actu lancien pdg de ftx semble eprouver du regret
Crypto-monnaies

L’ancien PDG de FTX semble éprouver du regret

L’affaire FTX fait toujours fureur, et personne ne semble vouloir ralentir la cadence. SBF lui-même n’arrête pas de bombarder le nouveau réseau social d’Elon Musk, de tweets incessants. Il affirme se sentir désolé pour ce dépôt de bilan, mais on sent quand même du déni dans ses propos.

Et toute la crypto-sphère n’attend qu’une chose : des actes qui appuient ses propos ! Et d’ailleurs, même les démocrates et républicains américains s’en mêlent désormais. Finalement alors, où en sommes-nous dans cette histoire ?

« Je n’aurais pas dû écouter les autres » : pense Sam Bankman-Fried

Sam Bankman-Fried, l’ancien PDG de FTX, s’est excusé à profusion et a qualifié le dépôt de bilan de la semaine dernière de « pire ratage ».

Sam Bankamn-Fried se fait interviewer par VOX

Sam Bankman-Fried aurait répondu à des questions sur une variété de sujets dans une longue interview avec Vox qui a été publiée le 16 novembre. Il s’agissait notamment du dépôt de bilan du 11 novembre, de son opinion sur les régulateurs, de l’éthique, de la façon dont FTX et Alameda ont « joué avec l’argent des clients » et du piratage de FTX.

Sam Bankman-Fried, l’ancien PDG de FTX, a affirmé que s’il a commis un certain nombre d’erreurs, la plus importante a été de suivre les conseils et de déclarer la faillite en vertu du chapitre 11. Cette déclaration a été faite en réponse à des captures d’écran de leur échange sur Twitter entre le rédacteur de Vox Kelsey Piper et Bankman-Fried.

À plusieurs reprises, Bankman-Fried a admis : « J’ai fait une grosse connerie». « Vous savez ce qui a peut-être été ma pire erreur ? »

« La seule chose que “tout le monde” m’a conseillé de faire était d’écrire le chapitre 11. »

« Tout serait rectifié à environ 70 % en ce moment », selon Bankman-Fried, et « les retraits ouvriraient dans un mois avec une clientèle absolument complète » s’il n’avait pas déposé le chapitre 11 de la faillite, a-t-il ajouté.

« Cependant, j’ai déposé le bilan à la place, et les responsables tentent maintenant de tout embraser dans l’humiliation. »

Il aurait tenté un prêt de 8 milliards pour tasser la situation

Le 8 novembre, Bankman-Fried aurait demandé aux investisseurs un financement d’urgence de 8 milliards de dollars après avoir reconnu un « manque de liquidités » et aurait même proposé d’utiliser ses propres richesses pour « rendre leur argent aux consommateurs et aux investisseurs ».

En réponse à une question concernant l’avenir, Bankman-Fried a fait remarquer qu’il n’avait que deux semaines pour obtenir les 8 milliards de dollars, ce qui est « fondamentalement tout ce qui compte pour le reste de ma vie. »

Bankman-Fried, quant à lui, « n’a aucun rôle en cours chez [FTX], FTX US ou Alameda Research Ltd. et ne parle pas en leur nom », a déclaré John Ray, PDG et directeur de la restructuration de FTX, dans une déclaration publique le 16 novembre.

On s’attaque maintenant aux régulateurs

Concernant les autres sujets abordés dans l’interview, Bankman-Fried a déclaré que son plaidoyer en faveur de la réglementation n’était « que des relations publiques », ajoutant : « J’emmerde les régulateurs, ils aggravent les choses, ils ne protègent pas du tout les clients. »

Plusieurs heures plus tard, le 16 novembre, Bankman-Fried a cherché à se rétracter, en tweetant : « C’est un travail vraiment difficile d’être un régulateur. Il leur est difficile de superviser des industries entières qui se développent plus vite que ne le permet leur autorité. »

Selon Bankman-Fried, il s’agissait soit d’un « ex-employé, soit d’un logiciel malveillant sur un ex-ordinateur », les employés ayant vérifié que l’argent pris à FTX avait bien été piraté.

Le problème dans toute cette histoire, c’est justement la confiance ! Et SBF semble extérioriser la faute jusque-là. Au point de tenir CZ, PDG de Binance, pour responsable de ce chaos.

L’ex-PDG semble toujours penser que CZ avait tout fomenté… et si c’était vrai ?

Dans un effort pour se défendre contre son rival FTX en perdition, dont l’insolvabilité a stupéfié le marché, le PDG de Binance s’est engagé jeudi à révéler les réserves de la bourse « dans la semaine ».

CZ détruit FTX exprès ?

« Si vous voulez que tout le monde soit égal, vous revenez au communisme, qui ne fonctionne pas » selon le PDG de Binance. Et tout ce qui se passe, « C’est un comportement ordinaire du marché. »

« La FTT a été accueillie avec beaucoup de méfiance et de mécontentement ».

Le fondateur de FTX, Changpeng Zhao, avait annoncé son intention de vendre des jetons de la FTT sur Twitter, puis s’est engagé à racheter le service chancelant avant de changer d’avis. Il a nié avoir joué un rôle dans la mésaventure impliquant son principal adversaire.

« Le fait que les gens aient réagi ne relève pas de notre responsabilité », a-t-il déclaré, ajoutant qu’il était peu probable que le prix change considérablement s’il disait quelque chose de mal sur le bitcoin. Selon lui, « il y avait beaucoup de méfiance et de mécontentement à l’égard de FTT en particulier, et de FTX en tant que société ».

« Bien joué, tu as gagné », a tweeté le fondateur de FTX, Sam Bankman-Fried, en référence à « un certain adversaire ». « Seul un fou créerait un tel tweet », a déclaré Changpeng Zhao.

Binance devra aussi dévoiler sa trésorerie !

L’entrepreneur sino-canadien a répondu aux questions du public en affirmant que Binance a « absolument » la capacité de supporter des retraits importants de la part de ses utilisateurs et que la société publiera un audit de ses réserves « dans la semaine ».

Si Binance peut tout mettre à nu aussi facilement, FTX devrait également en être capable ! Bien qu’il s’agisse d’une entreprise privée, l’aspect décentralisé du domaine dans lequel elle est née impose justement une certaine transparence !

« Ce qui importe, c’est faire du mieux que je peux » : encore de belles paroles ?

Dans ses derniers Tweets, SBF affirme : « Quoi qu’il en soit — rien de tout cela n’a d’importance maintenant. Ce qui compte, c’est de faire du mieux que je peux. Et faire tout mon possible pour les clients de FTX. »

Actuellement, difficile de croire ne serait-ce qu’une affirmation de SBF. Étant donné que non seulement les suspicions quant à sa malhonnêteté augmentent, mais également considérant le fait que personne ne détient présentement des preuves concrètes de son pouvoir de solvabilité.

Twitter est pratique, mais Twitter ne constitue pas le nécessaire à faire dans ce type de situation. Cela dit, seuls une prise de conscience radicale ou un coup de pouce des autorités bahaméennes ou américaines pourraient tout tasser. Ou, à défaut, faire éclater la vérité au grand jour !

 

Estelle Yelouassi

Estelle Yelouassi est rédactrice web. Après une licence en Géographie Humaine et Economique, elle a ensuite pris la direction de la rédaction web qu'elle pratique maintenant depuis 2017. Très polyvalente, elle rédige à la fois des articles news et des guides de fond pour Actufinance et participe également aux contenus du site Business 2 Community.