Accueil Assurance vie
Assurance vie

Les vrais faux cadeaux fiscaux : Idée de réforme de la fiscalité successorale sur les contrats d’assurance-vie au décès du premier conjoint

La réponse ministérielle « Bacquet », aux « oubliettes » !

Le 12 janvier dernier en effet, le Ministre des Finances Michel Sapin, a annoncé par communiqué de presse vouloir réviser une position fiscale et doctrinale émanant d’une Réponse Ministérielle « Bacquet » datant de 2010, laquelle intéresse beaucoup d’épargnants ayant opté pour la formule de l’« assurance-vie ».

Pour mémoire, avant cette « réponse Bacquet », un contrat d’assurance-vie faisait partie civilement de l’actif successoral pour moitié, sans que des droits de succession n’aient été à payer pour les enfants.

Depuis cette réponse ministérielle de 2010 rappelons-le, un couple vivant sous le régime de la communauté, ayant souscrit un contrat d’assurance-vie, au décès du premier époux les enfants devaient s’acquitter de droits de succession sans pour cela qu’ils puissent avoir un droit sur ledit contrat, n’en étant pas forcément les bénéficiaires désignés .  Or l’idée de M. Sapin est de remettre en cause cette doctrine, et faire que désormais, le décès du premier époux soit neutre fiscalement pour les enfants dans la succession, et qu’ainsi, les droits ne soient exigibles qu’au décès du second époux.

Sont visés les couples vivant sous le régime légal de la communauté et qui ont souscrit un contrat d’assurance-vie.

Le Ministre annonce que maintenant, le décès du premier époux sera neutre fiscalement pour les successeurs, notamment les enfants, les conjoints étant déjà exonérés. Ils ne seront imposés sur le contrat d’assurance vie qu’au décès du second époux et n’auront donc pas à payer de droits de succession dès le décès du premier époux sur un contrat non dénoué.

Vrais et faux effets de ce revirement de doctrine…, et questionnements…

A première vue, l’esprit de ce changement de doctrine apparaît plutôt sympathique, tant il semble cumuler les avantages de l’absence de tracasseries administratives et financières pour les enfants héritiers, d’une tracasserie de moins pour le conjoint survivant, d’une simplification administrative de plus, et tout cela sans, au bout du compte, le moindre désavantage plus tard, du moins en apparence, pour les ayants droits aux contrats d’assurance-vie et en même temps héritiers.

Mais en réalité, le côté « avantageux » du rapport de cette doctrine est loin d’être évident, faute de précisions et de réponses aux questions se posant, auxquelles Bercy reste muet pour le moment. Par exemple, si les droits de succession (qui, un jour ou l’autre, finissent toujours par être dus, car il ne s’agit pas ici d’une exonération, mais bien d’un report d’imposition) sont différés, rien aujourd’hui ne vient préciser le mode de liquidation des droits de succession sur ces contrats d’assurance-vie au décès du second conjoint. Les notaires sont dubitatifs et dans l’expectative à cet égard : les droits seront-ils calculés comme actuellement, ou bien les notaires devront-ils procéder à plusieurs liquidations successives ?, ou les droits de succession seront-ils assortis, pour la part qui aurait du faire l’objet, sans l’abrogation de la doctrine « Bacquet », d’une première liquidation, d’intérêts de retard ?, etc : seule l’instruction à paraître au Bofip pourra permettre de voir clair dans ce qui apparaît déjà comme un embrouillamini de plus, en guise de simplification, à moins…, à moins que le Ministre, ce qui est toujours possible, ne renonce à ce revirement de doctrine…

Par ailleurs, comment le Fisc traitera-t-il la transition : « avant 2010 » / « après 2010 » ? d’autant que, selon certains spécialistes et professionnels, les droits dus à l’arrivée, c’est-à-dire au décès du deuxième parent, ne sont pas exactement les mêmes que ceux qui auraient été obtenus selon le système ayant prévalu jusqu’ici, lorsqu’on fait le cumul des droits liquidés au décès du premier parent et ceux au décès du second, la formule résultant de l’annonce faite par le Ministre M. Sapin aboutissant dans tous les cas à des simulations plus importantes, donc a priori désavantageuses pour les héritiers, qui donneront ainsi plus à l’Etat.

Ajoutez Actufinance à vos flux Google Actualités

Didier Brochon Rédacteur Expert en Fiscalité

Didier Brochon Rédacteur Expert en Fiscalité

Dans la filière fiscale, je suis particulièrement compétent et formaté pour la fiscalité des entreprises et des particuliers, le contrôle fiscal et son assistance, les conseils aux entreprises et aux particuliers, le traitement des contentieux suite aux contrôles fiscaux, l'assistance aux vérifications de comptabilité informatisées (compétence informatique particulière dans le traitement des données), mais apte à défendre de la même manière un contrôle fiscal des particuliers (contrôle sur pièces, ou un examen contradictoire de la situation fiscale personnelle d'ensemble; impositions directes locales: taxe d'habitation, taxes foncières), je suis également compétent dans une autre spécialité mal connue, y compris de beaucoup d'avocats, les évaluations domaniales de valeurs vénales et de valeurs locatives d'immeubles, évaluations des indemnisations en matière d'expropriations pour cause d'utilité publique, et leurs contentieux (au sein de l'Agence France Domaine en qualité de Chargé de mission, évaluateur et commissaire du gouvernement devant le Juge de l'expropriation et devant les SAFER).

Ma carrière administrative m'a valu d'exercer dans pratiquement tous les domaines du droit fiscal, y compris international, au sein de plusieurs Grandes Directions Nationales (ex-DSGI aujourd'hui DRESG ; DNVSF, en liaison avec Bercy, puis dans une Grande Direction Régionale de contrôles fiscaux, la DIRCOFI Centre-Val de Loire). 

Plus que mes compétences techniques très étendues, ma personnalité s'est toujours distinguée par une exigence de rigueur, mon adaptabilité, l'esprit d'analyse et de synthèse, le pragmatisme, la créativité, réactivité, curiosité, l'aisance relationnelle et en équipe, la vitesse de compréhension et d'exécution, le goût de l'initiative, des responsabilités et de la négociation. J'aurais pu par exemple intégrer un cabinet spécialisé, pour assurer la défense des intérêts des clients dans les domaines précités. J'aurais tout aussi bien pu travailler en "back office" en défense et recours des contribuables vérifiés, sur études des dossiers, ou les assister pendant les vérifications. Mes principaux hobbies sont : musique, art en général et littérature en particulier, étant auteur publié, et je suis également intéressé par l'activité de rédacteur.

Mes compétences fiscales et "para-fiscales" sont des plus étendues : juridiques (droit civil, fiscal et pénal découlant du fiscal, et droit de l'urbanisme + droit administratif, public et constitutionnel).

Aujourd'hui à la retraite, je reste actif en qualité d'auto-entrepreneur, en matière de conseils et défense en fiscalité des particuliers uniquement, et secondairement conseil dans les activités liées à l'écriture. Mon site web professionnel est https://www.cdjf-casav.com, où je réponds aux contribuables (ou écrivains) qui me sollicitent (mes tarifs et honoraires y sont clairement mentionnés).

Dernières Actualités

Crypto-monnaies, NFT

Découvrez sur quel memecoin une institution a investi 2 millions de dollars

site de prévente Mega dice
Crypto-monnaies

Mega Dice : le nouveau projet GambleFi du réseau Solana récolte plus de 330 000 dollars en prévente

Mega Dice, un casino crypto en pleine expansion, lance en prévente son token DICE, un nouveau projet de GambleFi créé sur la blockchain Solana. Avec $DICE, le projet envisage de devenir le premier casino crypto offrant des récompenses quotidiennes à ses utilisateurs en fonction des performances de sa plateforme.  Actuellement disponible en prévente au prix...

métiers finance
Sponsorisé

Quelles études pour les métiers de la finance ?

Le secteur financier suscite un vif intérêt, offrant à la fois des rémunérations attractives et un mélange stimulant d’efforts intellectuels et pratiques. Cette popularité croissante attire de nombreux jeunes diplômés en quête d’une carrière dynamique et enrichissante. Mais, quelles sont les formations à privilégier pour accéder à ce secteur prisé ? Toutes les réponses ici....

Bourses 2024 comment se positionner
Sponsorisé

Bourses 2024 : comment se positionner ?

passoire thermique
Autres informations financières

Un super déficit foncier peut-il inciter à rénover les passoires thermiques ?

Crypto-monnaies, NFT

Le créateur des Ordinals lance Runes pour déployer les memecoins sur Bitcoin

slothana: la fin de la prévente approche
Crypto-monnaies

Fin de la prévente Slothana dans 13 jours après de Doge Day