Les marchés européens présentent une timide augmentation ce lundi

0
44
BOURSE

Les marchés européens présentent une timide augmentation ce lundi, avec cependant des volumes amoindris en raison de l’absence des investisseurs américains suite à la fête nationale aux États-Unis. Néanmoins les inquiétudes persistent au sujet de l’inflation actuellement bien visible et l’arrivée de plus en plus certaine de la récession.

À Paris le CAC 40 atteint les 5 991,43 points suite à une hausse de 1,02 %. Du côté de Londres, le FTSE passe à 7  248,14 points en raison d’une hausse de 1,11 %, la plus importante en ce milieu de journée, tandis que le Dax de Francfort prolonge son avance à 12  829,76 points avec une maigre augmentation de 0,4 %.

Au niveau du Stoxx 600, qui pour rappel est un indice boursier composé de 600 des principales capitalisations boursières européennes, le secteur des ressources naturelles ainsi que le secteur de l’énergie affichent tous deux les meilleurs performances avec respectivement une augmentation de 2,08 % et 3,72 %. Ainsi TotalEnergies avance de 3,62 % et BP de 4,01 %. Le grand perdant est le secteur de l’immobilier avec une baisse de 1,56 % représentative de la crainte liée à une remontée trop rapide des taux d’intérêts.

Les investisseurs à l’affût des rapports économiques de la semaine

Plusieurs données vont être publiées au cours de la semaine et vont venir marquer les marchés économiques. Les investisseurs ont déjà pu prendre connaissance ce lundi du rapport de l’enquête Sentix, cette dernière présente une dégradation du moral de ces derniers pour la zone euro avec une chute plus rapide que prévue. Le moral des investisseurs européens est même décrit pour juillet comme étant à son plus bas niveau depuis mai 2020, ce qui laisse penser d’après le cabinet d’études que la récession serait un événement inévitable.

Par ailleurs les données de l’office fédéral de la statistique (OFS) présentent l’inflation en Suisse comme ayant atteint en juin son niveau le plus haut depuis près de 29 ans avec un taux à 3,4 % sur l’année, un chiffre bien éloigné de l’inflation de la zone euro qui bat un triste record de 8,6 % sur un an au mois de juin. De leur côté les prix à la production montrent une augmentation pour le moins inquiétante de 36,3 %.

La semaine dernière, la présidente de la Banque centrale européenne Christine Lagarde a maintenu le plan de la BCE visant à lutter contre l’inflation record en augmentant les taux d’intérêt d’un quart de point de pourcentage ce mois-ci, une mesure inédite en plus de dix ans. Avec la possibilité d’une augmentation plus importante en septembre.

Wei Li, le responsable mondial de la stratégie d’investissement à l’Institut d’investissement Blackrock, a déclaré à propos du plan de la BCE :

« Celui-ci pourrait arriver trop tardivement, et c’est pourquoi l’accent est mis sur le ralentissement de la croissance et les risques de récession ».

Concernant le détail de l’actualité des entreprises françaises, on observe que la multinationale française spécialisée dans la restauration collective Elior subi une dépréciation de 2,37 % à cause de l’annonce de la nomination de Bernard Gault au poste de directeur général, ce qui d’après les experts pénaliserait le titre car démontrant l’incapacité du groupe à trouver un candidat externe.

De plus, l’entreprise de services du numérique Atos chute de 7,5 % en raison d’une demande de la part de plusieurs actionnaires du groupe afin de réclamer le départ de Bertrand Meunier, le président actuel.