Gel de 3 313 BTC de Do Kwon, toujours recherché par Interpol

0
45

Do Kwon, le créateur de l’écosystème Terra qui s’est crashé en mai 2022, fait l’objet de plusieurs enquêtes. Désormais recherché par Interpol, il reste pourtant introuvable. Les autorités coréennes viennent de demander aux plateformes KuCoin et OKX de geler 3 313 BTC supposés appartenir à Do Kwon. Retour sur cette affaire haute en couleur !

Do Kwon s’est crashé avec son stablecoin

Do Kwon est désormais tristement célèbre dans le secteur crypto. Créateur de la blockchain Terra et PDG de la société Terraform Labs, son histoire commençait pourtant bien. C’était sans compter sur le crash spectaculaire de l’ensemble de l’écosystème Terra, à commencer par son stablecoin TerraUSD (UST).

En effet, le 9 mai 2022, le stablecoin algorithmique UST, qui est indexé sur le dollar américain, a perdu son indexation. Son cours s’est mis à chuter et à fini par emporter tout l’écosystème vers le fond, engendrant des pertes financières monumentales pour de nombreux investisseurs.

« Je ne fais aucun effort pour me cacher »

Des voix se sont vite élevées pour pointer du doigt l’ex-PDG Do Kwon désormais soupçonné de fraude. Plus que de simples investisseurs floués, ce sont désormais de véritables institutions qui attaquent Do Kwon.

La Corée du Sud a émis un mandat d’arrêt à l’encontre de Do Kwon et de 5 autres personnes associées à Terraform Labs. Ils sont accusé d’avoir violé la loi nationale sur les marchés de capitaux.

La SEC (Securities and Exchange Commission) américaine a également ouvert une enquête sur l’affaire du crash de l’écosystème.

Plus récemment, le 26 septembre, les autorités sud-coréennes ont demandé à Interpol de publier une “notice rouge” à l’encontre du cofondateur de Terraform Labs. Les forces de l’ordre du monde entier sont donc désormais priées de localiser et de mettre en arrestation Do Kwon.

Mais où peut bien être Do Kwon ? A priori, il aurait déménagé de Corée du Sud vers Singapour juste après le crash du projet Terra. Mais la semaine dernière, les autorités singapouriennes ont affirmé qu’il ne se trouvait plus sur leur sol.

Pendant ce temps, Do Kwon nie catégoriquement être en fuite. Dans un tweet du 26 septembre, il a déclaré « Oui, comme je l’ai dit, je ne fais aucun effort pour me cacher. Je me promène et je vais dans les centres commerciaux, c’est impossible qu’aucun CT ne m’ait croisé ces deux dernières semaines. »

Saisie de 3 313 BTC supposés appartenir à Do Kwon

Et ce n’est pas fini pour Do Kwon. L’ex-PDG semblerait avoir préparé sa sortie en se mettant de côté un petit pactole.

C’est la plateforme d’analyse CryptoQuant qui a mis en lumière un portefeuille crypto créé sur Binance par Luna Foundation Guard (LFG). Rappelons que LFG est un organisme à but non-lucratif créé par Terraform Labs (donc par Do Kwon). Ce wallet crypto aurait été créé le 15 septembre, soit juste après l’émission du mandat d’arrêt sud coréen. Hasard du calendrier ?

Encore plus suspect, ce wallet aurait envoyé quelques 3 313 bitcoins vers les deux exchanges crypto KuCoin et OKX.

Le 28 septembre, le procureur de Seoul a annoncé avoir demandé aux deux exchanges en question de geler ces 3 313 BTC liés à Dwon. A la date de la demande, on parle d’une somme de 62 millions de dollars ! KuCoin et OKX ont tous les deux affirmé vouloir coopérer avec l’enquête.

De son côté, Do Kwon affirme n’avoir pas utilisé KuCoin et OKX depuis au moins un an. La fondation LPG s’est aussi défendue en publiant l’adresse de son wallet BTC, qui n’a effectué aucune transaction au cours des derniers mois. Réponse de CryptoQuant : « Ça c’est l’adresse publique ». Existerait-t-il une autre adresse non officielle ?