Accueil Quand la fiscalité et l’humour font bon ménage…
ACTUALITÉS

Quand la fiscalité et l’humour font bon ménage…

ActuFinance.fr Pourquoi faire confiance à Actufinance Arrow down

L’équipe d’Actufinance se compose exclusivement d’éditeurs, de rédacteurs et de journalistes experts en finance, en trading et en jeux d’argent. Ils se portent garants de l’exactitude et de la pertinence de l’ensemble des contenus sur notre site, en vérifiant chaque fait via des sources fiables, et en faisant usage de leur expérience et expertise.

Si nous nous détendions un peu, en ces temps si troubles et maussades de par le Monde, et pourquoi pas avec la fiscalité (si, si, vous allez voir, c’est possible !), bien que la fiscalité n’ait pas la réputation d’être  franchement drôle !…  On réussit néanmoins parfois à avoir le sourire, sinon le fou rire, tellement certaines situations sont cocasses, ou certaines formulations apparaissent comme parfaitement ridicules ! C’est que, de l’Antiquité à nos jours, la fiscalité occupe bien notre quotidien !

fisc humour

Déjà dans l’Antiquité…

La fiscalité était déjà connue dans l’Antiquité (d’où l’expression : « c’est aussi vieux que les impôts ! »), et à Rome l’Empereur Vespasien « imposait » les latrines qui portent d’ailleurs son nom !… Personne ne sait vraiment si cette fiscalité faisait rire ou sourire à l’époque !

Et jadis en France…

En revanche on sait qu’en France, avant la Direction générale des Finances Publiques (DGFIP) actuelle, il y eut pendant longtemps la Direction générale des impôts (DGI), et il y a plus de cinquante ans de cela, les services n’étaient pas du tout structurés comme ils le sont de nos jours (mais ils n’en fonctionnaient pas moins bien qu’aujourd’hui…, et peut-être même mieux !).

A une époque donc, il y eut d’un côté les Contributions indirectes, et de l’autre, les Contributions directes, avant qu’on organise les « Centres des impôts » en « IFAC » (s). Que voulait bien dire cet acronyme : IFAC ? : « Inspection Fusionnée d’Assiette et de Contrôle ». Un jour, dans un de ces IFAC les agents reçurent un courrier plutôt spécial dans une grande enveloppe non anonyme, avec, d’un trait bien appuyé, l’adresse suivante : « IFAC – Inspection Fumante d’Assiettes et de Casseroles » ! Le contenu était à l’avenant, car son auteur, bien « remonté » et plein d’esprit et d’humour, avait fait ce qu’il fallait ! En matière « d’assiette » (de l’impôt), on peut dire qu’il avait « mis les pieds dans le plat » !

On ne le sait pas toujours, mais le fisc émet, pour effectuer ses impositions et mises en recouvrement, et c’est le cas de l’impôt sur le revenu, des « rôles d’imposition », et il fut un temps où, pour « x » raison, il était possible de demander au « Percepteur » de l’époque (fonction disparue aujourd’hui), un « extrait de rôle » (pour servir de « justificatif » pour l’obtention d’une allocation, par exemple). Aussi l’un d’eux reçut un jour une lettre mal orthographiée, d’une dame expliquant qu’on lui demandait de produire un « extrait drôle » : ainsi formulée, sa demande déclencha l’hilarité générale dans le service !…

Une autre fois, un rédacteur du contentieux d’une direction, un type « de bonne volonté » mais véritablement souvent « dans la lune », et qu’il ne fallait surtout pas déconcentrer tandis qu’il rédigeait (à l’époque, à la main…) les réponses qu’il adressait aux contribuables qui avaient effectué une réclamation, écrivit (distrait) au destinataire en guise de conclusion, juste avant la formule de politesse, « je vous prie de bien vouloir déféquer à souhait », à la place de : « je vous prie de bien vouloir déférer à ce souhait », et la réponse partit sous cette forme, car il ne se relisait pas !…  Il ne s’en aperçut que plus tard, trop tard, alors qu’il relisait la photocopie de sa missive !

Il est arrivé souvent aussi que des contribuables à l’imagination débordante écrivent en adressant ainsi leur courrier : « Direction des Sévices Fiscaux de… », comme s’ils pensaient sans doute que, comme au Moyen-Age, les contribuables étaient soumis à la « question », à la « torture », voire à « l’écartèlement » !…

Une autre fois, un contribuable désespéré en appela, par écrit, à l’intervention du ministre « de la Ponction Publique » ! Faute de frappe, ou lapsus volontaire ? Si oui, c’était plutôt bien trouvé ! …

Citons également (il y a maintenant prescription) l’anecdote suivante : c’était au temps où ce n’était pas encore la Douane qui allait gérer et contrôler les droits indirects sur les alcools, mais les « Contributions indirectes ». Un beau jour, on demanda à un agent des impôts de remplacer « au pied levé » un collègue malade, avec pour « mission » de suivre un « parcours parsemé d’alambics » (car nous étions en période de fin d’autorisation de distiller), et d’y « poser tour à tour des scellés » d’une certaine manière, afin de les rendre « inutilisables » pour le reste de l’année, jusqu’à la prochaine saison, et d’empêcher l’utilisation de ces merveilleuses machines.

Mais le malheureux, plein de bonne volonté, n’y connaissait strictement rien et, après « une petite demi-heure de formation », il s’embarqua, muni de pinces, fils d’acier, plomb, pince à sceau. Il était satisfait de sa journée, en rentrant ! Il pouvait bien !…  Les bouilleurs de cru l’étaient également, car les alambics ayant été tous très mal scellés, ils purent après le départ de l’agent, la saison étant encore très belle, continuer à distiller sans problèmes, et sans rompre les « scellés » !…

De nos jours…

Dans le genre ridicule (qui ne tue pas, on le sait), il y a l’histoire vraie et assez récente de ce contrôleur des impôts qui, rédigeant une « réponse aux observations du contribuable » (à la proposition de rectification, ou redressement que ce dernier avait reçue), sur un imprimé n° 3926-SD, ne se rendit pas compte en l’écrivant  qu’il citait dans ses réponses des « éléments », « noms de sociétés » et « noms propres » qui ne concernaient absolument pas le redressement contesté par le contribuable auquel il répondait !…

Ce sont là les pièges du « copier-coller », très employé actuellement par les services de l’Etat !  Partie en l’état, cette « réponse au contribuable » fit les « choux gras » de ce dernier ou plutôt de son « conseil », qui obtint sans difficulté l’annulation pure et simple des redressements, la réponse 3926-SD étant « viciée » et ayant de plus « violé gravement le secret professionnel » !

Et puis aviez-vous remarqué cette curiosité ?  « Bercy » est l’anagramme du mot « Cyber » ! Pas étonnant quand on sait que l’imposant bâtiment regorge d’ordinateurs à tous les étages, des portables aux très puissants ordinateurs (le « big data »), serveurs et autres installations « branchées » en particulier sur le web, la fameuse « e-administration » très sophistiquée dont s’enorgueillit le ministère, les services de Bercy ayant également dopé ses ordinateurs avec la fameuse « intelligence artificielle » (IA) pour une plus grande efficacité dans la recherche et le ciblage de la fraude !

Mais l’humour et la fiscalité, c’est aussi l’affaire de citations, plus ou moins célèbres, mais toujours savoureuses.

Citations humoristiques sur la fiscalité

Les impôts ont de tous temps fortement inspiré le monde, de parfaits anonymes du « café du commerce » jusqu’à quelques « célébrités ». La fiscalité française est un sujet qui, bien que sérieux, a inspiré des citations mordantes et des réflexions amusantes de la part d’auteurs célèbres, dont voici quelques perles sur l’impôt, les taxes et la fiscalité, dont certaines sont pertinentes et non dénuées d’humour.

Un paroissien demanda à un prêtre quel comportement avoir face au fisc.  « Payez ! … Payez ! … Payez pour nous ! » lui répondit le prêtre (Raymond Devos) 

« S’il y avait un impôt sur la connerie, l’Etat s’autofinancerait » (Jean Yanne)

« Lorsque je donne quatre coups de pédale, il y en a trois pour le fisc » (Bernard Hinault)

« Si l’Etat créait un impôt sur la beauté, je serais exonéré » (Sim)

« Un millionnaire est un milliardaire qui vient de payer ses impôts » (Jean Rigaux)

« C’est au moment de payer ses impôts qu’on s’aperçoit qu’on n’a pas les moyens de s’offrir l’argent que l’on gagne » : une réalité financière souvent ressentie ! (Frédéric Dard)

« Le fraudeur fiscal est un contribuable qui s’obstine à vouloir garder un peu d’argent pour son propre usage » (Philippe Bouvard)

« Les conneries c’est comme les impôts, on finit toujours par les payer ! » : une vérité universelle, n’est-ce pas ? (Michel Audiard)

« Puisque les impôts ont une « assiette », pourquoi mangent-ils dans la nôtre ? » (Alphonse Allais)

« Chaque contribuable est quelqu’un qui travaille au profit du gouvernement sans être astreint à passer les concours de fonctionnaires » (Ronald Reagan)

« Nous payons des impôts pour rétribuer des fonctionnaires chargés de veiller à ce que nous payions bien nos impôts afin de rétribuer d’autres fonctionnaires » (Anonyme)

« Un moyen de réduire les impôts serait d’organiser une élection chaque année, car il semble que l’année des élections, il n’y ait jamais d’augmentation d’impôts » (Anonyme)

« La France est un pays extrêmement fertile : on y plante des fonctionnaires et il y pousse des impôts » : une métaphore fertile ! (Clemenceau)

« Pourquoi payer son impôt sur le revenu ? Il vaut mieux attendre qu’il reparte ! » (Pierre Dac)

« En France, tout ce qui bouge, on le taxe ; tout ce qui bouge encore, on le réglemente ; tout ce qui ne bouge plus, on le subventionne … » (Anonyme)

« Le jour est proche où nous n’aurons plus que l’impôt sur les os » (Michel Audiard)

« Il faut demander plus à l’impôt et moins aux contribuables. » (Alphonse Allais)

« Mon percepteur des contributions m’abandonne généreusement une partie de ce que je gagne » (Hergé)

« Quelle est la différence entre un taxidermiste et un percepteur ? Le taxidermiste ne prend que la peau » (Mark Twain)

« L’impôt, tu l’aimes ou tu l’acquittes ! » (Anonyme)

« J’ai déjà essayé de payer mes impôts avec le sourire, ils préfèrent un chèque » (Jean Yanne)

“Éviter de payer des impôts est la seule recherche intellectuelle gratifiante.” Une approche humoristique de la fiscalité ! (John Maynard Keynes, économiste)

“Deux milliards d’impôts ! J’appelle plus ça du budget, j’appelle ça de l’attaque à main armée !” Une façon imagée de décrire la pression fiscale ! (Michel Audiard)

Conclusion

En somme, l’humour dans la fiscalité française nous rappelle que même les sujets sérieux peuvent être abordés avec un « sourire en coin ». Après tout, rire des impôts, c’est peut-être la meilleure façon de les supporter !

Ajoutez Actufinance à vos flux Google Actualités

Questions & Réponses (0)

Vous avez une question? Notre panel d'experts est là pour vous répondre. Soumettre votre Question

Laisser un commentaire

Lire notre revue

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Didier Brochon Rédacteur Expert en Fiscalité

Didier Brochon Rédacteur Expert en Fiscalité

Dans la filière fiscale, je suis particulièrement compétent et formaté pour la fiscalité des entreprises et des particuliers, le contrôle fiscal et son assistance, les conseils aux entreprises et aux particuliers, le traitement des contentieux suite aux contrôles fiscaux, l'assistance aux vérifications de comptabilité informatisées (compétence informatique particulière dans le traitement des données), mais apte à défendre de la même manière un contrôle fiscal des particuliers (contrôle sur pièces, ou un examen contradictoire de la situation fiscale personnelle d'ensemble; impositions directes locales: taxe d'habitation, taxes foncières), je suis également compétent dans une autre spécialité mal connue, y compris de beaucoup d'avocats, les évaluations domaniales de valeurs vénales et de valeurs locatives d'immeubles, évaluations des indemnisations en matière d'expropriations pour cause d'utilité publique, et leurs contentieux (au sein de l'Agence France Domaine en qualité de Chargé de mission, évaluateur et commissaire du gouvernement devant le Juge de l'expropriation et devant les SAFER).

Ma carrière administrative m'a valu d'exercer dans pratiquement tous les domaines du droit fiscal, y compris international, au sein de plusieurs Grandes Directions Nationales (ex-DSGI aujourd'hui DRESG ; DNVSF, en liaison avec Bercy, puis dans une Grande Direction Régionale de contrôles fiscaux, la DIRCOFI Centre-Val de Loire). 

Plus que mes compétences techniques très étendues, ma personnalité s'est toujours distinguée par une exigence de rigueur, mon adaptabilité, l'esprit d'analyse et de synthèse, le pragmatisme, la créativité, réactivité, curiosité, l'aisance relationnelle et en équipe, la vitesse de compréhension et d'exécution, le goût de l'initiative, des responsabilités et de la négociation. J'aurais pu par exemple intégrer un cabinet spécialisé, pour assurer la défense des intérêts des clients dans les domaines précités. J'aurais tout aussi bien pu travailler en "back office" en défense et recours des contribuables vérifiés, sur études des dossiers, ou les assister pendant les vérifications. Mes principaux hobbies sont : musique, art en général et littérature en particulier, étant auteur publié, et je suis également intéressé par l'activité de rédacteur.

Mes compétences fiscales et "para-fiscales" sont des plus étendues : juridiques (droit civil, fiscal et pénal découlant du fiscal, et droit de l'urbanisme + droit administratif, public et constitutionnel).

Aujourd'hui à la retraite, je reste actif en qualité d'auto-entrepreneur, en matière de conseils et défense en fiscalité des particuliers uniquement, et secondairement conseil dans les activités liées à l'écriture. Mon site web professionnel est https://www.cdjf-casav.com, où je réponds aux contribuables (ou écrivains) qui me sollicitent (mes tarifs et honoraires y sont clairement mentionnés).

Dernières Actualités

shiba shootout vs shiba inu
ACTUALITÉS, Crypto-monnaies

Dans 15 heures, Shiba Shootout ($SHIBASHOOT) augmentera de 5 %

proces
ACTUALITÉS

Le procès retentissant d’un contribuable britannique devant la justice danoise

La coopération fiscale internationale n’est pas un vain mot, et elle parvient parfois à déjouer des « schémas de fraude » particulièrement élaborés et sophistiqués.  C’est le cas du procès d’un trader britannique, M. Sanjay Shah, accusé d’avoir floué l’administration fiscale danoise de quelques 1,2 milliard d’euros à travers des montages financiers dans les années 2010,  qui...

Le lancement des ETF Ethereum marque-t-il une nouvelle ère crypto - AF
Actualité économique, ACTUALITÉS, Bourse et économie, Crypto-monnaies, Economie numérique

Le lancement des ETF Ethereum marque-t-il une nouvelle ère crypto?

Aujourd’hui marque un tournant pour Ethereum avec le lancement des ETF au comptant. Mais que signifie cette évolution pour le marché crypto ? Un nouveau produit d’investissement L’approbation par la SEC de neuf ETF spot Ethereum ce 23 juillet marque une avancée majeure pour l’écosystème cryptographique. Les ETF spot permettent aux investisseurs d’accéder à l’Ethereum d’une...

ACTUALITÉS, Crypto-monnaies, Economie numérique

Base: un nouveau projet gaming sur le L2, par des ex de Coinbase

ACTUALITÉS

Les mineurs Bitcoin revendent massivement, quelle est la suite ?

meme coi ai en prévente
ACTUALITÉS, Crypto-monnaies

Plus que 8 jours pour participer à la prévente du meme coin IA WienerAI

ACTUALITÉS, Crypto-monnaies

Le nouveau meme coin JO The Meme Games (MGMES) passe la barre des 220 000 dollars en seulement cinq jours de prévente