Accueil Le Conseil Constitutionnel face au cumul des sanctions fiscales et pénales pour fraude fiscale
Bourse et économie, Fiscalité / Impôts

Le Conseil Constitutionnel face au cumul des sanctions fiscales et pénales pour fraude fiscale

Actufinance s’est déjà faite l’écho de décisions de l’administration fiscale, contestées par les contribuables, qui, les ayant soumises aux plus hautes juridictions, après avoir épuisé les recours précédents (Conseil d’Etat ou Cour de Cassation), voient leur requête transmise par les Magistrats de ces Hautes Assemblées, à l’avis du Conseil Constitutionnel par voie de QPC (Question prioritaire de constitutionnalité).

De plus en plus en effet, le Conseil Constitutionnel s’impose donc comme le dernier « rempart » des contribuables (dans la sphère juridique française), qui n’hésitent pas à le saisir par voie de QPC, les Sages quant à eux n’hésitant pas à réformer des positions administratives et des textes qu’ils jugent non-conformes aux principes fondamentaux de notre Constitution.

La question du cumul des sanctions se pose souvent en matière de contrôle fiscal

Sans aller jusqu’à imiter d’autres systèmes qui additionnent les peines encourues, il arrive souvent qu’un contribuable ayant été condamné pour fraude fiscale, surtout pour des motifs graves, cumule des sanctions fiscales très lourdes, et des sanctions pénales tout aussi lourdes. Se pose alors la question du « cumul des peines ». Les services du contrôle fiscal ont coutume, jusqu’à présent, d’appliquer la « règle » selon laquelle les sanctions additionnées ne sauraient excéder le montant maximum de l’une des sanctions encourues. 

Ce cumul de sanctions peut soulever des difficultés au regard du principe « non bis in idem », qui interdit que quiconque soit poursuivi ou puni deux fois pour la même infraction. Ce principe est consacré par l’article 4 du protocole n° 7 à la Convention européenne des droits de l’homme, ratifié par la France en 1988. Toutefois, la France a émis une réserve lors de la ratification, afin d’exclure du champ d’application du principe « non bis in idem » le cumul de sanctions fiscales et pénales.

La position claire du Conseil Constitutionnel sur ce cumul de peines

Ce dernier est le gardien des droits et libertés que la Constitution garantit aux citoyens. Il veille notamment au respect du principe de nécessité et de proportionnalité des peines, qui implique que toute sanction doit être adaptée à la gravité de l’infraction commise.

En matière de fraude fiscale, le droit français prévoit la possibilité d’un cumul de sanctions fiscales et pénales à l’encontre des mêmes personnes et pour les mêmes faits. Les sanctions fiscales sont prononcées par l’administration fiscale, qui peut infliger des amendes, des majorations ou des intérêts de retard aux contribuables qui ont omis ou dissimulé une partie de leurs revenus ou de leur patrimoine. Les sanctions pénales sont prononcées par les juridictions pénales, qui peuvent condamner les fraudeurs à des peines d’emprisonnement, d’amende ou de confiscation.

Par deux QPC et leur décision en date du 24 juin 2016 (2016-545 QPC et 2016-546 QPC), les sages ont eu à se prononcer sur le cumul des pénalités fiscales pour insuffisance de déclaration et des sanctions pénales pour fraude fiscale, le Conseil constitutionnel ayant été saisi le 30 mars 2016 par la Cour de cassation de deux questions prioritaires de constitutionnalité (QPC) se rapportant à la conformité des articles 1729 et 1741 du code général des impôts, aux droits et libertés que la Constitution garantit. 

Il s’est agi en l’espèce, de contester la légalité (conformité à la Constitution) d’un cumul de sanctions, celles appelées « majorations » et visées à l’article 1729 du Code général des impôts, et les sanctions pénales de l’article 1741. Jugeant en premier lieu « conformes » à la Constitution ces deux sanctions, prises isolément, les Sages se sont ensuite prononcés sur leur cumul, qu’ils ont également déclaré « conforme à la Constitution », sous deux réserves :

– s’appuyant sur le principe selon lequel l’objectif de lutte contre la fraude fiscale justifiait l’engagement de procédures complémentaires, dissuasives (sanctions fiscales) et répressives (sanctions pénales) dans les cas de fraude les plus graves, il a précisément jugé que le principe de nécessité des sanctions et des peines ne devait s’appliquer qu’aux situations les plus graves, de fraude fiscale, par la nature de la fraude ou par les montants importants éludés ;

– que le principe de proportionnalité des peines tel qu’appliqué jusque-là (cf : ci-avant, en début d’article), soit maintenu (limitation globale au montant le plus élevé de l’une des sanctions encourues).

Sous ces deux réserves, le Conseil Constitutionnel a reconnu « conforme » le cumul de sanctions, fiscales et pénales, des articles 1729 et 1741 précités. 

De plus, par une décision du 23 novembre 2018 (n° 2018-745 QPC), le Conseil constitutionnel a confirmé sa jurisprudence et a étendu sa réserve d’interprétation aux cas où les sanctions fiscales sont prononcées pour omission déclarative et les sanctions pénales pour fraude fiscale. Il a également rappelé que le juge pénal n’était pas lié par la qualification des faits retenue par l’administration fiscale et qu’il lui appartenait d’apprécier souverainement les éléments constitutifs de l’infraction pénale.

Le Conseil constitutionnel a ainsi affirmé que le cumul de sanctions fiscales et pénales était justifié par la nécessité de lutter contre la fraude fiscale, qui porte atteinte aux principes d’égalité devant la loi et devant les charges publiques. Il a toutefois encadré ce cumul par des garanties visant à assurer le respect du principe de proportionnalité des peines.

Ajoutez Actufinance à vos flux Google Actualités

Questions & Réponses (0)

Vous avez une question? Notre panel d'experts est là pour vous répondre. Soumettre votre Question

Laisser un commentaire

Lire notre revue

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Didier Brochon Rédacteur Expert en Fiscalité

Didier Brochon Rédacteur Expert en Fiscalité

Dans la filière fiscale, je suis particulièrement compétent et formaté pour la fiscalité des entreprises et des particuliers, le contrôle fiscal et son assistance, les conseils aux entreprises et aux particuliers, le traitement des contentieux suite aux contrôles fiscaux, l'assistance aux vérifications de comptabilité informatisées (compétence informatique particulière dans le traitement des données), mais apte à défendre de la même manière un contrôle fiscal des particuliers (contrôle sur pièces, ou un examen contradictoire de la situation fiscale personnelle d'ensemble; impositions directes locales: taxe d'habitation, taxes foncières), je suis également compétent dans une autre spécialité mal connue, y compris de beaucoup d'avocats, les évaluations domaniales de valeurs vénales et de valeurs locatives d'immeubles, évaluations des indemnisations en matière d'expropriations pour cause d'utilité publique, et leurs contentieux (au sein de l'Agence France Domaine en qualité de Chargé de mission, évaluateur et commissaire du gouvernement devant le Juge de l'expropriation et devant les SAFER).

Ma carrière administrative m'a valu d'exercer dans pratiquement tous les domaines du droit fiscal, y compris international, au sein de plusieurs Grandes Directions Nationales (ex-DSGI aujourd'hui DRESG ; DNVSF, en liaison avec Bercy, puis dans une Grande Direction Régionale de contrôles fiscaux, la DIRCOFI Centre-Val de Loire). 

Plus que mes compétences techniques très étendues, ma personnalité s'est toujours distinguée par une exigence de rigueur, mon adaptabilité, l'esprit d'analyse et de synthèse, le pragmatisme, la créativité, réactivité, curiosité, l'aisance relationnelle et en équipe, la vitesse de compréhension et d'exécution, le goût de l'initiative, des responsabilités et de la négociation. J'aurais pu par exemple intégrer un cabinet spécialisé, pour assurer la défense des intérêts des clients dans les domaines précités. J'aurais tout aussi bien pu travailler en "back office" en défense et recours des contribuables vérifiés, sur études des dossiers, ou les assister pendant les vérifications. Mes principaux hobbies sont : musique, art en général et littérature en particulier, étant auteur publié, et je suis également intéressé par l'activité de rédacteur.

Mes compétences fiscales et "para-fiscales" sont des plus étendues : juridiques (droit civil, fiscal et pénal découlant du fiscal, et droit de l'urbanisme + droit administratif, public et constitutionnel).

Aujourd'hui à la retraite, je reste actif en qualité d'auto-entrepreneur, en matière de conseils et défense en fiscalité des particuliers uniquement, et secondairement conseil dans les activités liées à l'écriture. Mon site web professionnel est https://www.cdjf-casav.com, où je réponds aux contribuables (ou écrivains) qui me sollicitent (mes tarifs et honoraires y sont clairement mentionnés).

Dernières Actualités

Actualité économique, Bourse, Bourse et économie, Crypto-monnaies, Finance d'entreprise, L'avis des experts, NFT

La demande en Bitcoin bientôt 5 fois supérieure à l’offre, quelles conséquences ?

propriété et taxes
Bourse et économie, Fiscalité / Impôts

Echapper à la plus-value immobilière, c’est possible ?

La réponse dépend de plusieurs facteurs, notamment du type de bien vendu, de sa durée de détention, de la situation personnelle du vendeur et de sa résidence fiscale.  Quelles sont les ventes concernées ? L’imposition des plus-values immobilières concerne les ventes de biens immobiliers situés en France, qu’il s’agisse de terrains, de maisons, d’appartements ou...

Crypto-monnaies, NFT

Des baleines ont abandonné des millions de dollars dans des bridges

D’après la société d’analyse Arkham Intelligence, des millions de dollars ont été abandonnés par des baleines sur différents bridges, dont probablement Vitalik. Des millions de dollars “oubliés” par les baleines ? Connected to @vitalikbuterin (receives 50 ETH from vitalik.eth) Amount stuck: $1.05 MillionTime stuck for: ~7 monthsAddress:https://t.co/0m6w8bQ5o0 Vitalik, if you own this address, PSA: you...

Sora Mala
Sponsorisé

Sora Mala dévoile une prévente unique “Envoyez au portefeuille”, alors que l’équipe s’apprête à lancer le premier meme AI en Webtoon.

lancement airdrop smog
Crypto-monnaies

Plus de 11 millions de quêtes achevées – Lancement de l’airdrop Smog Token

Bitcoin proche de son ATH - Smog et Scotti ai atteingent des sommets.
Crypto-monnaies, NFT

Les Runes font de nouveaux millionnaires, découvrez les meilleurs AirDrops

99bitcoins prevente learn to earn
Crypto-monnaies

Voici la prévente crypto préférée des whales après le halving