Assurance-Vie : Guide Complet Pour Investir en 2020

0
0

C’est le propre de toute personne responsable de vouloir épargner, que ce soit pour concrétiser un projet ou se mettre à l’abri des mauvais coups de la vie. Le choix est difficile devant la multitude d’offres qui se présentent sur le marché. À cet titre, l’assurance vie répond d’une manière optimale aux besoins de toute personne qui souhaite épargner. Le but final de l’épargne peut être un complément de retraite ou la transmission d’un héritage. Ce placement reste le privilégié des Français.

Dans cet article, nous vous expliquerons que l’assurance vie ne se perçoit pas uniquement dans le cas du décès du souscripteur, contrairement aux idées reçues. Nous vous expliquerons son fonctionnement et comment bien choisir un contrat.

Comment souscrire à une assurance vie ?

Une souscription assurance vie se fait en quelques clics. Ainsi, vous pouvez tout simplement suivre les étapes suivantes :

  • Se rendre sur le site Mon Petit Placement
  • Faire une simulation d’Assurance Vie préalable
  • Créer un compte
  • Valider son compte
  • Répondez aux questions sur votre projet
  • Soumettre ses documents
  • Mon Petit Placement vous contactera pour valider votre dossier

Ce guide vous expliquera en détail les étapes à suivre pas à pas dans le tutoriel pour débutant qui suit.

Contracter une Assurance Vie : Tutoriel complet

Découvrons maintenant plus en détail comment souscrire à un contrat en ligne facilement et rapidement.

1 – Se rendre sur Mon Petit Placement

Tout d’abord, rendez-vous sur Mon Petit Placement. Ce site met à votre service l’intelligence artificielle pour gérer votre patrimoine.

L’inscription pour votre assurance vie se fait en quelques clics sur le site assurance vie de Mon Petit Placement, avec une souscription 100 % en ligne.

2 – Faire une simulation préalable

Avant de commencer, le site vous propose de faire une simulation. Sur la page d’accueil, déroulez jusque la partie “Une Tarification 100% au Succès”.

Puis, il faut aller dans la section “Je veux voir mes tarifs”. Cliquez ensuite sur les jauges de l’outil de simulation assurance vie afin de comprendre les gains que vous pouvez réaliser et les commissions que vous paierez.

simulation assurance vie

3 – Créer son compte Mon Petit Placement

Ensuite, il vous faudra fournir toutes les informations relatives à votre situation, afin que Mon Petit Placement trouve le contrat qui vous convient. Pour commencer, cliquez sur “Je démarre”.

Il y a trois champs à compléter : votre adresse email, votre mot de passe et la confirmation que vous êtes majeur.

Il suffit ensuite de cliquer sur “Je m’inscris” pour passer à la suite.

Bon à savoir : en plus de devoir être majeur, il faut que vivre au sein de l’Union Européenne pour ouvrir un compte. Ce sont les deux conditions à remplir ; il n’ y a pas de frais d’ouverture.

4 – Valider son compte

L’étape d’après est de valider son compte. Vous recevrez un email à l’adresse indiquée.

Dans le mail reçu, confirmez que vous êtes bien l’auteur de la demande. Vous serez ensuite redirigé vers le site. Il est temps de passer aux questions sur la façon dont vous souhaitez investir.

5 – Répondez aux questions sur votre projet

En deuxième lieu, il faut répondre à une série de questions sur vous et votre identité. Cliquez sur “C’est parti pour les questions” en bas à droite pour lancer le processus.

Ces questions concernent :

  1. Votre expérience financière : vous aurez une série de questions Vrai / Faux. Répondez au mieux ; l’idée est de déterminer votre niveau de connaissances en investissement.
  2. Le rapport que vous avez au risque
  3. Votre situation et vos objectifs
  4. Votre identité

Le site pourra ainsi déterminer si vous êtes débutant, initié, confirmé ou expert.

Ainsi que votre relation au risque :

Et votre capacité à supporter des risques :

Il faudra pour finir renseigner votre identité et numéro de téléphone portable.

Il faut environ 14 minutes pour remplir l’ensemble du questionnnaire. Faites donc en sorte d’avoir un peu de temps devant vous avant de vous lancer.

6 – Envoyez vos documents à Mon Petit Placement

À l’issu de toutes ces questions, il vous faudra fournir des documents pour prouver votre identité. Mon Petit Placement vous indiquera ce qu’il vous faudra fournir.

7 – Mon Petit Placement va étudiez votre dossier

À présent, il vous suffit simplement de patienter pendant que l’organisme étudie votre dossier assurance vie. Vous serez contacté sous peu quant à une réponse favorable ou non sur votre dossier.

Qu’est-ce qu’une assurance vie ?

C’est en fait un placement qui permet de se constituer un capital sur le long terme. Il prend plusieurs formes et peut se faire piloter de différentes façons. Focus sur cet investissement très populaire chez les français.

Assurance vie : définitionFaire fructifier son capital

En termes simples, l’assurance vie est un contrat entre un assuré (vous) et un assuré.

Le principe est relativement simple : l’assuré ouvre le contrat assurance vie par un versement initial. Il effectue ultérieurement des versements qui peuvent être réguliers ou non et sans limite de montant.

En contrepartie des primes versées, l’assureur s’engage à verser des intérêts, sous forme de une rente ou un capital à l’assuré. Ce capital peut s’utiliser comme un produit d’épargne à moyen ou long terme.

Les trois buts d’une assurance vie sont le plus souvent les suivants :

  • épargner pour générer des revenus complémentaires
  • transmettre un capital dans une optique successorale
  • préparer sa retraite, une des principales préoccupations des français aujourd’hui.
Bon à savoir : il est possible aussi de retirer de l’argent avant la fin du contrat. Nous reviendrons sur comment faire cela plus loin dans cet article.

Le contrat se termine à la date prévue si l’assuré est en vie, ou quand il décède. Dans ce cas, le capital est versé au bénéficiaire du contrat.

Supports de l’assurance vie

Deux types de contrats se démarquent au sein des assurances vie. Il peut être en euros, en unités de compte (supports d’investissements autres que les fonds en euros). Dans ces deux cas, on parle de contrat mono-support. Ils peuvent sinon être multi-supports (placements en euros et en unités de compte).

Assurance vie avec fonds euros

Ce type de contrat répond à un besoin de placement assurance vie sécurisé. Toutes les sommes versées sur l’AV sont investies totalement en fonds euros dans des produits qui ne présentent aucun risque : les obligations d’entreprises, les obligations d’État, et même, si souhaité, le marché financier ou l’immobilier. Malgré une faible rentabilité, ce contrat offre de nombreux avantages non négligeables.

Assurance vie avec unités de compte (UC)

L’autre alternative est le placement du capital sur différents supports, portant sur des actifs financiers, appelés unités de compte. Ces unités de compte sont investies dans des parts de fonds qui sont composés des éléments suivants.

Ce contrat convient à ceux qui sont plus à la recherche de rendement que de sécurité, car il est plus risqué que le premier type de contrat, étant donné qu’il dépend des fluctuations des marchés financiers et immobiliers.

Il peut être judicieux d’accepter de placer une partie de son épargne sur ces unités de compte si elles achètent des actions émises par des sociétés dont la gestion est exemplaire et qui sont situées sur des marchés porteurs, tels Apple, Google, Netflix etc.

Consultez notre article sur les meilleures actions à acheter en 2020 pour en savoir plus.

Le contrat multi-support

Ces derniers prévoient des placements dans des fonds en euros et dans des unités de compte.

Assurance vie, comment ça marche ?

Le fonctionnement assurance vie se déroule selon deux dates importantes :

  • La date de début de l’assurance vie est celle où le souscripteur a signé le contrat et effectué le premier versement. Il paie les primes pendant la durée de la police d’assurance.
  • La date de fin est la date à laquelle l’assuré atteint l’âge de 65 ans. À ce moment, l’assureur paiera le capital vie au bénéficiaire.

Dans le cas où l’assuré décède, le paiement des primes s’arrête et l’assureur paiera le capital assuré en cas de décès au bénéficiaire. Ainsi, par exemple, vous souscrivez une assurance pension, vous payez les primes, vous recevez le capital à 65 ans si vous êtes encore en vie. En cas de décès avant cet âge, ce sera votre conjoint(e) et vos enfants qui seront les bénéficiaires.

Mon Petit Placement vous permet en quelques clics de postuler à une assurance vie qui répondra le mieux à vos besoins, et qui vous permette d’obtenir les meilleurs rendements. Vous pourrez investir dès 500 € initialement et 100 € mensuels par la suite.

Assurance vie : quel accompagnement ?

Les contrats d’assurance vie en ligne se déclinent en différents types de gestion qui proposent aux investisseurs un degré d’accompagnement plus ou moins important. Il conviendra donc au préalable de bien identifier vos besoins en la matière.

Gestion pilotéeconseils trading

Si vous possédez relativement peu de connaissances en matière d’investissement et de marchés financiers et/ou que vous n’avez que peu de temps à consacrer à la gestion de votre épargne, optez pour la gestion pilotée ou gestion sous mandat.

Dans ce cas de figure, la gestion de votre contrat est déléguée à des experts (une société de gestion mandatée par l’assureur, parfois même un robo-advisor), qui tiennent en compte de vos objectifs, de votre profil de risque et de votre horizon d’investissement pour réaliser leur allocation. Ils décident de la répartition des avoirs entre fonds euros sans risque et unités de compte (UC) à risque et prennent pour vous les décisions relatives à l’achat et la vente des unités de compte.

Vous êtes tenus informés des décisions lors de reportings, a minima annuels mais qui peuvent également vous être communiqués de façon semestrielle ou mensuelle. Ce type de gestion s’est largement démocratisée avec les contrats d’assurance vie en ligne qui proposent cette option à partir de quelques milliers d’euros d’encours, voire sans aucun seuil minimum.

Gestion conseillée

Autre possibilité à envisager si vous préférez déléguer la gestion de vos avoirs à des professionnels : la gestion conseillée. Le principe est le même que pour la gestion sous mandat mais il s’agit dans ce cas uniquement de recueillir les recommandations de professionnels de la finance qui vous fait parvenir ses conseils, sans les effectuer.

C’est à vous ensuite de prendre la décision finale et de suivre ou non les recommandations qui vous ont été faites. Ce type de gestion est souvent proposé par les conseillers en gestion de patrimoine et aussi par quelques contrats d’assurance-vie en ligne.

Gestion libre

Enfin, si vous avez une réelle appétence pour l’investissement et que vous souhaitez mettre en place vous-même vos stratégies d’investissement, vous pourrez opter pour la gestion libre.

Dans ce cas, c’est vous qui choisissez les fonds euros et les unités de compte dans lesquels vous souhaitez investir et qui procédez aux arbitrages nécessaires en fonction de l’évolution des marchés et de vos objectifs.

Pourquoi souscrire une assurance vie ? 5 avantages

L’assurance vie s’avère très intéressante pour différentes raisons. En voici 5 des principales qui expliquent pourquoi tant de français adoptent cet investissement.

1 – Faire fructifier son capital

C’est le fer de lance d’une assurance vie. Si un livret d’épargne offre un rendement de 0,50 %, tout en étant plafonné, une assurance vie vous permet de bénéficier de rendements plus conséquents.

Ces derniers peuvent atteindre 2 % en mono-support en fonds euros et encore davantage en unités de compte.

2 – Pouvoir transmettre son patrimoine

Un autre point fort est la possibilité de transmettre son patrimoine de manière optimale. Cela est dû à sa fiscalité très avantageuse et à la liberté que le contrat vous offre pour choisir vos bénéficiaires.

3 – Retirer son capital sans être imposéinvestir dans le vin et les taxes

Que l’on opte pour une assurance-vie temporaire ou permanente, on est sûr de bénéficier d’une fiscalité avantageuse, notamment parce que le capital de départ n’est pas taxé. En effet, la taxe ne s’applique que lors du retrait (ou rachat). Seuls les produits obtenus le seront. Et non pas pendant la durée du contrat, mais lors d’un retrait (appelé également rachat).

S’applique alors une fiscalité dégressive permettant une optimisation du contrat après 8 années de détention. Et contrairement à ce que l’on croit parfois, il n’est pas nécessaire d’attendre huit ans pour retirer une partie de son argent ou pour liquider son contrat.

Vous avez le droit de retirer votre capital après quelques années si vous le souhaitez. Alors, vous ne serez pas imposé sur les intérêts réalisés. Vous pouvez également faire des retraits pour compléter vos revenus ou transformer votre capital en rente viagère.

4 – L’assurance vie, le plus rentable des placements sans risque

Avec 1,8 % de rendement en moyenne en 2018 pour les contrats dont le capital est garanti (fonds en euros), l’assurance vie rapporte davantage que les classiques livrets A ou de développement durable (0,75 %) ou PEL actuels. Et la tendance se confirme depuis.

5 – Investir librement et de manière souple

Avec l’assurance vie, vous êtes libre en principe d’investir à votre rythme. Des montants minimums existent souvent et varient d’un assureur à l’autre. Il faut donc y être attentif. En outre, il n’y a pas d’âge minimum pour ouvrir un contrat : une bonne idée pour l’épargne de vos enfants.

Que couvre une assurance vie ?

Les différents types de contrats d’assurance vie couvrent des besoins et des objectifs différents.

Épargner pour se constituer un capital

L’assurance vie est un contrat que l’on souscrit auprès d’une banque ou d’une compagnie d’assurance. C’est une enveloppe juridique et fiscale qui vous permet de placer votre épargne sur différents actifs dans le but de vous constituer un capital.

C’est ainsi que, selon votre contrat, vous pouvez voir votre capital grandir via des fonds en actions, obligations et dans certains cas même des trackers ETF. Le tout, sans avoir besoin d’ouvrir un compte titre.

L’assurance vie pour se constituer une retraite supplémentaire

Cette enveloppe juridique et fiscale vous permet également de vous constituer une retraite pour l’avenir, puisque l’assureur vous remet votre argent au terme du contrat à l’âge de 65 ans.

Épargner pour couvrir ses proches en cas de décès

En cas de décès de l’assuré, l’assureur transmet l’assurance vie au conjoint, qui se trouve au premier rang des bénéficiaires. Si le conjoint n’accepte pas le bénéfice du contrat, le capital reviendra aux enfants.

Épargner pour financer ses obsèques

Vu que l’argent est transmis au conjoint –ou aux enfants- en cas de décès de l’assuré, son ou ses bénéficiaires peuvent s’en servir pour financer les obsèques du décédé.

L’assurance vie, pour qui ?

La souscription à une assurance vie est faite par une personne physique appelée le souscripteur. Le souscripteur (=l’assuré) peut alors épargner une somme d’argent auprès d’un organisme (=l’assureur) en vue de la transmettre à une ou plusieurs personnes désignées (=le ou les bénéficiaires) en cas de décès de l’assuré.

À part quelques exclusions (détail ci-après), toute personne souhaitant se constituer et valoriser un capital, toucher des revenus complémentaires lors de son départ à la retraite ou préparer sa succession peut souscrire une assurance vie.

L’assurance vie : quelles exclusions ?

Comme la souscription d’un contrat d’assurance vie modifie le patrimoine du souscripteur, certaines catégories de personnes ne peuvent souscrire.

Un mineur seul

La souscription ne peut être effectuée par un mineur seul. Pour signer le contrat, il doit être représenté, soit par les deux parents, soit par un seul parent (celui qui dispose de l’autorité parentale). Et dans le cas d’un désaccord entre les parents, il faut recourir au juge des tutelles. Ces règles doivent être respectées sous peine de voir le contrat considéré comme nul.

Un majeur « incapable » ou « protégé »

Si le majeur “protégé” est sous tutelle, l’autorisation du juge des tutelles ou du conseil de famille est nécessaire pour la souscription d’un contrat d’assurance en cas de vie. La souscription est défendue en cas de décès dont l’assuré serait un majeur sous tutelle.

Dans le cas où le majeur « incapable » est sous curatelle, l’assistance du curateur, ainsi que sa signature sont requises. Cette condition est nécessaire pour que le contrat soit valide.

Comment sont calculés les tarifs d’une assurance vie ?

Tous les contrats d’assurance vie sont différents. Ils varient en fonction de l’assureur, des supports utilisés ou encore du mode de gestion choisi, qui impactent sur l’assurance vie rendement du contrat de l’épargnant.

D’une manière générale, le coût d’une assurance vie dépend des frais liés aux éléments suivants.

  • Les frais d’adhésion
  • Frais de versement
  • Frais de gestion
  • Les frais d’arbitrage
  • Frais de transaction
  • Frais de sortie

Dans un contexte de taux bas, l’impact des frais de versement sur le rendement peut être important.

La fiscalité de l’assurance viefrais

Concernant la fiscalité assurance vie, au décès de l’épargnant, les sommes perçues par le ou les bénéficiaires du contrat d’assurance-vie n’intègrent pas civilement de l’assurance vie et succession du défunt. Les contrats qui ont été établis au profit du conjoint ou du partenaire de Pacs de quelques établissements (sans but lucratif et sous quelques conditions), les contrats qui sont souscrits au profit des sœurs et des frères sont exonérés de taxes. Ci-après l’assurance vie droit de succession à savoir.

Lorsque d’autres bénéficiaires sont désignés, les règles sont réparties comme suit :

  • Pour les contrats qui interviennent après le 20 Novembre 1991, la part des capitaux qui s’alignent à des primes versées par l’épargnant après ses 70 ans est soumise aux droits de succession pour leur fraction supérieure à 30 500 € (d’après les règles du droit commun). Il s’agira du plafond assurance vie dans le cas échéant.
  • Avant les 70 ans, un prélèvement forfaitaire après l’application d’un abattement de 152 500 € est appliqué aux montants reçus par le ou les bénéficiaires lorsqu’ils répondent à des primes versées par l’épargnant depuis le 13 octobre 1998. Le taux sur l’héritage assurance vie est de 20 % sur la part taxable de chaque bénéficiaire qui n’excède pas 700 000 € et de 31,25 % au-dessus.
  • Un abattement assurance vie supplémentaire de 20 % est de rigueur avant l’abattement de 152 500 €, s’il s’agit d’un contrat « génération vie ».

Le rachat de l’assurance vie, comment ça marche ?

Un rachat assurance vie vous permet de récupérer totalement ou partiellement des capitaux investis sur votre contrat.

  • Le rachat partiel : par le biais de cette opération, vous récupérez une part des fonds qui sont détenus sur votre contrat. Votre contrat reste en vigueur, il conserve son antériorité fiscale. Vous avez la possibilité de réaliser de nouveaux versements à votre guise.
  • Le rachat total assurance vie: ici, les fonds vous seront remis dans leur intégralité. Il est le seul qui met fin à votre contrat. Il est également possible à n’importe quel moment, sans aucune condition d’ancienneté du contrat (ce n’est pas la peine d’attendre l’échéance du contrat ou sa date de prise d’effet).
Toutefois, le rachat total ou partiel de votre contrat génère la mise en place de l’application de la fiscalité sur les intérêts reçus. Elle intervient selon l’ancienneté du contrat lors du rachat.

En dehors de cette fiscalité, un montant de prélèvements sociaux avec un taux de 17,2 % est aussi appliqué.

La demande de rachat peut être formulée à tout moment et envoyée par courrier recommandé (avec un accusé de réception). Le courrier devra renseigner votre numéro de contrat. Cette demande est adressée à l’assureur pour l’informer de votre souhait à vous désengager du contrat par le rachat total. À la réception du courrier, vous patientez pendant un délai de 2 mois pour obtenir les fonds.

Passé ce délai, les montants non versés produisent un intérêt assurance vie dont le taux est majoré de 50 %. Après deux autres mois, le taux assurance vie sera doublé (art. L.132-21 du Code des assurances).

Peut-on changer son assurance vie en cours ?

Il vous est impossible de transférer votre assurance-vie en cours dans une autre compagnie d’assurance. C’est sa grande différence avec la plupart des produits comme le compte-titres, le PEA, etc. Il est tout de même bon de savoir que d’après le transfert Fourgous, il peut y avoir la possibilité de transformer un contrat d’assurance vie mono-support (investi en fonds euros) en contrat multi-support.

Le souscripteur devra alors investir 20 % de l’encours (au moins) dans les UC. La loi Pacte du 22 mai 2019 a bouleversé le dispositif Fourgous en intégrant un transfert plus étendu. Effectivement, elle permet à l’épargnant de demander (sous quelques conditions) de transférer un contrat multi-support à un autre, mais dans une même compagnie.

Si vous n’êtes pas satisfait de votre contrat du moment, vous devrez passer par une résiliation et en ouvrir un nouveau dans une autre compagnie d’assurance.

Peut-on résilier son assurance vie de façon anticipée ?contrôle fiscal

Une situation difficile sur le plan financier causé par un événement d’ordre professionnel ou privé (séparation, maladie, perte d’emploi, accident) peut encourager à la résiliation de son contrat d’assurance-vie.

La réponse à cette question est donc oui ! La flexibilité de cette épargne peut vous le permettre, mais sachez que cette option a son lot de conséquences. Cependant, des alternatives existent. Vous pouvez demander de clôturer votre contrat à tout moment par le biais d’une lettre de résiliation assurance vie.

Des pénalités prévues dans le contrat doivent être appliquées par l’assureur. Si celui-ci a été souscrit dans un délai moins de 4 ans, la plus-value est imposable jusqu’à 35 %. Elle doit passer par un prélèvement libératoire de 15 % si le contrat a eu lieu entre 4 à 8 ans et 7,5 % s’il a dépassé 8 ans. Dans le cas où cette situation est éphémère, il est préférable de choisir parmi ces alternatives qui peuvent être envisagées dans le contrat :

  • L’avance : son montant maximal avoisine les 70 % de l’épargne disponible. Mais cette option n’est pas systématique : elle varie selon l’assentiment de l’assureur et les clauses du contrat. La décision de celle-ci concerne le nombre d’années de souscription du contrat. Si une perception d’un intérêt s’ajoute à cette avance, le contrat tient bon.
  • Le rachat partiel : la partie qui reste demeure sur le contrat. Le cas échéant, les plus-values sont taxées sous les mêmes règlementations que pour une résiliation ou un rachat total assurance vie, au prorata de la part qui a été rachetée.

Il vaut mieux pencher pour la deuxième solution, car votre contrat continue de fonctionner et vous ne perdez pas vos avantages fiscaux relatifs à l’assurance vie. Il est fortement déconseillé de fermer son assurance-vie avant 8 ans pour raison fiscale. Dans ce cas, vous serez taxé de façon conséquente.

Comment bien choisir son assurance vie ? Nos 6 conseils

Il est crucial de ne tromper dans le choix de son assurance-vie, étant donné que celle-ci ne peut pas migrer d’un établissement à un autre. Voici 6 conseils qui vous aideront à souscrire au bon contrat.

1 – Optez pour le meilleur distributeur et le meilleur assureur pour votre contrat

Un grand nombre d’acteurs proposent des contrats d’assurance-vie : pure player sur internet, acteurs classiques, banques en ligne… Avant la souscription de votre contrat assurance vie, il faut vous attarder sur les distributeurs et la solidité des assureurs financièrement parlant. Ce sont ces derniers qui possèdent les fonds et qui vont s’engager avec vous dans le contrat.

Il est donc crucial de faire ses recherches pour établir un comparatif assurance vie. De très nombreux paramètres entrent en compte :

  • Rendement des fonds euros,
  • Variété et nombre des unités de compte,
  • Possibilité de recourir à la gestion pilotée et à la gestion conseillée,
  • Frais pratiqués sur le fonds euros, sur les UC, sur les gestions pilotée et conseillée,
  • Minimum de versements,
  • Options de gestion,
  • etc.

Demandez-vous quels critères importent le plus pour vous avant de vous lancer. Si vous souhaitez une assurance vie en ligne, rapide et dès 500 € seulement, Mon Petit Placement est une option parfaitement adaptée.

2 – Restez vigilant sur la gestion et le rendement du fonds en euro

contrôle fiscal

Avant de souscrire à une assurance-vie, vous devez rester attentif sur le rendement du fonds en euro et à sa composition, constituant l’enveloppe sécurisée de cette formule. Soyez également vigilant quant à la gestion : est-ce que l’assureur se sert dans ses réserves pour assurer votre capital investi en fonds euros ? Que comporte ce fonds d’euros ? Il revient au gestionnaire du fonds de vous proposer une diversification dans le fonds euro avec des actifs immobiliers, des actions…

Suite à la loi Sapin 2, du 8 novembre 2016, les assureurs présentent désormais des contrats qui favorisent les unités de compte afin de se confronter aux taux bas. Ainsi, certains établissements ont mis en œuvre l’obligation de verser une partie des versements sur des UC.

3 – Comparer les frais relatifs au contrat d’assurance-vie

Il est évident que l’on attache de l’importance au coût d’une assurance vie. Les frais affectent sur le rendement d’une manière directe. Les écarts de frais sont des facteurs essentiels au moment de la souscription. Quelques points de base peuvent même basculer en quelques années en milliers d’euros. Il est d’ailleurs à noter que les frais sur versement sont les plus faciles à négocier, mais aussi les plus élevés.

Les frais d’arbitrage, quant à eux, disparaitront à chaque rajustement d’allocation sous l’impulsion des propositions des banques en ligne qui ne les dénombrent pas. Les frais de gestion dépendent grandement du mode de gestion choisi. Ils restent bon marché pour une assurance vie en ligne.

4 – Choisir la diversité des unités de compte

La diversité et l’effectif des UC sont des critères de taille lors de la souscription d’un contrat d’assurance-vie. Effectivement, l’on peut retrouver des contrats en architecture ouverte (au moyen desquels l’on peut avoir accès à plusieurs fonds) et des contrats mono-supports en euros.

Préférez les contrats grâce auxquels vous pouvez accéder à une centaine d’unités de compte et qui considèrent la diversité des supports de placements. Il est tout à fait possible d’effectuer un investissement dans les SCPI via une assurance-vie, mais aussi dans les produits suivants :

Encore faut-il opter pour le contrat qui vous le permet.

5 – Préférer un contrat assurance vie qui offre la gestion sous mandat

Un contrat peut offrir une option d’aide à la gestion : la gestion sous mandat. Cette dernière est prise en main par une société de gestion. C’est elle qui définit une allocation d’actifs selon le marché, les analyses macroéconomiques et votre profil de risque. Ce dernier est établi lors du choix du mode de gestion. L’assureur-vie reçoit cette allocation pour y ajouter les investissements recommandés.

Le pilotage de la gestion d’un contrat internet est accessible pour un montant d’investissement inférieur à celui dans le contrat traditionnel qui est à 1 000 euros. La gestion sous mandat est accessible à partir des dizaines, voire des centaines de milliers d’euros.

6 – Bien choisir la durée de placement

Mieux vaut bien connaître son horizon d’investissement pour l’argent investi dans une assurance vie en ligne. Selon que vous souhaitez mettre de côté pour acheter votre résidence secondaire dans 2 ou 3 ans, financier les études de vos enfants dans 15 ans ou préparer votre retraite que vous prendrez dans 30 ans, vous n’aurez pas la même aversion au risque et les mêmes possibilités d’investissement.

En effet, dans le cas d’un investissement relativement court terme, vous n’aurez aucun intérêt à opter pour un fonds euros comportant une durée de blocage ou à choisir une gestion pilotée avec un mandat offensif avec une forte volatilité, très majoritairement placé sur des unités de comptes.

À l’inverse, si votre horizon d’investissement est (très) long, il sera pertinent de privilégier un fonds euros le plus rémunérateur possible, peu importe l’existence d’une durée de blocage des fonds. Vous aurez aussi intérêt à être particulièrement exposé aux marchés actions, très rémunérateurs sur le long terme.

Quelles sont les conditions de versements et retraits ?

Selon les assureurs vie et les contrats, les conditions de versement et de rachat ne sont pas toutes identiques. Selon que vous souhaitez effectuer un gros versement (héritage ou vente d’un bien immobilier par exemple) puis laisser fructifier votre capital sans y toucher, ou que vous n’avez qu’un faible pécule de départ mais que vous souhaitez économiser régulièrement et programmer des versements automatiques mensuels pour de petits montants, vous allez privilégier un acteur plutôt qu’un autre.

Tout se choisit en fait en fonction de ce qui est possible ou non en terme d’options de gestion et de frais de versement notamment.

Conclusion : quelle assurance vie me convient ?

L’assurance vie est donc un contrat qui regorge d’avantages, pour investir et épargner. Mais avant toute chose, il est important de définir précisément son profil d’épargnant : qui vous êtes et que voulez-vous ? Cela permet d’éviter les erreurs d’aiguillage. Toutefois, il est bon de savoir que les offres diffèrent selon l’assureur de votre choix. Il faut donc prendre son temps et revoir les conseils fournis avant de se lancer.

Nous vous conseillons de vous tourner vers Mon Petit Placement. En effet, ce site est accessible quelle que soit votre expérience en investissement. En quelques minutes, Mon Petit Placement déterminera votre profil et pourra vous proposer des solutions Assurance Vie sur mesure.

Questions fréquentes

L’assurance vie est-elle une assurance décès ?

Même si ces deux types d’assurances se rapprochent, les termes dans le contrat et leurs principes ne sont pas identiques. L’assurance vie est un investissement financier qui intervient en cas de décès, alors qu’une assurance décès reste un outil de prévoyance. La première permet de se constituer une épargne, de la mettre en valeur et de la transmettre. La seconde, quant à elle permet, consiste à verser un capital à un bénéficiaire par l’assuré.

Est-ce qu’il est nécessaire de prévenir le bénéficiaire d’un contrat assurance-vie ?

Non, il n’est pas obligatoire de prévenir le bénéficiaire d’une assurance vie. Nous conseillons de ne pas l’informer, car dès son aval, le changement et la modification du contrat ou de la clause bénéficiaire doivent disposer de son accord en amont. Bref, il a donc des droits irrévocables sur le contrat dès qu’il en accepte les termes.

Quels sont les gros atouts de l’assurance-vie ?

L’un de ses plus gros avantages est qu’elle peut répondre à plusieurs objectifs. Complément de retraite, patrimoine, paiement des études de vos enfants, placement immobilier, la préparation de votre succession... Les fonds en euros et les UC ou unités de compte vous fourniront ainsi un large panel d’actifs (SCPI, obligations, OPCI, actions…). Ils permettront à votre contrat d’être compatible à votre appétence au risque ainsi qu'à vos besoins.

L’assurance vie est-elle risquée ?

Ce n’est pas forcément un investissement à risque. Selon votre profil-investisseur (équilibré, offensif, prudent…), l’assurance-vie vous offre de nombreuses opportunités. Pour les unités de compte, vous disposez d’une diversification de votre placement. Toutefois, les montants investis sont soumis à une perte de capital, vu que celui-ci n’est pas garanti. En revanche, pour les fonds en euros, le capital est en fait garanti. L’assureur reverse un taux assurance vie, qui n’est en fait autre que le taux de rendement annuel. Par ailleurs, vous avez la possibilité d’opter pour une gestion autonome. Ainsi, vous êtes entièrement libre de vous faire accompagner dans le choix de vos supports.

Qu’en est-il de l’alimentation de son contrat d’assurance-vie ?

À l’ouverture de votre contrat assurance vie, vous devez en fait faire un premier versement. Par la suite, la fréquence des versements vous revient, mais ils peuvent être soumis à des investissements minimums. Ces derniers sont par contre très limités dans les banques en ligne. Ce placement propose ainsi une excellente souplesse. En effet, vous avez le choix entre les versements libres ou programmés selon votre capacité à le faire.

nurphi
Titulaire d'un bac+4 en Affaires commerciales, obtenu en Russie, j'ai débuté ma carrière professionnelle au sein d'une banque internationale. Et je travaille jusqu'à présent en tant qu'assistante virtuelle polyvalente pour le compte de quelques clients à travers le monde.