Accueil Crédit d’impôt recherche » : une nouvelle exception : une société qui n’élabore pas elle-même de « nouvelles collections » peut en bénéficier, sous conditions
ACTUALITÉS, Fiscalité / Impôts

Crédit d’impôt recherche » : une nouvelle exception : une société qui n’élabore pas elle-même de « nouvelles collections » peut en bénéficier, sous conditions

Il est rappelé qu’en adoptant les dispositions de l’article 244 quater-B-h du Code Général des Impôts (CGI), le législateur a entendu, par l’octroi d’un avantage fiscal, « soutenir l’industrie manufacturière » en favorisant les systèmes économiques intégrés qui allient la « conception et la fabrication » de « nouvelles collections ».

Le bénéfice du « crédit d’impôt recherche » (CIR) est donc ouvert sur le fondement de ces dispositions aux entreprises qui exercent une activité industrielle dans le secteur du textile, de l’habillement et du cuir lorsque les dépenses liées à « l’élaboration de nouvelles collections » sont exposées en vue d’une production dans le cadre de cette activité.

Pour le Conseil d’Etat, les dépenses afférentes à des ingénieurs et techniciens de production chargés de la réalisation d’échantillons non vendus, exposées dans le cadre de l’activité industrielle d’une société en vue de la création de nouvelles gammes de tissus répondant aux demandes de ses clients peuvent être regardées comme liées à l’élaboration de nouvelles collections de l’article 244 quater B-II-h du CGI, alors même que la société « n’élabore pas elle-même de nouvelles collections ».

Articles 44 quater B-II-h et i du CGI

Les articles 244 quater B-II-h et i du CGI ajoutent à la liste des dépenses prises en compte pour le calcul du « crédit d’impôt recherche », celles qui sont liées à l’élaboration de « nouvelles collections » qui sont exposées par les entreprises industrielles du secteur textile-habillement-cuir. Les entreprises doivent relever du secteur textile-habillement-cuir et exercer une activité industrielle, afin de pouvoir bénéficier de la prise en compte de leurs dépenses liées à l’élaboration de « nouvelles collections » pour le calcul du crédit d’impôt recherche.

Ces dépenses liées à « l’élaboration de nouvelles collections » prises en compte pour le calcul du crédit d’impôt recherche nouvelles collections consistent en des dépenses de personnel afférentes aux stylistes et techniciens de bureaux de style, directement et exclusivement chargés de la conception des collections de nouveaux produits, et aux ingénieurs et techniciens de production chargés de la réalisation de prototypes ou d’échantillons non vendus.

L’affaire jugée

Une société X– exerçant son activité dans le secteur de l’ennoblissement textile, en proposant notamment à ses clients, aux fins de la fabrication par eux de nouvelles collections, des échantillons de tissus non destinés à la vente, avait estimé que les dépenses qu’elle avait exposées, au cours de l’exercice clos en 2013, pour la réalisation de ces échantillons entraient bien dans le champ du h du II de l’article 244 quater B du CGI précités.

La demande de restitution d’un crédit d’impôt recherche qu’elle avait présentée avait cependant été rejetée sur ce point par l’administration fiscale.

La société X– avait  porté le litige devant le tribunal administratif de Châlons-en-Champagne, qui avait rejeté sa demande le 31 mai 2016. Ayant interjeté « appel » devant la Cour administrative d’appel de Nancy, cette dernière avait rejeté le 22 juin 2017, cet appel.

S’étant pourvue devant le Conseil d’Etat, la Haute Assemblée statuant au contentieux, a annulé cet arrêt de la CAA de Nancy par une décision n° du 18 juillet 2018, et renvoyé l’affaire devant la CAA de Nancy. Celle-ci a annulé le jugement du 31 mai 2016 du TA de Châlons-en-Champagne par un arrêt du 26 mars 2019, et mis à la charge de l’État le remboursement à la société X– du crédit d’impôt qu’elle avait sollicité et qui lui était contesté.

Le ministre de l’action et des comptes publics s’étant pourvu « en cassation » contre ce dernier arrêt de la CAA de Nancy, demandant au Conseil d’État de l’annuler, les Magistrats du Palais Royal viennent de rejeter le pourvoi du ministre de l’action et des comptes publics (Conseil d’État du 23 janvier 2020, n°430846).

Les « considérants » du Conseil d’Etat

Pour juger que la société X–  était fondée à obtenir la restitution du CIR qu’elle demandait à raison des dépenses de personnel qu’elle avait engagées au cours de l’exercice clos en 2013 pour l’élaboration d’échantillons de tissus destinés à ses clients, la Haute Assemblée a relevé, « par une appréciation souveraine exempte de dénaturation, que cette société était dotée d’un laboratoire qui participait à la création de nouvelles collections élaborées par ses clients, en créant de nouvelles gammes répondant aux demandes de ces derniers selon un cahier des charges technique relatif aux coloris, au toucher, aux effets et aspects, au confort et aux mélanges possibles de matières, pour en déduire que ces travaux pouvaient être regardés comme portant sur la mise au point d’éléments de différenciation d’avec les gammes précédentes ».

Pour la haute juridiction, « c’est ainsi sans commettre d’erreur de droit ni qualifier inexactement les faits de l’espèce…qu’elle a pu en conclure que, alors même que la société n’élaborait pas elle-même de nouvelles collections, les dépenses litigieuses qu’elle avait exposées pouvaient être regardées comme liées à l’élaboration de nouvelles collections au sens de ces dispositions, dès lors qu’il ressortait des pièces du dossier que ces dépenses de personnel, afférentes à des ingénieurs et techniciens de production chargés de la réalisation d’échantillons non vendus, avaient été exposées en vue de la production d’échantillons dans le cadre de son activité, dont la nature industrielle n’était par ailleurs pas contestée devant elle ».

Ajoutez Actufinance à vos flux Google Actualités

Didier Brochon Rédacteur Expert en Fiscalité

Didier Brochon Rédacteur Expert en Fiscalité

Dans la filière fiscale, je suis particulièrement compétent et formaté pour la fiscalité des entreprises et des particuliers, le contrôle fiscal et son assistance, les conseils aux entreprises et aux particuliers, le traitement des contentieux suite aux contrôles fiscaux, l'assistance aux vérifications de comptabilité informatisées (compétence informatique particulière dans le traitement des données), mais apte à défendre de la même manière un contrôle fiscal des particuliers (contrôle sur pièces, ou un examen contradictoire de la situation fiscale personnelle d'ensemble; impositions directes locales: taxe d'habitation, taxes foncières), je suis également compétent dans une autre spécialité mal connue, y compris de beaucoup d'avocats, les évaluations domaniales de valeurs vénales et de valeurs locatives d'immeubles, évaluations des indemnisations en matière d'expropriations pour cause d'utilité publique, et leurs contentieux (au sein de l'Agence France Domaine en qualité de Chargé de mission, évaluateur et commissaire du gouvernement devant le Juge de l'expropriation et devant les SAFER).

Ma carrière administrative m'a valu d'exercer dans pratiquement tous les domaines du droit fiscal, y compris international, au sein de plusieurs Grandes Directions Nationales (ex-DSGI aujourd'hui DRESG ; DNVSF, en liaison avec Bercy, puis dans une Grande Direction Régionale de contrôles fiscaux, la DIRCOFI Centre-Val de Loire). 

Plus que mes compétences techniques très étendues, ma personnalité s'est toujours distinguée par une exigence de rigueur, mon adaptabilité, l'esprit d'analyse et de synthèse, le pragmatisme, la créativité, réactivité, curiosité, l'aisance relationnelle et en équipe, la vitesse de compréhension et d'exécution, le goût de l'initiative, des responsabilités et de la négociation. J'aurais pu par exemple intégrer un cabinet spécialisé, pour assurer la défense des intérêts des clients dans les domaines précités. J'aurais tout aussi bien pu travailler en "back office" en défense et recours des contribuables vérifiés, sur études des dossiers, ou les assister pendant les vérifications. Mes principaux hobbies sont : musique, art en général et littérature en particulier, étant auteur publié, et je suis également intéressé par l'activité de rédacteur.

Mes compétences fiscales et "para-fiscales" sont des plus étendues : juridiques (droit civil, fiscal et pénal découlant du fiscal, et droit de l'urbanisme + droit administratif, public et constitutionnel).

Aujourd'hui à la retraite, je reste actif en qualité d'auto-entrepreneur, en matière de conseils et défense en fiscalité des particuliers uniquement, et secondairement conseil dans les activités liées à l'écriture. Mon site web professionnel est https://www.cdjf-casav.com, où je réponds aux contribuables (ou écrivains) qui me sollicitent (mes tarifs et honoraires y sont clairement mentionnés).

Dernières Actualités

instant casino juventus football
ACTUALITÉS

Instant Casino s’allie à la La Vieille Dame – Juventus !

memecoin AI explose
ACTUALITÉS

Les memecoins « AI » explosent : MemeAI, CorgiAI, WiernerAI

Alors que le memecoin fever bat son plein, de nouveaux projets afin de se démarquer, embarquent des fonctionnalités innovantes. C’est le cas de Meme AI et de Wiener AI qui attirent actuellement les crypto-enthousiastes avec leurs fonctionnalités d’IA. Meme AI (MEMEAI) : créez et vendez des memes grâce au Meme AI Generator Le memecoin MEME...

ACTUALITÉS, Crypto-monnaies, NFT

Les memecoins Ethereum explosent, WienerAI est le prochain x100 ?

Les memecoins Ethereum explosent alors que l’approbation des ETF ETH est sur le point d’être annoncée par la SEC. Les memecoins Ethereum reviennent en force Alors que les memecoins Solana étaient les stars depuis le début de ce bull market, le récent pump de +700 dollars de l’Ethereum en une journée aura relancé la machine...

crypto learn to earn
ACTUALITÉS

Cette prévente crypto BRC-20 explose les 1,5 million de dollars

3 cryptos à suivre avant que le BTC n'atteingne 75500
ACTUALITÉS

Les 3 cryptos à suivre avant que le Bitcoin n’atteigne 75 500 dollars

taxes et fraude
ACTUALITÉS, Bourse et économie, Fiscalité / Impôts

Quid des dérives fiscales du fichier FICOVIE

Pump de 25 % - est-il trop tard d'acheter PEPE
ACTUALITÉS

PEPE grimpe encore de 25 % – Est-il trop tard pour acheter PEPE ?