Le peso philippin

    0
    357

    Le peso philippin est l’unité monétaire des Philippines. Du fait de l’histoire très mouvementée du pays, la devise n’a jamais été très stable. Ainsi, en 1862 apparaissent pour la première fois le peso fuerte, à l’époque sous domination espagnole. Après une brève période d’indépendance, les Philippines sont placées sous protectorat américain et sont mis en circulation de 1903 à 1912 des pesos d’argent au poids du dollar américain. Pendant la période d’occupation japonaise de 1941 à 1944, deux systèmes monétaires sont mis en place, l’un tenu par les japonais et l’autre par la guérilla. Ce n’est qu’en 1949, soit trois ans après l’indépendance définitive des Philippines que le pays se dote d’une banque centrale.

    La politique monétaire suivie ensuite fut plutôt chaotique, conduisant à des dévaluations successives du peso. Selon certaines études, un peso de la période 1903-1949 vaudrait environ 1200 pesos en 2008. La politique suivie par les autorités a eu pour but essentiel à partir des années 50 de faire diminuer la dette extérieure du pays qui ne cessa de croître alors que la croissance économique était atone et que l’hyperinflation appauvrissait la population. Cette hyperinflation était causée par le recours abusif et incessant des autorités à la planche à billet, mettant ainsi en place une politique monétaire totalement inadaptée. La gestion monétaire du pays laisse toujours à désirer de nos, les autorités n’ayant pas perdu leur habitude de dévaluer le peso assez régulièrement.

    Ainsi, de février 2008 à février 2010, le peso philippin a connu une très forte amplitude de variations face à la monnaie unique européenne, nettement plus que face au dollar. En février 2008, un euro valait 59,60 pesos puis 62,29 pesos un an plus tard et en 2010 63,98 pesos. Les récentes fluctuations du peso philippin face au billet vert semblent toutefois montrer que la politique monétaire du pays commence enfin à se mettre en ordre.

    Le peso philippin n’est par conséquent pas une devise sur laquelle il est conseillé d’investir puisque les autorités ont pour habitude de dévaluer la devise afin de faire redémarrer la machine économique, bien qu’une telle politique soit manifestement inefficace comme en témoigne les difficultés économiques des Philippines depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale.