Accueil Le Conseil d’Evaluation des Fraudes : nouvel arsenal contre les fraudes aux finances publiques
ACTUALITÉS, Bourse et économie, Fiscalité / Impôts

Le Conseil d’Evaluation des Fraudes : nouvel arsenal contre les fraudes aux finances publiques

ActuFinance.fr Pourquoi faire confiance à Actufinance Arrow down

L’équipe d’Actufinance se compose exclusivement d’éditeurs, de rédacteurs et de journalistes experts en finance, en trading et en jeux d’argent. Ils se portent garants de l’exactitude et de la pertinence de l’ensemble des contenus sur notre site, en vérifiant chaque fait via des sources fiables, et en faisant usage de leur expérience et expertise.

La fraude aux finances publiques est un phénomène qui porte atteinte à la justice sociale, à la compétitivité économique et à la souveraineté nationale. Selon certaines estimations, elle représenterait entre 80 et 100 milliards d’euros de manque à gagner par an pour l’Etat et les organismes sociaux.

Pour pallier ce fléau, le gouvernement a décidé de renforcer ses outils juridiques et opérationnels pour le combattre encore plus efficacement. Parmi les mesures annoncées dans le projet de loi de finances pour 2024, figure la création du Conseil d’Evaluation des Fraudes (CEF), une instance indépendante chargée d’évaluer le montant et les caractéristiques des différentes formes de fraude aux finances publiques.

Qu’est-ce que le Conseil d’Evaluation des Fraudes ?

C’est une instance consultative placée auprès du ministre délégué chargé des Comptes publics. Il a été lancé officiellement le 10 octobre 2023 par Thomas Cazenave, lors d’une réunion à Bercy réunissant une trentaine de participants, parmi lesquels des directeurs d’administrations, des parlementaires, des experts internationaux, des représentants du monde académique et des autorités indépendantes.

Le CEF a pour mission d’évaluer le montant des fraudes fiscales, sociales, douanières et aux aides publiques notamment écologiques, en vue de mieux connaître et comprendre ce phénomène et d’agir plus efficacement contre toutes les fraudes aux finances publiques. Il s’agit d’amplifier les évaluations déjà effectuées et d’améliorer les meilleures pratiques mises en œuvre en France et à l’étranger pour disposer d’une évaluation du montant de la fraude globale encore plus performante .

Le CEF doit également appréhender les nouvelles pratiques et les phénomènes émergents de la fraude, notamment liés au développement du numérique. Il doit permettre de mieux connaître ces nouveaux modes opératoires et d’en évaluer les effets.

Ce nouvel organisme doit aussi améliorer les leviers de lutte contre la fraude, dans le cadre du plan de lutte contre la fraude. Il doit formuler des recommandations au gouvernement pour renforcer l’efficacité des dispositifs existants ou (et) proposer de nouvelles mesures efficaces.

Quelle en est sa composition ?

Le Conseil d’Evaluation des Fraudes  est composé de 30 membres nommés par arrêté du ministre délégué chargé des Comptes publics :

  • six représentants du Parlement (trois députés et trois sénateurs) ;
  • six représentants des administrations concernées par la lutte contre la fraude (direction générale des finances publiques, direction générale des douanes et droits indirects, direction générale du travail, direction générale de la sécurité sociale, agence centrale des organismes de sécurité sociale, direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes) ;
  • six représentants d’autorités indépendantes impliquées dans la lutte contre la fraude (haute autorité pour la transparence de la vie publique ; autorité de contrôle prudentiel et de résolution ; autorité des marchés financiers ; commission nationale de l’informatique et des libertés ; autorité de régulation des communications électroniques, des postes et de la distribution de la presse ; autorité de régulation des jeux en ligne) ;
  • six représentants du monde académique (économistes, juristes, sociologues, spécialistes du numérique) ;
  • six experts internationaux (représentants d’organisations internationales ou d’administrations étrangères).

Le CEF est présidé par le ministre délégué chargé des Comptes publics, qui peut s’adjoindre le concours de toute personne qualifiée. Il se réunit au moins deux fois par an et rend un rapport annuel public.

Avec quels moyens d’action ?

Ce nouveau Conseil dispose de plusieurs moyens d’action pour remplir sa mission, et il pourra :

  • demander aux administrations concernées de lui communiquer toute information utile à l’évaluation des fraudes ;
  • réaliser ou faire réaliser des études, des enquêtes ou des sondages ;
  • organiser des auditions ou des consultations ;
  • recourir à des experts externes ;
  • s’appuyer sur les travaux existants, notamment ceux réalisés par les organismes internationaux.

Il dispose d’un secrétariat permanent assuré par la direction générale des finances publiques, et il lui est alloué un budget annuel de 5 millions d’euros.

Quels seront ses domaines d’investigation ?

Le Conseil d’Evaluation des Fraudes va faire porter ses investigations sur les différentes formes de fraude aux finances publiques :

  1. la fraude fiscale : elle revient à éluder ou réduire l’impôt dû au moyen de manœuvres frauduleuses, telles que la dissimulation de revenus ou de patrimoine, le recours à des paradis fiscaux, la fausse facturation, l’abus de droit, etc. ;
  2. la fraude sociale : elle réside dans l’obtention (ou sa tentative) indue des prestations sociales (allocations familiales, RSA, prime d’activité, etc.), ou la réduction indue des cotisations sociales (travail dissimulé, fausses déclarations, etc.) ;
  3. la fraude douanière : elle consiste à éluder ou réduire les droits et taxes dus à l’entrée ou à la sortie du territoire national, notamment en matière de TVA, de droits d’accise ou de droits « antidumping ». Elle concerne également la contrefaçon, le trafic de stupéfiants, le blanchiment d’argent ou le financement du terrorisme ;
  4. la fraude aux aides publiques : elle vise à obtenir ou à tenter d’obtenir indument des aides publiques (subventions, crédits d’impôt, exonérations fiscales ou sociales, etc.) en fournissant de fausses informations ou en ne respectant pas les conditions d’éligibilité. Elle concerne notamment les aides liées à la transition écologique (prime à la conversion, bonus écologique, certificats d’économie d’énergie, etc.).

Pour quels débouchés concrètement en 2024 ?

Le Conseil d’Evaluation des Fraudes devra rendre son premier rapport annuel public au plus tard le 31 décembre 2024. Ce rapport devra contenir une estimation du montant global et détaillé des fraudes aux finances publiques pour l’année 2023, ainsi qu’une analyse des caractéristiques et des évolutions des différentes formes de fraude, et formuler des recommandations au gouvernement pour renforcer la lutte contre la fraude .

Un tel rapport devra permettre au gouvernement de disposer d’une vision plus précise et plus complète du phénomène de la fraude aux finances publiques, et lui fournir des pistes d’action pour améliorer l’efficacité et l’efficience des dispositifs existants ou pour proposer de nouvelles mesures plus efficaces et plus concrètes. Le gouvernement s’est engagé à prendre en compte les recommandations du CEF et à les traduire en actes dans le cadre du plan de lutte contre la fraude.

On sait d’ores et déjà que parmi les mesures à venir, le crédit d’impôt pour les services à la personne sera davantage contrôlé, que les prescriptions d’arrêt maladie en téléconsultation seront limitées à trois jours, et qu’il serait envisagé la création d’un cadastre international.

Ajoutez Actufinance à vos flux Google Actualités

Questions & Réponses (0)

Vous avez une question? Notre panel d'experts est là pour vous répondre. Soumettre votre Question

Laisser un commentaire

Lire notre revue

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Didier Brochon Rédacteur Expert en Fiscalité

Didier Brochon Rédacteur Expert en Fiscalité

Dans la filière fiscale, je suis particulièrement compétent et formaté pour la fiscalité des entreprises et des particuliers, le contrôle fiscal et son assistance, les conseils aux entreprises et aux particuliers, le traitement des contentieux suite aux contrôles fiscaux, l'assistance aux vérifications de comptabilité informatisées (compétence informatique particulière dans le traitement des données), mais apte à défendre de la même manière un contrôle fiscal des particuliers (contrôle sur pièces, ou un examen contradictoire de la situation fiscale personnelle d'ensemble; impositions directes locales: taxe d'habitation, taxes foncières), je suis également compétent dans une autre spécialité mal connue, y compris de beaucoup d'avocats, les évaluations domaniales de valeurs vénales et de valeurs locatives d'immeubles, évaluations des indemnisations en matière d'expropriations pour cause d'utilité publique, et leurs contentieux (au sein de l'Agence France Domaine en qualité de Chargé de mission, évaluateur et commissaire du gouvernement devant le Juge de l'expropriation et devant les SAFER).

Ma carrière administrative m'a valu d'exercer dans pratiquement tous les domaines du droit fiscal, y compris international, au sein de plusieurs Grandes Directions Nationales (ex-DSGI aujourd'hui DRESG ; DNVSF, en liaison avec Bercy, puis dans une Grande Direction Régionale de contrôles fiscaux, la DIRCOFI Centre-Val de Loire). 

Plus que mes compétences techniques très étendues, ma personnalité s'est toujours distinguée par une exigence de rigueur, mon adaptabilité, l'esprit d'analyse et de synthèse, le pragmatisme, la créativité, réactivité, curiosité, l'aisance relationnelle et en équipe, la vitesse de compréhension et d'exécution, le goût de l'initiative, des responsabilités et de la négociation. J'aurais pu par exemple intégrer un cabinet spécialisé, pour assurer la défense des intérêts des clients dans les domaines précités. J'aurais tout aussi bien pu travailler en "back office" en défense et recours des contribuables vérifiés, sur études des dossiers, ou les assister pendant les vérifications. Mes principaux hobbies sont : musique, art en général et littérature en particulier, étant auteur publié, et je suis également intéressé par l'activité de rédacteur.

Mes compétences fiscales et "para-fiscales" sont des plus étendues : juridiques (droit civil, fiscal et pénal découlant du fiscal, et droit de l'urbanisme + droit administratif, public et constitutionnel).

Aujourd'hui à la retraite, je reste actif en qualité d'auto-entrepreneur, en matière de conseils et défense en fiscalité des particuliers uniquement, et secondairement conseil dans les activités liées à l'écriture. Mon site web professionnel est https://www.cdjf-casav.com, où je réponds aux contribuables (ou écrivains) qui me sollicitent (mes tarifs et honoraires y sont clairement mentionnés).

Dernières Actualités

Prediction Mantra et Pepe Unchained
ACTUALITÉS, Crypto-monnaies

Le prix de MANTRA atteint un plus haut historique, domine les cryptos RWA

Shiba Shootout depasse 635 000
ACTUALITÉS, Crypto-monnaies

Shiba Shootout ($SHIBASHOOT) : Le jeux P2E lève 635 000 $ en prévente

Les mèmecoins continuent de performer sur le marché en 2024. Actuellement, ces jetons retrouvent le vert, alors qu’un nouveau venu prend de l’élan dans sa prévente. Il s’agit de Shiba Shootout ($SHIBASHOOT), un jeton mème mettant en avant un écosystème communautaire passionnant. Le token a déjà atteint 635 000 $ dans cette ICO. Les investisseurs injectent...

ACTUALITÉS

Recap : les projets crypto et IA qui ont levé des millions de dollars

Découvrez tous les pus gros investissements qui ont été réalisés cette semaine dans la crypto, le web 3 et l’IA. Tread.fi lève 3,5 millions de dollars La plateforme de trading algorithmique Tread.fi créée par un ancien employé de Morgan Stanley a levé 3,5 millions de dollars. Leur plateforme de trading offre un accès spot, des...

Crédits

Pourquoi simuler votre crédit à la consommation ?

Spacepay
Autres informations financières, Sponsorisé

L’avenir des paiements avec SpacePay – Voici comment

hamster Kombat, la crypto arrive quand
ACTUALITÉS, Crypto-monnaies

Hamster Kombat ($HMSTR) : la crypto arrive quand après tout ?

EUR/USD forex
ACTUALITÉS, Devises / Forex

L’EUR/USD décolle grâce à l’IPC US, qu’en sera-t-il face à la réunion de la BCE jeudi prochain ?