Accueil Définition de l'acte anormal de gestion
ACTUALITÉS, Fiscalité / Impôts

Le Fisc, l’acte anormal de gestion, et ses conséquences

Normalement, aucun contribuable n’est contraint de tirer de la gestion d’un bien ou d’une entreprise, le profit le plus élevé qui soit, et en principe l’exploitant est « seul juge de l’opportunité de sa gestion » : l’administration fiscale ne peut donc pas se substituer à lui pour décider des choix qui auraient été les meilleurs pour son entreprise.

Ceci c’est « en principe ». Comme « tout principe », celui-ci comporte des exceptions, qui échappent à la « règle » !

Ainsi « l’immixtion » de l’administration fiscale dans la gestion des entreprises est reconnue possible par la jurisprudence, lorsqu’elle considère que certains actes (de gestion) constituent des « actes anormaux de gestion ».

Il en est ainsi quand une entreprise renonce à percevoir des recettes, comme l’a confirmé la Cour administrative d’appel (CAA)  de Marseille du 31 décembre 2019, n°18MA04580.

Notion « d’acte anormal de gestion »

Il s’agit d’un « acte par lequel une entreprise décide de s’appauvrir à des fins étrangères à son intérêt » (en ce sens : Conseil d’Etat, requête n° 402206 du 21 décembre 2018).

Il peut en être ainsi de sommes facturées à l’entreprise pour des prestations fictives ( Conseil d’Etat du 2 mars 1988, n° 45625 et 71877), de dépenses supportées par l’entreprise dans l’intérêt des dirigeants (Conseil d’Etat du 11 décembre 1992, n° 71147), abandons de créances entre entreprises, quand leurs montants sont excessifs eu égard au faible niveau de relations commerciales entre ces entreprises (en ce sens : Conseil d’Etat, 1er février 1995, n° 162066), sauf si l’entreprise justifie qu’en ayant agi ainsi, elle a agi dans son propre intérêt.

« charge de la preuve » et conséquences fiscales

C’est à l’administration qu’il incombe d’apporter la preuve des faits sur lesquels elle se fonde pour estimer qu’une « renonciation à recettes » ou un « abandon de créances » consenti par une entreprise à un tiers constitue un « acte anormal de gestion », sauf lorsque l’entreprise concernée se trouve en situation d’imposition d’office.

Quel que soit le cas de figure, l’entreprise vérifiée peut apporter la preuve contraire en justifiant qu’elle a bénéficié en retour de contreparties normales et suffisantes.

Les articles 38 et 209 du code général des impôts définissent le bénéfice imposable à l’impôt sur les sociétés (IS) comme étant celui qui provient des opérations de toute nature effectuées par l’entreprise, à l’exception de celles qui, en raison de leur objet ou de leurs modalités, sont étrangères à une « gestion commerciale normale ».

En pareille situation, l’administration fiscale est en droit de qualifier ces opérations « d’acte anormal de gestion » et de réintégrer au résultat imposable à l’impôt sur les sociétés, les recettes et les dépenses ne correspondant pas à une « gestion commerciale normale ».

Confirmation par l’arrêt de la CAA de Marseille

Une société de droit suisse disposant d’une luxueuse villa en France sur la Côte d’Azur, avait mis ladite villa à la disposition du dirigeant, citoyen britannique, durant deux ans, sans percevoir le moindre loyer.

Vérifiée sur ces deux mêmes années, la société helvétique s’était vue réintégrer à ses revenus imposables en France les recettes omises, calculées de manière « empirique » c’est-à-dire « par appréciation directe » par les Impôts, en appliquant un « taux de rendement » de 5% à la « valeur vénale » de l’immeuble concerné, puis en retranchant de ces « recettes » censées représenter les loyers jamais réclamés, des charges, non comptabilisées, qualifiant le tout « d’acte anormal de gestion », et réintégrant aux bénéfices imposables des deux années vérifiées, ces bénéfices non-déclarés, contrairement à l’intérêt direct de l’entreprise.

Cette dernière avait déposé une réclamation contre ces impositions supplémentaires qui, rejetée, avait fait l’objet d’un recours devant le tribunal administratif. La société avait fait valoir que la villa en France était dégradée au cours des années en cause, qu’elle avait même confié à une société tierce le soin d’en faire effectuer les travaux de restauration puis de la vendre, ajoutant qu’au demeurant, le dirigeant ne l’avait occupée que « ponctuellement » pendant l’exercice de ses fonctions.

Le tribunal administratif n’ayant pas admis les justifications de la société de droit helvétique, cette dernière s’était pourvue en appel de la « décision de rejet », devant la Cour administrative d’appel de Marseille.

Devant cette dernière, l’administration fiscale a fait valoir que le dirigeant et son épouse avaient occupé la villa, qu’ils en avaient acquitté la taxe d’habitation au titre des deux mêmes années, et que des factures de dépenses régulières d’eau et d’électricité avaient été constatées concernant ces deux mêmes années, sans qu’aucune déclaration de travaux ne vienne expliquer ces faits.

La CAA de Marseille a estimé que dans la mesure où la société vérifiée n’apportait aucun élément ni aucune pièce justificative permettant de démontrer qu’un tel avantage octroyé à son dirigeant aurait présenté une quelconque contrepartie pour l’intérêt de son exploitation,  l’administration a pu, à bon droit, retenir qu’une telle « renonciation à recettes » traduisait un « acte anormal de gestion », « établissant , ainsi qu’il lui incombe, qu’en renonçant à percevoir les loyers correspondants auprès des occupants concernés, au cours des deux exercices en litige, la société leur avait  consenti un avantage anormal. »

Ajoutez Actufinance à vos flux Google Actualités

Didier Brochon Rédacteur Expert en Fiscalité

Didier Brochon Rédacteur Expert en Fiscalité

Dans la filière fiscale, je suis particulièrement compétent et formaté pour la fiscalité des entreprises et des particuliers, le contrôle fiscal et son assistance, les conseils aux entreprises et aux particuliers, le traitement des contentieux suite aux contrôles fiscaux, l'assistance aux vérifications de comptabilité informatisées (compétence informatique particulière dans le traitement des données), mais apte à défendre de la même manière un contrôle fiscal des particuliers (contrôle sur pièces, ou un examen contradictoire de la situation fiscale personnelle d'ensemble; impositions directes locales: taxe d'habitation, taxes foncières), je suis également compétent dans une autre spécialité mal connue, y compris de beaucoup d'avocats, les évaluations domaniales de valeurs vénales et de valeurs locatives d'immeubles, évaluations des indemnisations en matière d'expropriations pour cause d'utilité publique, et leurs contentieux (au sein de l'Agence France Domaine en qualité de Chargé de mission, évaluateur et commissaire du gouvernement devant le Juge de l'expropriation et devant les SAFER).

Ma carrière administrative m'a valu d'exercer dans pratiquement tous les domaines du droit fiscal, y compris international, au sein de plusieurs Grandes Directions Nationales (ex-DSGI aujourd'hui DRESG ; DNVSF, en liaison avec Bercy, puis dans une Grande Direction Régionale de contrôles fiscaux, la DIRCOFI Centre-Val de Loire). 

Plus que mes compétences techniques très étendues, ma personnalité s'est toujours distinguée par une exigence de rigueur, mon adaptabilité, l'esprit d'analyse et de synthèse, le pragmatisme, la créativité, réactivité, curiosité, l'aisance relationnelle et en équipe, la vitesse de compréhension et d'exécution, le goût de l'initiative, des responsabilités et de la négociation. J'aurais pu par exemple intégrer un cabinet spécialisé, pour assurer la défense des intérêts des clients dans les domaines précités. J'aurais tout aussi bien pu travailler en "back office" en défense et recours des contribuables vérifiés, sur études des dossiers, ou les assister pendant les vérifications. Mes principaux hobbies sont : musique, art en général et littérature en particulier, étant auteur publié, et je suis également intéressé par l'activité de rédacteur.

Mes compétences fiscales et "para-fiscales" sont des plus étendues : juridiques (droit civil, fiscal et pénal découlant du fiscal, et droit de l'urbanisme + droit administratif, public et constitutionnel).

Aujourd'hui à la retraite, je reste actif en qualité d'auto-entrepreneur, en matière de conseils et défense en fiscalité des particuliers uniquement, et secondairement conseil dans les activités liées à l'écriture. Mon site web professionnel est https://www.cdjf-casav.com, où je réponds aux contribuables (ou écrivains) qui me sollicitent (mes tarifs et honoraires y sont clairement mentionnés).

Dernières Actualités

ACTUALITÉS, Crypto-monnaies, NFT

Recap : tous les projets web 3 qui ont levé des millions de dollars

EUR/USD forex
ACTUALITÉS, Devises / Forex

La correction de l’EUR/USD se poursuit face aux doutes sur la baisse des taux de la Fed

La correction initiée la semaine dernière sur l’EUR/USD s’est largement accentuée cette semaine, la paire de devises s’approchant désormais du seuil psychologique de 1.08, en baisse de près de 100 pips par rapport au sommet de la semaine dernière. Plusieurs déclarations hawkish de la Fed et certaines données économiques ont en effet favorisé la hausse...

instant casino juventus football
ACTUALITÉS

Instant Casino s’allie à la La Vieille Dame – Juventus !

Les alliances entre les plateformes de jeux en ligne et les clubs de football de renom deviennent de plus en plus courantes. Ces partenariats stratégiques offrent des opportunités uniques d’engagement et de marketing, enrichissant l’expérience des supporters tout en élargissant la portée des marques impliquées. C’est le cas de la récente collaboration entre le site...

memecoin AI explose
ACTUALITÉS

Les memecoins « AI » explosent : MemeAI, CorgiAI, WiernerAI

ACTUALITÉS, Crypto-monnaies, NFT

Les memecoins Ethereum explosent, WienerAI est le prochain x100 ?

crypto learn to earn
ACTUALITÉS

Cette prévente crypto BRC-20 explose les 1,5 million de dollars

3 cryptos à suivre avant que le BTC n'atteingne 75500
ACTUALITÉS

Les 3 cryptos à suivre avant que le Bitcoin n’atteigne 75 500 dollars