Accueil Comment réussir une donation-partage ?

La donation-partage est un acte par lequel il est possible de transmettre de son vivant une partie de son patrimoine à ses enfants, en leur attribuant des lots de biens. C’est un moyen efficace d’éviter les conflits successoraux, puisque la valeur des biens est fixée au jour de la donation et ne sera pas révisée au décès du donateur, tout en bénéficiant des abattements et des tarifs applicables aux donations, sans payer de droits de partage. Pour la réussir, mieux vaut suivre ces conseils :

Anticiper la composition des lots

Il est possible de tenir compte des souhaits de chaque enfant, ou d’imposer son propre choix. Ainsi, on peut donner des biens différents à chacun, en les évaluant au plus juste et en compensant les écarts par de l’argent ou des soultes, mais on peut également donner la pleine propriété ou la nue-propriété de certains biens, en s’en réservant l’usufruit. Le seul impératif pour que la valeur des biens soit figée : il faut, l’article 1078 du code civil, que chaque enfant ait reçu un lot, qu’il l’ait accepté et qu’il n’y ait pas de réserve d’usufruit prévue sur une somme d’argent.

Il n’est pas non plus exclu de pouvoir donner par exemple la nue-propriété de biens à ses petits-enfants en se réservant l’usufruit et en prévoyant un usufruit successif au profit de ses enfants, ce qui permettra à ces derniers de jouir des biens au décès du donateur. Les biens donnés aux petits-enfants seront décomptés de la part de réserve de leur parent.

Vérifier la législation en cas de résidence à l’étranger (donateur ou ses enfants)

Selon le pays concerné, les règles applicables peuvent en effet varier, et il y a lieu notamment de vérifier si la donation-partage est reconnue, si elle est soumise aux droits français ou étrangers (cf : conventions fiscales internationales), et si elle respecte les droits des héritiers réservataires.

Mêler des biens propres et des biens communs

En cas de mariage sous un régime de communauté, il est possible de donner à ses enfants des biens qui appartiennent en propre au donateur et des biens qui appartiennent à la communauté, avec l’accord du conjoint. On peut aussi donner à son conjoint la quotité disponible entre époux, c’est-à-dire la part du patrimoine du donateur qu’il peut lui transmettre librement.

donation partage

Justifier l’évaluation des biens 

Pour éviter toute contestation ultérieure, il est important de justifier la valeur des biens donnés à ses enfants. A cette fin, il est tout à fait possible de s’appuyer sur des estimations d’experts, sur des références du marché, ou sur des actes antérieurs (la pratique exige au moins 2 évaluations des biens). La juste évaluation d’un bien présente l’intérêt fiscal de ne pas risquer ultérieurement un redressement fiscal pour « insuffisance » de valeur.

Compenser les parts inégales

En cas de donation à ses enfants des lots de valeurs différentes, le donateur doit compenser les inégalités par des sommes d’argent ou des soultes, qui sont des dettes contractées par les bénéficiaires d’un lot plus important envers ceux d’un lot moins important. Ces soultes doivent être mentionnées dans l’acte de donation-partage et elles seront exigibles au décès du donateur.

Corriger les inégalités éventuelles

Si des donations antérieures ont été consenties à certains de ses enfants, le donateur peut les intégrer dans la donation-partage pour rétablir l’égalité entre eux ; il lui est aussi possible de choisir de ne pas les rapporter, en précisant dans l’acte que ces donations sont faites « par préciput et hors part », c’est-à-dire qu’elles s’imputent sur la quotité disponible et non sur la réserve héréditaire.

Ne pas donner un bien unique

Depuis 2013, la Cour de cassation ne reconnaît l’existence d’une donation-partage que si chaque enfant reçoit un bien distinct (cass. civ. 1re du 6.3.13, no 11-21.892, et du 20.11.13, no 12-25.681). 

Si le donateur ne dispose que d’un seul bien à transmettre, par exemple une maison familiale, il est déconseillé de le donner en indivision à ses enfants, car cela peut entraîner des difficultés de gestion et des désaccords entre eux. Il est alors préférable de vendre le bien en question, et de donner le produit de la vente, ou donner le bien à un seul enfant en compensant les autres enfants par de l’argent ou des soultes.

Sécuriser les anciens dons

Si des donations simples ont été consenties à ses enfants par le passé, le donateur peut les transformer en donations-partages avec leur accord. Cela permet de figer la valeur des biens donnés et d’éviter qu’ils ne soient réévalués au jour du décès.

Dans tous les cas, faire appel à un notaire

La donation-partage doit obligatoirement être établie par acte notarié et acceptée par les bénéficiaires. Le notaire conseille sur les modalités les plus adaptées à la situation et aux objectifs du donateur, et il rédige l’acte en respectant les règles juridiques et fiscales, puis il le fait enregistrer au service des impôts.

Profiter à plein des abattements et des réductions fiscaux

La donation-partage bénéficie des mêmes abattements que les donations simples : 100 000 euros par parent et par enfant, 31 865 euros par petit-enfant, 5 310 euros par arrière-petit-enfant, etc. Il est également possible de profiter de réductions de droits en donnant des biens spécifiques, par exemple des titres de sociétés, des biens ruraux ou encore des œuvres d’art.

Ajoutez Actufinance à vos flux Google Actualités

Questions & Réponses (0)

Vous avez une question? Notre panel d'experts est là pour vous répondre. Soumettre votre Question

Laisser un commentaire

Lire notre revue

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Didier Brochon Rédacteur Expert en Fiscalité

Didier Brochon Rédacteur Expert en Fiscalité

Dans la filière fiscale, je suis particulièrement compétent et formaté pour la fiscalité des entreprises et des particuliers, le contrôle fiscal et son assistance, les conseils aux entreprises et aux particuliers, le traitement des contentieux suite aux contrôles fiscaux, l'assistance aux vérifications de comptabilité informatisées (compétence informatique particulière dans le traitement des données), mais apte à défendre de la même manière un contrôle fiscal des particuliers (contrôle sur pièces, ou un examen contradictoire de la situation fiscale personnelle d'ensemble; impositions directes locales: taxe d'habitation, taxes foncières), je suis également compétent dans une autre spécialité mal connue, y compris de beaucoup d'avocats, les évaluations domaniales de valeurs vénales et de valeurs locatives d'immeubles, évaluations des indemnisations en matière d'expropriations pour cause d'utilité publique, et leurs contentieux (au sein de l'Agence France Domaine en qualité de Chargé de mission, évaluateur et commissaire du gouvernement devant le Juge de l'expropriation et devant les SAFER).

Ma carrière administrative m'a valu d'exercer dans pratiquement tous les domaines du droit fiscal, y compris international, au sein de plusieurs Grandes Directions Nationales (ex-DSGI aujourd'hui DRESG ; DNVSF, en liaison avec Bercy, puis dans une Grande Direction Régionale de contrôles fiscaux, la DIRCOFI Centre-Val de Loire). 

Plus que mes compétences techniques très étendues, ma personnalité s'est toujours distinguée par une exigence de rigueur, mon adaptabilité, l'esprit d'analyse et de synthèse, le pragmatisme, la créativité, réactivité, curiosité, l'aisance relationnelle et en équipe, la vitesse de compréhension et d'exécution, le goût de l'initiative, des responsabilités et de la négociation. J'aurais pu par exemple intégrer un cabinet spécialisé, pour assurer la défense des intérêts des clients dans les domaines précités. J'aurais tout aussi bien pu travailler en "back office" en défense et recours des contribuables vérifiés, sur études des dossiers, ou les assister pendant les vérifications. Mes principaux hobbies sont : musique, art en général et littérature en particulier, étant auteur publié, et je suis également intéressé par l'activité de rédacteur.

Mes compétences fiscales et "para-fiscales" sont des plus étendues : juridiques (droit civil, fiscal et pénal découlant du fiscal, et droit de l'urbanisme + droit administratif, public et constitutionnel).

Aujourd'hui à la retraite, je reste actif en qualité d'auto-entrepreneur, en matière de conseils et défense en fiscalité des particuliers uniquement, et secondairement conseil dans les activités liées à l'écriture. Mon site web professionnel est https://www.cdjf-casav.com, où je réponds aux contribuables (ou écrivains) qui me sollicitent (mes tarifs et honoraires y sont clairement mentionnés).

Dernières Actualités

ACTUALITÉS, Crypto-monnaies, NFT

Les memecoins Ethereum explosent, WienerAI est le prochain x100 ?

crypto learn to earn
ACTUALITÉS

Cette prévente crypto BRC-20 explose les 1,5 million de dollars

La crypto Learn-to-Earn 99Bitcoins (99BTC) a levé 1,5 million de dollars lors de sa prévente grâce à l’intérêt croissant pour son protocole novateur. 99Bitcoins est un des premiers et plus renommés sites d’éducation sur le Bitcoin. C’est une ressource précieuse pour ceux qui désirent approfondir leurs connaissances sur le secteur des cryptos. Dans environ 4...

3 cryptos à suivre avant que le BTC n'atteingne 75500
ACTUALITÉS

Les 3 cryptos à suivre avant que le Bitcoin n’atteigne 75 500 dollars

Le Bitcoin enregistre un nouveau momentum haussier, son prix ayant grimpé jusqu’à 71 503 dollars le mardi 21 mai 2024. Au moment de la rédaction, il flirte toujours avec les 71 000 dollars. Ce qui représente un gain de près de 7% sur les 7 derniers jours. La hausse actuelle, qui s’explique par plusieurs facteurs,...

taxes et fraude
ACTUALITÉS, Bourse et économie, Fiscalité / Impôts

Quid des dérives fiscales du fichier FICOVIE

Pump de 25 % - est-il trop tard d'acheter PEPE
ACTUALITÉS

PEPE grimpe encore de 25 % – Est-il trop tard pour acheter PEPE ?

Actualité économique, ACTUALITÉS, Crypto-monnaies, Matières premières, NFT

Coinbase lance le trading de contrats à terme sur l’or et le pétrole, le début d’une révolution ?

ACTUALITÉS, Crypto-monnaies, NFT

Donald Trump accepte officiellement les dons en crypto dont Dogecoin et Shiba Inu