La roupie indonésienne

    0
    349

    La roupie indonésienne (IDR) est l’unité monétaire de l’Indonésie depuis le 2 novembre 1949, soit quatre ans après l’indépendance du pays qui était jusque-là une colonie néerlandaise.

    Au départ, la roupie indonésienne évolue en fonction du dollar américain à une parité de 1 USD pour 3,8 IDR. Cependant, dans un contexte de très forte inflation, le gouvernement est rapidement contraint d’opérer des dévaluations successives de la monnaie nationale. De telles dévaluations sont monnaie courante sous le régime de Soeharto (1968-1998). Cependant, ces dévaluations successives furent profitables pour l’économie du pays puisqu’il a avantagé l’agriculture exportatrice indonésienne par rapport à ses concurrents internationaux.

    A partir de l’été 97, l’Indonésie est touchée à son tour par la crise monétaire asiatique, crise qui est renforcée dans le pays par les profondes faiblesses de l’économie. Durant les dix années qui ont précédé la crise, la roupie indonésienne était ancrée au dollar, moyennant une dévaluation de 3 à 5% par an afin de compenser le différentiel d’inflation. A partir du mois d’août 97, la roupie indonésienne est victime d’attaques spéculatives sur le marché des changes que les autorités peinent à contrer. Dans un premier temps, les autorités décident de laisser flotter la devise et de consacrer plus de 10 milliards de dollars de réserve de change afin de venir en aide à la roupie. A cela, il fallait aussi ajouter un relèvement important des taux d’intérêt par la banque centrale. En vain. Au début de l’année 97, le rapport roupie indonésienne/dollar US était de 2400 roupies pour un dollar contre 3000 roupies pour un dollar en septembre 97 avant de passer à plus de 5000 roupies à la fin de l’année 97. Sur l’année 97, la roupie indonésienne subit ainsi une dépréciation de plus de 50% par rapport au billet vert. Le début de l’année 98 s’annonce tout aussi mal puisque les autorités n’ont pas la confiance des marchés en dépit des efforts entrepris pour mettre en œuvre le programme de réforme du FMI. Ces doutes influent sur le cours de la roupie qui passe le seuil de 10 000 roupies pour un dollar le 8 janvier 1998, la dépréciation de la monnaie nationale se poursuivant dans les mois qui suivirent.

    Ce n’est qu’en 2001 que la banque centrale indonésienne parvient à rétablir la stabilité de la devise nationale qui s’affiche toutefois encore assez faible sur le marché des changes. Cet affaiblissement fut accentué par la crise des subprimes qui a conduit à une dépréciation du cours des matières premières agricoles et à un repli sur le dollar. Les différentes interventions de la banque centrale afin de défendre la roupie indonésienne se soldent, durant cette période, par des échecs cuisants.