Accueil « Non-rétroactivité » des lois fiscales : mythe ou réalité ?
Bourse et économie, Fiscalité / Impôts

« Non-rétroactivité » des lois fiscales : mythe ou réalité ?

Rétroactivité de la loi fiscale et insécurité juridique

La non-rétroactivité de la loi fiscale est un principe qui signifie qu’une loi nouvelle ne peut pas s’appliquer aux situations antérieures à son entrée en vigueur. Ce principe est consacré par l’article 2 du Code civil, qui dispose que « la loi ne dispose que pour l’avenir ; elle n’a point d’effet rétroactif ». Il s’agit d’une garantie pour les contribuables, qui ne peuvent pas être soumis à une imposition plus lourde ou plus complexe que celle qu’ils connaissaient au moment où ils ont réalisé les faits générateurs de l’impôt.

Le Conseil constitutionnel a affirmé que le principe de non-rétroactivité s’impose au législateur en matière fiscale, sauf en cas de nécessité impérieuse ou pour des motifs d’intérêt général suffisants. Il a ainsi censuré plusieurs dispositions législatives qui portaient atteinte à ce principe, notamment en matière d’impôt sur le revenu, d’impôt sur les sociétés, de taxe sur la valeur ajoutée ou de droits de succession.

Une « non-rétroactivité » qui n’est pas absolue :

Toutefois, la non-rétroactivité de la loi fiscale n’est pas absolue. Le législateur peut adopter des mesures rétroactives dans certains cas, sous le contrôle du Conseil constitutionnel. Par exemple, il peut prévoir des mesures d’interprétation authentique, qui visent à préciser le sens et la portée d’une loi antérieure, sans en modifier le contenu. Il peut également prévoir des mesures de validation législative, qui visent à confirmer la légalité d’une pratique administrative contestée par le juge. Il peut enfin prévoir des mesures d’adaptation, qui visent à harmoniser le droit interne avec le droit européen ou international.

Ainsi, le Conseil constitutionnel admet que le législateur puisse adopter des dispositions fiscales rétroactives dans trois cas :

– lorsque la rétroactivité est justifiée par un motif d’intérêt général suffisant ;

– lorsque la rétroactivité vise à valider des actes administratifs ou juridictionnels ;

– lorsque la rétroactivité a pour objet de corriger une erreur ou une omission de la loi antérieure.

Par exemple, le Conseil constitutionnel a jugé conforme à la Constitution une disposition de la loi de finances pour 2012 qui modifiait rétroactivement le régime fiscal des indemnités de rupture du contrat de travail, au motif qu’elle visait à mettre fin à une inégalité de traitement entre les salariés.

En outre, le Conseil d’État reconnaît que l’administration fiscale peut prendre des mesures d’interprétation rétroactive de la loi fiscale, à condition qu’elles ne remettent pas en cause les situations légalement acquises. Il s’agit des circulaires, instructions ou rescrits qui précisent le sens et la portée des dispositions fiscales, sans les modifier ni les compléter. Ces mesures sont opposables aux contribuables, mais aussi à l’administration, qui ne peut pas leur appliquer un régime moins favorable que celui qu’elles prévoient.

Souvent un écueil pour les contribuables :

Or s’il est un champ d’application de la loi fiscale dans lequel les contribuables – souvent des investisseurs – se retrouvent « malmenés » par une remise en cause (facile) par l’administration fiscale des réductions d’impôts dont ils ont pu et cru pouvoir bénéficier pendant toute la durée de leur engagement, c’est bien celui des investissements, de types immobilier-locatif (Scellier, Pinel, Duflot, Censi-Bouvard, etc) ou encore Girardin, etc.

Il suffit en effet qu’une disposition législative intervienne au beau milieu d’une période d’engagement (de location ; de conservation de participations, etc) pour modifier les conditions du régime fiscal ayant jusque-là prévalu et attiré les investisseurs et leur ayant ouvert droit à une réduction d’impôt annuelle, pour que, ces revirements de la loi étant souvent rétroactifs, les avantages qui avaient été initialement acquis se transforment en désavantages, « rectifications de leurs revenus » à la clef, avec pénalités. 

C’est une situation à la fois injuste, déstabilisante, quasiment imprévisible, dommageable pour les contribuables, et qui les place dans une situation d’insécurité juridique tout à fait anormale.

Une tentative législative pour « tordre le cou » à cette rétroactivité :

Le 7 novembre 2017, le député Charles de Courson a déposé sur le Bureau de l’Assemblée nationale une proposition de loi qui vise à limiter le recours aux dispositions fiscales de portée rétroactive. Le parlementaire a en effet estimé que la « rétroactivité » des dispositions fiscales a freiné l’attractivité de la France et a fait naître un sentiment d’insécurité juridique chez les contribuables concernés, donnant même lieu à certains abus et constituant un frein à l’initiative personnelle et à la liberté d’entreprendre.

Il a donc décidé de déposer cette proposition de loi organique afin de limiter en droit le recours à la loi rétroactive, à l’exemple de la pratique observée dans certains pays européens, son champ d’application concernant les dispositions fiscales contenues dans les lois, dans les lois de finances, ainsi que dans les lois de financement de la sécurité sociale. Dans ladite proposition de loi, la rétroactivité des mesures d’allègements en matière d’impôts indirects telle que la TVA se voulait permise pour éviter l’anticipation ; la rétroactivité liée à l’abrogation par anticipation d’un avantage fiscal se voyait par ailleurs placée sous le contrôle d’une « règle » en droit interne français et concernerait tous les contrats dont l’exécution varie entre 1 et 15 ans et dont l’équilibre financier serait compromis par une mesure rétroactive introduite postérieurement à leur entrée en vigueur.

La proposition de loi organique de Charles de Courson, député du groupe Libertés et territoires, visait à limiter le recours aux dispositions fiscales de portée rétroactive, c’est-à-dire qui modifient les règles applicables à des situations antérieures à leur entrée en vigueur. Selon l’exposé des motifs, cette pratique porte atteinte au principe de sécurité juridique et à la confiance des contribuables dans la stabilité du droit fiscal.

Tentative parlementaire demeurée « lettre morte » :

déposée à l’Assemblée nationale le 7 novembre 2017, la proposition de loi a été renvoyée à la commission des lois constitutionnelles, de la législation et de l’administration générale de la République. Elle a été examinée par cette dernière le 31 mars 2021 et le 7 avril 2021, laquelle a adopté un rapport favorable et huit amendements. Mais cette proposition de loi  n’a pas encore été inscrite à l’ordre du jour de la séance publique.

Le texte retenu après passage devant la commission précitée, prévoit que les dispositions fiscales ne peuvent avoir d’effet rétroactif que si elles sont justifiées par un motif impérieux d’intérêt général et qu’elles ne portent pas une atteinte disproportionnée aux droits et situations légalement acquis. Il prévoit également que les dispositions fiscales plus favorables peuvent s’appliquer rétroactivement aux situations en cours à la date de leur entrée en vigueur.

Conclusion

La non-rétroactivité de la loi fiscale est donc un principe fondamental du droit fiscal français, mais qui connaît cependant des exceptions limitées et encadrées. Il convient donc pour les contribuables de se tenir informés des évolutions législatives et jurisprudentielles en la matière, afin de connaître leurs droits et obligations.

Ajoutez Actufinance à vos flux Google Actualités

Questions & Réponses (0)

Vous avez une question? Notre panel d'experts est là pour vous répondre. Soumettre ma Question

1 Commentaire

Lire notre revue

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Didier Brochon Rédacteur Expert en Fiscalité

Didier Brochon Rédacteur Expert en Fiscalité

Dans la filière fiscale, je suis particulièrement compétent et formaté pour la fiscalité des entreprises et des particuliers, le contrôle fiscal et son assistance, les conseils aux entreprises et aux particuliers, le traitement des contentieux suite aux contrôles fiscaux, l'assistance aux vérifications de comptabilité informatisées (compétence informatique particulière dans le traitement des données), mais apte à défendre de la même manière un contrôle fiscal des particuliers (contrôle sur pièces, ou un examen contradictoire de la situation fiscale personnelle d'ensemble; impositions directes locales: taxe d'habitation, taxes foncières), je suis également compétent dans une autre spécialité mal connue, y compris de beaucoup d'avocats, les évaluations domaniales de valeurs vénales et de valeurs locatives d'immeubles, évaluations des indemnisations en matière d'expropriations pour cause d'utilité publique, et leurs contentieux (au sein de l'Agence France Domaine en qualité de Chargé de mission, évaluateur et commissaire du gouvernement devant le Juge de l'expropriation et devant les SAFER).

Ma carrière administrative m'a valu d'exercer dans pratiquement tous les domaines du droit fiscal, y compris international, au sein de plusieurs Grandes Directions Nationales (ex-DSGI aujourd'hui DRESG ; DNVSF, en liaison avec Bercy, puis dans une Grande Direction Régionale de contrôles fiscaux, la DIRCOFI Centre-Val de Loire). 

Plus que mes compétences techniques très étendues, ma personnalité s'est toujours distinguée par une exigence de rigueur, mon adaptabilité, l'esprit d'analyse et de synthèse, le pragmatisme, la créativité, réactivité, curiosité, l'aisance relationnelle et en équipe, la vitesse de compréhension et d'exécution, le goût de l'initiative, des responsabilités et de la négociation. J'aurais pu par exemple intégrer un cabinet spécialisé, pour assurer la défense des intérêts des clients dans les domaines précités. J'aurais tout aussi bien pu travailler en "back office" en défense et recours des contribuables vérifiés, sur études des dossiers, ou les assister pendant les vérifications. Mes principaux hobbies sont : musique, art en général et littérature en particulier, étant auteur publié, et je suis également intéressé par l'activité de rédacteur.

Mes compétences fiscales et "para-fiscales" sont des plus étendues : juridiques (droit civil, fiscal et pénal découlant du fiscal, et droit de l'urbanisme + droit administratif, public et constitutionnel).

Aujourd'hui à la retraite, je reste actif en qualité d'auto-entrepreneur, en matière de conseils et défense en fiscalité des particuliers uniquement, et secondairement conseil dans les activités liées à l'écriture. Mon site web professionnel est https://www.cdjf-casav.com, où je réponds aux contribuables (ou écrivains) qui me sollicitent (mes tarifs et honoraires y sont clairement mentionnés).

Dernières Actualités

Pourquoi Solana baisse 5 cryptos à acheter
Crypto-monnaies

Pourquoi Solana baisse ? 5 cryptos à acheter pour couvrir ses pertes

Autres informations financières

Minu et Jasmycoin surperforment les memecoins tandis que ces 3 meme tokens offrent les APY les plus élevés

Avec la santé affichée par le marché des cryptos, certaines pépites réalisent déjà de belles performances dans la crypto-sphère. C’est le cas de Minu et Jasmy Coin qui séduisent actuellement les investisseurs.  Minu (MINU) Minu est un memecoin à thème canin récemment émis sur la Binance Smart Chain. Il met en avant une dApp qui...

Crypto-monnaies

Découvrez le calculateur de staking et 5 cryptos pour un APY jusqu’à 1000 %

Le staking consiste à immobiliser des cryptos pour soutenir le fonctionnement d’un réseau blockchain, en échange de récompenses. C’est une stratégie d’investissement très prisée dans le secteur des cryptos notamment avec des rendements intéressants. Découvrez ce nouvel outil qui peut vous permettre d’optimiser et de parfaire votre staking crypto. Calculateur staking crypto : qu’est-ce que...

évasion fiscale
Bourse et économie, Fiscalité / Impôts

L’évasion fiscale des multinationales : une fuite qui paraît sans fin…

Crypto-monnaies

Sora : Et si Sam Altman avait raison ? Worldcoin monte en flèche +186,81 %

meilleure crypto de Solana
Crypto-monnaies

Les experts désignent la crypto phare de l’écosystème de Solana en pleine explosion

Sponsorisé

Une nouvelle inscription du Scorpion Casino (SCORP) est sur le point de se concrétiser, et les investisseurs spéculent sur la bourse sur laquelle elle pourrait avoir lieu