alors lancer une campagne de financement participatif particulier
  • le crowdfunding sert aussi de financement participatif d’association
  • il peut par exemple s’agir de financer l’achat de nouveaux livres dans un club de lecture.

Crowdlending : le prêt

Avec le crowdlending, l’apport financier ne constitue pas un don mais plutôt un prêt. C’est donc un placement financier sur une durée fixée. L’investisseur fait ainsi fructifier son argent.

Le crowdlending fonctionne sur le même principe qu’un prêt bancaire. Le prêteur confie une somme d’argent à l’emprunteur sur une durée définie et avec un taux d’intérêt connu. Au terme du prêt, l’emprunteur doit rembourser au prêteur le capital et les intérêts acquis sur la période.

Par exemple, imaginez qu’un individu souhaite collecter des fonds pour aider un proche en difficulté financière. Il peut alors lancer une campagne de financement participatif particulier. Le crowdfunding sert aussi de financement participatif d’association. Il peut par exemple s’agir de financer l’achat de nouveaux livres dans un club de lecture.

Exemple:

  • Le crowdlending peut servir de financement participatif de projet personnel.
  • Par exemple, une personne peut l’utiliser pour rassembler un apport initial qui lui permet d’obtenir un prêt immobilier et d’accéder à la propriété
  • Le financement participatif immobilier est une autre forme courante de crowdlending
  • L’investisseur finance alors un projet immobilier et reçoit des intérêts en contrepartie.

Crowdequity : l’investissement en actions

La troisième forme de financement participatif est le crowdequity, ou « equity crowdfunding ». Cette fois, l’investisseur achète des actions dans une société qui a besoin de fonds. Avec le crowdequity, il investit dans une entreprise en achetant des parts et en devenant actionnaire.

Certaines conditions sont associées à cette méthode de financement participatif. Déjà, seules les entreprises en SA (Société Anonyme) et SAS (Société en Action Simplifiée) sont autorisées à lancer un projet de financement participatif. Il s’agit donc d’un financement participatif d’entreprise pour les sociétés qui souhaitent augmenter leur capital propre. Cette méthode est aussi utilisée pour le financement participatif de startup.

L’entreprise doit pour cela passer par une plateforme de financement participatif régulée par les autorités françaises qui pratique le crowdequity. La plateforme de financement participatif doit être certifiée par l’AMF (Autorité des Marchés Financiers). L’entreprise doit également publier certains documents comptables et administratifs (comptes, modifications de statuts, convocations des associés aux assemblées, etc.).

Exemple:

  • le crowdequity peut servir de financement participatif d’entreprise pour financer la création d’une société.

À quoi sert le crowdfunding ? Utilités du financement participatif

financer une idée

Le financement participatif met en jeu deux types d’intervenants :

  • Un porteur de projet qui n’a pas les moyens de mettre son idée en œuvre ;
  • Des investisseurs (particuliers ou entreprises) qui disposent de moyens financiers et qui croient en la valeur du projet présenté.

En mettant en relation ces deux types d’intervenants, le crowdfunding offre une solution de financement pour un projet. L’intérêt du crowdfunding est d’offrir une alternative aux financement bancaires traditionnels.

En effet, il ne suffit pas d’avoir une bonne idée pour pouvoir développer un projet. Il faut également disposer de moyens financiers plus ou moins importants. La solution classique pour obtenir un financement est de se tourner vers les établissements bancaires. Or, l’accès au crédit professionnel est de plus en plus limité, particulièrement en temps de crise. Les critères d’attribution de prêts bancaires peuvent être particulièrement exigeants en termes de garanties. Si un établissement de crédit considère qu’un projet n’est pas assez rentable ou trop risqué, il refusera tout simplement de le financer.

Au lieu de rechercher un financement intermédiaire auprès d’une banque, le porteur de projet peut obtenir un financement direct auprès des emprunteurs. C’est là le concept du crowdfunding. Le financement participatif permet de s’affranchir des contraintes des établissements de crédit institutionnels et de lever des fonds directement auprès des investisseurs.

Comment l’investisseur est-il remboursé ?

financer une idée

La façon dont est remboursé l’investisseur dépend de son placement. En effet, il y a donc différents types de remboursement selon le type de financement participatif choisi.

Avec le crowdfunding pur, l’investissement est fait sous la forme d’un don. L’investisseur ne peut donc prétendre à aucun remboursement de son capital investi.

Avec le crowdlending, l’investisseur accorde un prêt au porteur de projet. Le prêt est consenti sur une période fixe et avec un taux d’intérêt déterminé. L’investisseur perçoit donc une rémunération. Selon le type de prêt, différents scénarios sont possible :

  • Le remboursement à date : capital et intérêts remboursés à l’échéance du contrat ;
  • Le remboursement mensuel d’une partie du capital et des intérêts ;
  • Un remboursement mensuel des intérêts puis remboursement du capital à l’échéance du prêt ;
  • Un remboursement mensuel avec franchise de capital ;
  • Etc.

Enfin, dans le cas du crowdequity, l’investisseur achète des parts dans la société qu’il finance. Il n’y a donc pas de mode de remboursement défini à l’avance. L’investisseur est « remboursé » lorsqu’il revend ses parts, lorsque l’entreprise est rachetée ou entre en bourse, etc.

Il existe cependant des cas où le porteur de projet s’engage à racheter les actions de l’investisseur à une date et un prix donné. Dans ce cas, l’investisseur sera remboursé à cette date.

Crowdfunding : les meilleurs sites 2021

Considérons quelques-unes des meilleures plateformes de crowdfunding généralistes et d’autres plus ciblées par thématique.

Credit.fr: un financement participatif pour un prêt aux PME

Depuis septembre 2014, Credit.fr accueillent sur sa plateforme tout un réseau de particuliers qui désirent mettre à profit leur argent dans le financement de projets innovants en vue de l’émergence des startups ou le soutien du développement des PME en leur accordant un prêt.

Près de trois ans seulement après son lancement, soit en juin 2017, des projets ont obtenu du financement pour un total de 13 millions d’euros. Aujourd’hui, un peu plus de 750 projets ont été financés pour près de 88 millions d’euros.

Frais

Du côté du prêteur, la gestion du compte est totalement gratuite et il n’y a aucun autre frais à supporter. Du côté de l’emprunteur, le taux varie en fonction de la catégorie de l’entreprise et du délai de financement selon que le projet soit de court ou de long terme.

Crédit.fr réclame une commission s’élevant à la hauteur de 4% du total du montant emprunté. Au cas où il y aurait un retard de 30 jours au plus dans l’acquittement de cette commission, il y aura 10% comme pénalité et une indemnité de 40 euros.

De plus, il y a 1% comme frais annuels de gestion. 

Kickstarter : une référence depuis 2009 logo kickstarter

Kickstarter fait partie des premiers intermédiaires de financement participatif et est le site de crowdfunding le plus connu. La plateforme a vu le jour en 2009. Depuis sa création, plus de 192 000 projets ont été financés, avec un total de plus de 5,4 milliards de dollars de contributions.

Frais

Kickstarter est spécialisé dans le crowdfunding avec ou sans contrepartie. La commission de Kickstarter s’élève à 5 %. De plus, 3 à 5 % supplémentaires sont prélevés pour les frais de traitement des paiements.

Ulule : un intermédiaire de financement participatif en France

logo ululeUlule compte plus de 3 millions de membres dans le monde. Depuis sa création, le site a collecté plus de 187 millions d’euros de dons pour plus de 33 000 projets.

Frais

Pour une campagne lancée en France, les frais d’Ulule s’élèvent à :

  • 8% TTC des fonds collectés par carte bancaire ;
  • 5 % TTC des fonds collectés par virement, chèque ou PayPal.

KissKissBankBank : spécialiste du financement participatif sous forme de dons logo kisskissbankbank

Avec une communauté de plus de 2 millions de membres, KissKissBankBank est un des leaders français et européens. En plus du français, la plateforme est aussi traduite en anglais et en néerlandais. Le site est spécialisé dans les projets créatifs et innovants.

Frais

KissKissBankBank propose du financement participatif sous forme de “Don contre don”, de précommande, de don libre et de prêt non rémunéré. Si la campagne atteint son objectif, la plateforme prélève une commission de 8 %.

Miimosa : le financement participatif agricole logo miimosa

Miimosa est un site de financement participatif spécialisé dans l’agriculture et l’alimentation.

Frais

Le site propose des campagnes de don avec contrepartie et des prêts rémunérés. Miimosa prélève des frais en cas de succès de la campagne :

  • 8 % HT des fonds pour les dons
  • 4 % HT des fonds pour les prêts au démarrage de l’emprunt, ainsi que 1 % de frais sur le montant restant chaque année.

Lendopolis : le financement participatif immobilier et énergie renouvelable logo lendopolis

Lendopolis fait partie du groupe KissKissBankBank & Co. Le site de financement participatif est entièrement dédié au crowdlending dans les domaines des énergies renouvelables et de l’immobilier.

Frais

La plateforme Lendopolis facture ses services à hauteur de 3 à 4 % HT des sommes collectées, et 1 % HT des mensualités des prêts.

Dartagnans : le financement participatif pour le patrimoine culturel

logo dartagnansDartagnans est une plateforme française dans le but est de préserver le patrimoine culturel français. Le site gère des campagnes de crowdfunding culturel avec une visibilité internationale.  La plateforme compte 150 000 investisseurs originaires de 157 pays.

Frais

La commission appliquée par Dartagnans s’elève à 8 % HT des fonds collectés.

Comment investir dans le crowdfunding? Tutoriel

Alors que vous savez maintenant ce que c’est que le  crowdfunding et que cela vous tente de commencer à y investir votre argent, suivez notre tutoriel avec un exemple bien concret sur le site de Crédit.fr.

Étape 1:  L’enregistrement sur le site de Crédit.fr 

Nous vous prions donc de suivre le lien et de vous rendre à la page d’inscription de Crédit.fr afin de commencer le processus. Il vous est demandé de remplir de nombreux champs vides à cet effet. 

Commencez en précisant votre civilité (monsieur, madame) puis continuer les informations suivantes:

  • Votre nom de famille
  • Votre date de naissance
  • Votre pays de résidence fiscale 
  • Votre nationalité 
  • Votre adresse électronique et un mot de passe
  • Votre numero de telephone

Après les avoir rempli toutes avec des informations valides, vous cochez les deux cases qui indiquent que vous adhérez aux conditions générales d’utilisation du site Credit.fr et celles de Lemon Way. Nous vous recommandons donc de les lire au préalable afin de savoir de quoi il s’agit. Puis cliquez sur “Je m’inscris”. 

Étape 2: La validation du compte

La seconde étape consiste à valider son compte afin de pouvoir commencer à prêter son argent. Elle se fait en deux temps. D’abord il y a les coordonnées puis viennent ensuite les justificatifs Dirigez-vous à la section gauche ou il est inscrit: “Conformité du compte”. Commencez en y ajoutant vos coordonnées.  

Dans un premier temps, vous préciserez vos coordonnées encore une fois:

  • Nom complet
  • Date de naissance 
  • Numéro de téléphone  

Puis votre adresse complète en ajoutant:

  • Numéro de maison et nom de rue
  • Code postal
  • Ville 
  • Pays de résidence

Enfin vous devez soulignez votre lieu de naissance.

  • En France ou dans un département d’outre mer
  • Ne pas être né en France 

La vérification de votre identité

Pour respecter les obligations légales afin de prévenir le blanchiment des avoirs et la fraude, Credit.fr vous demande de participer au processus Know Your Customer. Il devient obligatoire de fournir les pièces demandées. Ces dernières comprennent entre autres:

  • Une copie de votre carte d’identité ou celui de votre passeport
  • Un justificatif de domicile vieux d’un peu moins de trois mois ou encore votre avis d’imposition.

Avant septembre 2019, il était possible de prêter jusqu’à 2 500 euros puis le nouveau plafond a été de 250 euros avant même de faire valider son compte mais aujourd’hui il n’est tout simplement pas possible de le faire sans cette étape cruciale. Une fois fini, signez votre mandat de prêt. 

Étape 2: Une analyse des différents projets

Vous pourrez ensuite voir tous les projets disponibles pour pouvoir investir votre argent. Faites un clic sur celui qui retient votre attention et lisez un peu plus le concernant.

Étape 3: Choisir un projet

Après l’avoir sélectionné, vous aurez de plus amples détails sur le projet et les fonds collectés jusqu’à date. Vous y verrez aussi le taux d’intérêt et la durée du prêt.

Étape 4:  Investir dans un projet 

Si après lecture du projet, vous voulez y investir votre argent, allez jusqu’au bas de la page et vous verrez “Prêter”. Cliquez dessus et continuez en précisant la somme que vous souhaitez.

Si vous êtes un particulier, le montant maximal par projet est de 2000 euros pour chaque projet mais les institutions peuvent contribuer jusqu’à 2.5 millions d’euros. Le montant minimum accepté pour prêter est de l’ordre de 50 euros.

Pour créditer, vous avez le choix entre la carte bleue et le virement bancaire. Pour les cartes bancaires, il faudra préciser CreditFR…XXX comme motif du virement et un délai de 48 heures sera observé avant qu’il ne soit effectif mais le virement est instantané pour la carte bleue.

Ça y est, vous avez investi dans un crowdfunding !

Comment lancer un crowdfunding et financer vos projets associatifs ?

Si au contraire vous souhaitez lancer votre propre financement participatif, suivez les étapes ci-dessous.

Étape 1 : Choisir une plateforme pour lancer votre crowdfunding

Les sites de financement participatif ne sont pas tous égaux en termes de performances, de fiabilité et de garanties. Il faut donc prendre le temps de comparer les plateformes de financement participatif.

Voyons quelques critères de sélection pour vous aider à choisir le site de financement participatif qui est adapté à votre projet.

  • Type de financement participatif : Certains plateformes de financement participatif sont spécialisées dans le crowdfunding avec ou sans contrepartie, tandis que d’autres sont plus orientées vers le crowdlending ou le crowdequity.

  • Immatriculation de la plateforme : Le site de crowdfunding doit être immatriculé à l’ORIAS (l’Organisme pour le Registre des Intermédiaires en Assurance) et/ou au REGAFI (le Registre des Agents Financiers).

  • Statut de la plateforme : S’il s’agit d’une plateforme de prêt, elle doit avoir le statut d’IFP (Intermédiaire en Financement Participatif) délivré par l’ORIAS. Si c’est une plateforme d’investissement, elle doit avoir le statut de CIP (Conseiller en Investissement Participatif) accordé par l’AMF (Autorité des Marchés Financiers) ou de PSI (Prestataire de Services d’Investissement) délivré par l’ACPR (Autorité de Contrôle Prudentiel et de Résolution).

  • Ciblage de l’audience:  Adaptez le choix de la plateforme de crowdfunding en fonction du public que vous ciblez. Certains sites ont une portée internationale. Mais cela n’a que peu d’intérêt si votre projet est national voire local. Dans ce cas, tournez-vous plutôt vers un site qui a un bon ancrage national ou régional.

  • Commission de la plateforme: Renseignez-vous sur le montant des frais prélevés par le site.

  • Taux de défaut du site (calculé en nombre ou en montant) et son taux de retard.

  • Fonctionnement général et ergonomie :  Il est important que le site offre un parcours clair et accessible à un maximum d’investisseurs.

  • Possibilité de profiter d’un accompagnement : Certains sites de crowfunding proposent un accompagnement personnalisé pour vous aider à lancer et à suivre votre campagne de financement participatif ;

  • Notoriété et réputation du site (date de création, profil des fondateurs et des propriétaires, etc.).

Étape 2: Faire un choix d’une campagne de financement participatif

Au-delà du choix de la plateforme, il faut également sélectionner la campagne de financement participatif qui vous correspond. Pour cela, il faut considérer les fonctionnalités et les spécificités comme :

  • Le montant de la campagne :  Les sites de financement participatif encadrent souvent (avec un minimum et/ou un maximum) le montant des fonds qu’il est possible de collecter dans une campagne .
  • Le plafond des investissements: De même, une plateforme peut encadre la contribution de chaque investisseur avec un montant minimum et un plafond maximum.
  • La durée de la collecte :  Une campagne de crowdfunding peut généralement durer jusqu’à 90 jours. C’est normalement au porteur de projet de fixer la durée idéale pour son projet de financement participatif. Vérifiez les durées admises sur une plateforme avant de faire votre choix.
  • La validation des investisseurs : Des sites offrent la possibilité au porteur de projet de valider le profil des investisseurs candidats. Sur d’autres sites, l’acceptation d’un investisseur est automatique.
  • Le taux d’intérê : Il s’agit du taux de rémunération qui sera proposé aux investisseurs. La plateforme de crowdlending peut fixer elle-même le taux d’intérêt ou laisser le choix au porteur de projet. Plus le taux est élevé, plus il sera attractif. Mai en contrepartie, l’opération vous coûtera plus cher.
  • La durée du prêt : Il s’agit du délai maximum pendant lequel les investisseurs vous prêtent leur contribution. Au terme du délai du prêt, vous devrez les rembourser.
  • Le remboursement anticipé :  Certaines plateformes autorisent le remboursement anticipé de votre prêt. Vérifiez bien les frais qui s’appliquent dans ce cas.

Et du côté du porteur de projet, comment ça se passe ?

Étape 3 : Configurer le projet

La configuration de la campagne de financement commence par le choix de la catégorie de projet. Vous n’avez qu’à choisir dans quoi investir dans la liste déroulante.

Il faut ensuite indiquer l’objet de la campagne, c’est-à-dire ce que vous comptez faire ou créer.

L’étape suivante consiste à sélectionner votre pays dans une liste déroulante. Vous devez ensuite valider un certains nombre d’informations qui attestent que vous êtes en droit de créer cette campagne de financement participatif.

Suite à cette configuration de base, vous devrez créer un compte sur le site pour sauvegarder vos informations et poursuivre l’opération.

Étape 2 : Affiner le projet

Une fois que vous avez créé votre compte, vous pouvez continuer le paramétrage de votre campagne. Commencez par ajouter les informations de base comme le nom de votre projet et une image de présentation.

Vous pouvez ensuite ajouter des récompenses pour inciter les investisseurs à participer.

Poursuivez la configuration en renseignant une description détaillée de votre histoire. Vous pouvez également créer votre profil Kickstarter et ajouter des collaborateurs. Enfin, vous devez ajouter vos coordonnées bancaires.

Étape 3 : Vérification du projet

Votre dossier doit ensuite être passé en revue par la plateforme. Le but est de vérifier que le projet est conforme aux règles du site et aux règles de bonne conduite. Le délai de vérification du projet peut atteindre 3 jour ouvrés.

Étape 4 : Lancer la campagne de financement participatif

Une fois que votre projet a été validé, il est temps de le lancer. Préparez le lancement du projet en générant votre URL. Vous pouvez ensuite activer votre campagne et la partager très largement !

Financement participatif : quelle rentabilité ?

rentabilité d'un investissement

Si vous envisagez d’investir, vous vous demandez sans doute combien rapporte le financement participatif. En réalité, tout dépend du projet que vous choisissez de soutenir.

Chaque projet de financement participatif en crowdlending comporte un taux d’intérêt qui représente un niveau de risque. Quelle rentabilité pouvez-vous espérer en crowdlending ? Le taux annuel brut se situe généralement entre 2 % et 10 % (voir plus) selon les projets. La rentabilité moyenne brute est de l’ordre de 5-7 %. Généralement, plus le taux d’intérêt est élevé, plus l’opération comporte des risques.

La rentabilité du crowdequity est beaucoup plus difficile à prévoir. Les porteurs du projet peuvent simplement l’estimer. Quoi qu’il en soit, la rentabilité de l’opération ne pourra être connue que lors de la revente des titres. Par exemple, si vous investissez dans une startup, l’entreprise peut devenir une société à succès et vous pourrez revendre vos actions à prix d’or. À l’inverse, si la startup ne décolle jamais et le prix des actions baisse, vous aurez une rentabilité négative.

Fiscalité du financement participatif

Les rentabilités des projets de crowdfunding sont toujours affichées sous forme brute. Il faut donc garder en tête que les intérêts perçus sont imposables. La fiscalité de l’investissement participatif en France dépend du projet et de la situation de l’investisseur.

De manière générale, un taux de prélèvement forfaitaire de 30 % s’applique sur les plus-values et les intérêts perçus. La fiscalité est comparable à celle appliquée sur les intérêts des placements à taux fixe (livrets, comptes à terme, etc.). C’est ce qu’on appelle le PFU : prélèvement forfaitaire unique.

Le PFU rassemble les deux impositions suivantes :

  • Les cotisations sociales à hauteur de 17,2 %;
  • L’impôt sur le revenu à hauteur de 12,8 %.

Ce prélèvement de 30 % est forfaitaire. Il ne dépend pas du revenu fiscal de référence de l’investisseur ni de sa tranche d’imposition.

Il est cependant important de vous renseigner sur la fiscalité applicable dans votre situation précise. En effet, il existe des règles fiscales et des optimisations possibles pour chaque projet d’investissement participatif.

Les avantages du crowdfunding

Le crowdfunding constitue une alternative ou un complément à l’emprunt bancaire, qu’il s’agisse d’un prêt personnel ou professionnel. Vous pouvez l’utiliser seul ou en plus d’un emprunt classique auprès d’une banque. Très souvent, le financement participatif est la première étape du montage financier d’un projet. Il permet de constituer une cagnotte qui sert ensuite d’apport pour accéder à un emprunt bancaire.

Le financement participatif peut alimenter tout type de projet. Il peut s’agir de :

  • Un financement participatif entre particulier ;
  • Un financement participatif d’un projet associatif ;
  • Le financement participatif pour création d’entreprise ;
  • Le financement participatif de PME ;
  • Etc.

De plus, le crowdfunding est un mode de financement rapide. Les campagnes de financement durent généralement 30 jours. Il est donc possible de débloquer des fonds très rapidement.

Du côté de l’investisseur, le financement participatif donne notamment la possibilité de :

Les risques du crowdfunding

Bien entendu, le crowdfunding n’est pas exempt de tous risques. Du point de vue du porteur de projet, les conditions du crowdlending sont souvent moins favorables que les prêts bancaires : durée plus courte, taux d’intérêt plus élevé, etc. S’il s’agit d’un crowdfunding pur, la générosité des donateurs apporte une certaine pression morale et professionnelle. De même, l’intégration de nouveaux actionnaires via le crowdequity n’est pas sans conséquence.

Pour un investisseur, le principal risque est la perte du capital (tout ou partie) et des intérêts. En effet, la rentabilité n’est pas garantie. Il est donc possible que ce placement financier vous rapporte moins que prévu. Par ailleurs, l’entreprise dans laquelle vous investissez peut faire faillite, et vous pourrez avoir des difficultés à récupérer votre capital investi.

Un autre inconvénient est la perte de liquidité. La plupart du temps, votre capital n’est pas disponible. Il est même souvent impossible de récupérer le capital avant le terme du contrat. Vous ne devriez donc investir que si vous avez la certitude de ne pas avoir besoin de ces fonds jusqu’à l’échéance convenue.

Conclusion: comment investir dans le crowdfunding?

Le financement participatif révolutionne la façon de financer un projet. Désormais, il existe des alternatives au prêt bancaire. Avec le crowdfunding, le crowdlending et le crowdequity, vous pouvez repousser les frontières du financement de projet.

Pour un porteur de projet, le financement participatif permet d’obtenir des fonds pour réaliser un projet personnel ou professionnel. Du côté d’un investisseur, il permet d’apporter une contribution pour développer un projet intéressant.

Quel que soit votre profil, porteur de projet ou investisseur, il est important de vous renseigner sur le type de financement participatif qui vous convient. Vous devez connaître les conditions et surtout les risques associés à l’opération. Prenez le temps de comparer les sites de financement participatif pour mener à bien votre projet !

Questions fréquentes

Qu'est-ce que le financement participatif?

Le crowdfunding est un financement participatif qui permet de récolter des fonds. Avec ce système, un porteur de projet peut financer une idée directement auprès des investisseurs.

Qui peut investir dans le financement participatif ?

Le porteur de projet peut être un particulier ou une entreprise. Du côté des investisseurs, tout dépend à qui s’adresse la campagne de financement participatif. Il peut là aussi s’agir de particuliers ou de professionnels.

Quels sont les différents types de financement participatif ?

Il existe trois principaux types de financement participatif : le crowdfunding pur (le don), le crowdlending (le prêt) et le crowdequity (l’action).

Comment lancer une campagne de crowfunding ?

Il faut choisir un intermédiaire de financement participatif, c’est-à-dire une plateforme spécialisée. Vous devez ensuite décrire votre projet, vos objectifs et les conditions de la campagne. Selon le type de financement, vous pouvez également proposer des contreparties pour inciter les investisseurs à soutenir votre projet.

Kévin Comitogianni
De formation ingénieur mécanique, j'ai travaillé dans l'industrie pendant 10 ans, particulièrement dans le nucléaire. Reconverti dans la rédaction web depuis plusieurs années, j'utilise mes connaissances techniques pour l'écriture d'articles sur des thèmes spécifiques comme la finance, les cryptomonnaies, la blockchain.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here