Accueil Crypto : Les différences entre proof of work et proof of stake
ACTUALITÉS, Bourse et économie

Crypto : Les différences entre proof of work et proof of stake

ActuFinance.fr Pourquoi faire confiance à Actufinance Arrow down

L’équipe d’Actufinance se compose exclusivement d’éditeurs, de rédacteurs et de journalistes experts en finance, en trading et en jeux d’argent. Ils se portent garants de l’exactitude et de la pertinence de l’ensemble des contenus sur notre site, en vérifiant chaque fait via des sources fiables, et en faisant usage de leur expérience et expertise.

Si les cryptomonnaies se développent très rapidement ces dernières années, il est important de comprendre que leur architecture de blockchain peut être construite différemment. Parmi les éléments de différenciation, on note un paramètre majeur : le protocole de validation des blocs. Aujourd’hui, nous allons voir les différences qui peuvent exister entre le mécanisme de la proof of work (preuve de travail) et de la proof of stake (preuve d’enjeu).

Proof of Work / Proof of Stake : Des éléments inhérents à la blockchain

Proof of Work / Proof of Stake : Des éléments inhérents à la blockchain Dans les deux cas de figure, le protocole proof of work ou proof of stake vise à sécuriser la blockchain et à valider les transactions qui opèrent via celle-ci. Pour qu’un bloc puisse être intégré à une blockchain, celui-ci doit avoir été vérifié. C’est à ce stade qu’entre en jeu les protocoles proof of work et proof of stake. Cette étape de contrôle est ce que l’on nomme communément le minage (PoW) ou le staking (PoS).

La blockchain Bitcoin est articulée selon le principe de la preuve de travail. Ce fut d’ailleurs la première cryptomonnaie à utiliser ce principe. Le protocole proof of work fonctionne sur le principe d’une concurrence entre les mineurs. Ainsi, pour être récompensé, un mineur doit trouver la solution à un problème mathématique en étant le premier à le résoudre. C’est la résolution qui entrainera la validation du bloc. Dans le cadre du minage du Bitcoin, cette récompense s’effectue directement en BTC.

Le mécanisme de la proof of stake est né en 2012. Le premier projet crypto à l’utiliser fut Peercoin. Ce protocole a depuis été utilisé par d’autres projets comme Dash, Stellar, Tezos ou encore Ethereum 2.0. Avec le système de preuve d’enjeu, le mécanisme de validation des blocs est différent. Il n’y a plus de compétition entre les mineurs. Lorsqu’un bloc doit être validé, chaque personne souhaitant le valider met en jeu un nombre de tokens qu’il a “stacké”. Après validation du bloc, les tokens sont restitués, avec un pourcentage des frais de commissions. Ce pourcentage est proportionnel au nombre de tokens engagés dans le processus de validation.

Les avantages et les inconvénients de chaque méthode

Chaque protocole de validation des blocs a ses propres avantages et inconvénients. Dans le cadre de la preuve de travail, la rémunération est particulièrement intéressante pour les mineurs. La principale limite de la preuve de travail tient dans son aspect très energivore. En effet, si on prend l’exemple du Bitcoin, miner nécessite aujourd’hui des appareils de plus en plus puissants.

De plus, cette “course à l’armement numérique” a pour conséquence directe d’écarter un certain nombre d’acteurs du minage. Par la nécessité de disposer d’appareils toujours plus puissants, les petits mineurs sont discriminés, laissant uniquement la place aux compagnies de minage à très grande échelle. De fait, le principe de décentralisation du minage interroge sur les projets fonctionnant sous la PoW. 

De son côté, le proof of stake a été mis sur pied pour pallier aux manquements de la preuve de travail. Elle est par exemple plus résistante que la preuve de travail aux attaques des 51 %. En effet, l’absence de concurrence entre les mineurs a pour conséquence un risque moindre de créations de pools de minage de très grande ampleur. Les détenteurs de tokens sont alors plus dillués. Le mécanisme est de facto plus décentralisé en même temps qu’il est plus vertueux d’un point de vue écologique. Enfin, la scalabilité est meilleure via la PoS qu’avec la PoW. C’est à dire que l’adaptabilité à un nombre croissant de transaction sera meilleure.

Le principal inconvénient de la proof of stake tient dans l’élitisme qui pourrait en résulter. En effet, il existe un risque à ce que ce soit systématiquement les mêmes personnes qui soient sélectionnées pour valider un bloc. Créant au passage également un risque de centralisation.

Passage proof of work à proof of stake : Cas d’Ethereum

Passage proof of work à proof of stake : Cas d'Ethereum A très grande échelle, la PoS souffre encore d’un manque de visibilité. C’est notamment pour cela que le projet Ethereum 2.0 est attendu avec impatience. Si les deux protocoles sont souvent mis dos à dos, il est possible de modifier l’architecture d’une blockchain, en passant de l’un à l’autre, comme Ethereum l’a récemment démontré.

Le projet cryptographique Ethereum, est né sous le protocole de la proof of work. Avec Ethereum 2.0, il est question de basculer d’un protocole proof of work vers un mécanisme de proof of stake. Cette transition a d’ailleurs déjà été amorcée par la phase 0 “Beacon Chain”. Initiée en Décembre, cette première phase avait pour objectif le passage d’un protocole à l’autre. Ce fût un succès. Les phases suivantes traiteront d’autres thématiques comme la scalabilité du réseau ou encore l’implémentation de nouveaux langages de développement.

Pour certains observateurs, ce passage d’un protocole à un autre revenait à changer le moteur d’un bolide en pleine course. Néanmoins, comme en témoigne la tendance haussière d’Ethereum, les marchés semblent plutôt enthousiastes à l’idée de la restructuration de la blockchain Ethereum.

Ajoutez Actufinance à vos flux Google Actualités

Questions & Réponses (0)

Vous avez une question? Notre panel d'experts est là pour vous répondre. Soumettre votre Question

Laisser un commentaire

Lire notre revue

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Romain Boyer Rédacteur Web

Romain Boyer Rédacteur Web

Après une licence en économie, un master en management stratégique à l'IAE de Bordeaux, Romain s'est lancé dans la rédaction web. Toujours en veille des aspects techniques et de nouvelles pratiques sur son métier, il écrit sur les thématiques liées à sa formation : finance, économie, immobilier. Romain travaille en tant que rédacteur web SEO depuis près de 5 ans, et publie régulièrement sur Actufinance.

Depuis 2022, il porte aussi la casquette de Consultant SEO et réalise des audits de sites internet pour ses clients. Issu d’une formation économique avec une licence validée à l’Université de Bordeaux et un master en école de commerce (IDRAC Bordeaux), il est rédacteur immobilier et finance. Poussé dans le bain des actifs numériques, il s’intéresse au potentiel disruptif qu’offrent ces actifs.

C’est ainsi dans une démarche de démocratiser l'usage et la compréhension des cryptomonnaies que Romain collabore avec Actufinance. Lorsqu’il ne traite pas de l’actualité crypto, il rédige des guides complets sur le trading, les actions à fort potentiel ou encore les manières de diversifier son portefeuille d’actifs. Il s'est également spécialisé dans les jeux d'argent en ligne et il rédige quotidiennement des guides et avis casinos.

Dernières Actualités

ETF Ethereum ETH attendu à 4000 $ alors que cette prévente ERC20 atteint 4,2 millions $
ACTUALITÉS, Crypto-monnaies

ETF Ethereum : ETH attendu à 4000 $ alors que cette prévente ERC20 grimpe à 4,2 millions $

Un ancien analyste de Goldman Sachs prédit un nouveau cycle des mèmecoins
ACTUALITÉS, Crypto-monnaies

Un ancien analyste de Goldman Sachs prédit un nouveau cycle des mèmecoins – Les experts conseillent de suivre Shiba Inu et PlayDoge

Les mèmecoins n’ont pas fini de surprendre le marché en 2024. Alors qu’ils entament une reprise après la récente baisse, ces jetons pourraient très vite entrer dans un cycle haussier. C’est ce que pense cet analyste de Goldman Sachs, au moment où les experts recommandent $SHIB et $PLAY. Un nouveau cycle des mèmecoins en 2024,...

ACTUALITÉS

Grayscale lance un nouveau fond pour investir sur plusieurs cryptos IA

Grayscale, l’un des plus grands gestionnaires d’actifs crypto au monde, a annoncé le lancement de son fond basé sur l’IA nommé Grayscale Decentralized AI Fund LLC.  Grayscale lance son Decentralized AI Fund LLC.  Grayscale, l’un des plus grands gestionnaires d’actifs crypto au monde, a récemment annoncé le lancement de son fond basé sur l’IA nommé...

Buterin met en garde contre les alliances politiques pro-crypto - AF
Actualité économique, ACTUALITÉS, Crypto-monnaies, Economie numérique

Buterin met en garde contre les alliances politiques pro-crypto

ACTUALITÉS, Crypto-monnaies, Economie numérique

Jeux Olympiques de Paris: les meilleurs memecoins

Le layer 2 Pepe Unchained atteint les 4 millions
ACTUALITÉS, Crypto-monnaies

Les mèmecoins Pepe explosent – Pepe Unchained atteint 4 millions $ en prévente

Sponsorisé

Trois tokens devraient augmenter en 2024 et 2025 : SpacePay (SPY), Solana (SOL) et Kaspa (KAS)