Accueil L'imposition d'office par le fisc
Fiscalité / Impôts

Que faire si vos revenus sont « imposés d’office » par le fisc ?

La règle générale, en cas de « contrôle » des déclarations de revenus par l’administration, est celle dite de la « procédure normale » autrement appelée procédure « contradictoire, dans laquelle le contribuable peut exposer sa situation et répondre aux arguments de l’administration – qui dans la plupart des cas « supporte la charge de la preuve » de ce qu’elle avance.

Mais il est des situations dans lesquelles le contribuable voit ses revenus rectifiés sans qu’il puisse en discuter les modalités, et qu’il ne peut que contester après mise en recouvrement de l’impôt en résultant, en apportant lui-même la « preuve » de leur exagération. Ce sont les « cas d’imposition d’office ».

Les « cas d’imposition d’office »…

Les articles L 65 à L 74 du Livre des Procédures Fiscales (LPF)  attribuent le droit à l’administration fiscale d’établir d’office le revenu imposable des contribuables. Ces « cas » sont les suivants.

  • Défaut ou retard de production de certaines déclarations ;
  • non-respect de certaines obligations incombant aux micro-entreprises ;
  • défaut de réponses aux demandes d’éclaircissements ou de justifications ;
  • opposition à contrôle fiscal ;
  • défaut de désignation d’un représentant en France par un non-résident.

Les modalités de l’imposition d’office

En « fixant d’office » des bases d’imposition, l’administration fait une « évaluation » la plus exacte possible de celles-ci, à partir des éléments dont elle dispose. Ainsi, en matière d’impôt sur le revenu, l’administration peut :

  • s’appuyer sur les dépenses du contribuable ;
  • appliquer le « barème des éléments du train de vie» prévu à l’article 168 du code général des impôts (assez peu usité) ;
  • retenir « l’enrichissement» inexpliqué du contribuable. En pareil cas, le fisc n’est pas tenu de « rattacher » les sommes à une catégorie de revenus, dès lors que leur origine précise reste inconnue (en ce sens : Conseil d’Etat n° 44 347 du 29 avril 1985 ; Conseil d’Etat n° 46 723 du 27 janvier 1988).
  • lorsque l’imposition d’office résulte d’un défaut de réponse à une demande de justifications concernant des avoirs détenus à l’étranger, l’administration peut retenir le « produit » du montant desdits avoirs, par la « moyenne annuelle des taux de rendement brut à l’émission, des obligations des sociétés privées (application de l’article 151 du code précité).

Ses obligations et conséquences

Pour l’administration

  • l’administration fiscale doit prouver que le contribuable se trouvait bien en « situation d’être imposé d’office » : en ce sens : Conseil d’Etat du 6 janvier 1984, n° 36 632 ;
  • Sauf si le contribuable visé a une résidence « instable », ou s’il transfère son domicile fiscal à l’étranger sans déclaration de revenus, ou s’il s’oppose à un contrôle fiscal, l’administration fiscale est tenue de notifier aux intéressés les bases, éléments d’imposition d’office, et modalités de calculs au minimum 30 jours avant la mise en recouvrement des dispositions qui en résultent, sans que cette notification permette d’engager un « dialogue » contribuable-administration (en ce sens : Conseil d’Etat du 29 juillet 1998 n° 172 175) ;
  • Lorsqu’elle a saisi une comptabilité informatisée, et procédé à des « traitements informatiques des données comptables » qui concourent à la notification des bases « imposées d’office », l’administration doit informer le contribuable de la « nature » et des « résultats » de ces « traitements informatiques », au plus tard à la date d’envoi de la notification des « bases imposées d’office » ;
  • Si le contribuable « imposé d’office » avait désigné un mandataire pour recevoir l’ensemble des actes de procédure d’imposition et qu’elle en avait été informée, l’administration doit adresser à ce mandataire tous les actes de procédure y compris la « proposition de rectification ».

Pour le contribuable

Ce dernier ne peut :

  • « dialoguer » avec l’administration ;
  • lui demander « communication des pièces obtenues d’elle dans le cadre de ses droits de communication, et ayant servi à asseoir son « évaluation d’office » : les dispositions de l’article L 76 du LPF deviennent inapplicables dans les « cas » d’imposition d’office.

Il peut en revanche :

  • présenter une réclamation conforme aux dispositions des articles L 190 et s. du LPF mais :
    • il « supporte alors la charge de la preuve » ;
      • il doit pouvoir apporter la « preuve » de l’exagération de l’imposition d’office en :
        • produisant une comptabilité régulière et probante, faisant état du montant exact du chiffre d’affaires réalisé et du résultat imposable ;
        • « critiquant » la « méthode d’évaluation » suivie par l’administration et l’exagération du résultat auquel elle conduit, ou bien « proposer » lui-même une autre « méthode  d’évaluation » selon lui plus appropriée ;
        • démontrant une « erreur de principe » de la part de l’administration dans le « choix de sa méthode » ;
      • il peut demander à ce que « des déficits constatés » au cours de l’année rectifiée soient déduits des bases d’imposition d’office – et ce – même en cas de simple application du « barème des éléments du train de vie » (article 168 du CGI) : en ce sens : Conseil d’Etat du 26 juillet 1982 n° 14 509).
Ajoutez Actufinance à vos flux Google Actualités

Didier Brochon Rédacteur Expert en Fiscalité

Didier Brochon Rédacteur Expert en Fiscalité

Dans la filière fiscale, je suis particulièrement compétent et formaté pour la fiscalité des entreprises et des particuliers, le contrôle fiscal et son assistance, les conseils aux entreprises et aux particuliers, le traitement des contentieux suite aux contrôles fiscaux, l'assistance aux vérifications de comptabilité informatisées (compétence informatique particulière dans le traitement des données), mais apte à défendre de la même manière un contrôle fiscal des particuliers (contrôle sur pièces, ou un examen contradictoire de la situation fiscale personnelle d'ensemble; impositions directes locales: taxe d'habitation, taxes foncières), je suis également compétent dans une autre spécialité mal connue, y compris de beaucoup d'avocats, les évaluations domaniales de valeurs vénales et de valeurs locatives d'immeubles, évaluations des indemnisations en matière d'expropriations pour cause d'utilité publique, et leurs contentieux (au sein de l'Agence France Domaine en qualité de Chargé de mission, évaluateur et commissaire du gouvernement devant le Juge de l'expropriation et devant les SAFER).

Ma carrière administrative m'a valu d'exercer dans pratiquement tous les domaines du droit fiscal, y compris international, au sein de plusieurs Grandes Directions Nationales (ex-DSGI aujourd'hui DRESG ; DNVSF, en liaison avec Bercy, puis dans une Grande Direction Régionale de contrôles fiscaux, la DIRCOFI Centre-Val de Loire). 

Plus que mes compétences techniques très étendues, ma personnalité s'est toujours distinguée par une exigence de rigueur, mon adaptabilité, l'esprit d'analyse et de synthèse, le pragmatisme, la créativité, réactivité, curiosité, l'aisance relationnelle et en équipe, la vitesse de compréhension et d'exécution, le goût de l'initiative, des responsabilités et de la négociation. J'aurais pu par exemple intégrer un cabinet spécialisé, pour assurer la défense des intérêts des clients dans les domaines précités. J'aurais tout aussi bien pu travailler en "back office" en défense et recours des contribuables vérifiés, sur études des dossiers, ou les assister pendant les vérifications. Mes principaux hobbies sont : musique, art en général et littérature en particulier, étant auteur publié, et je suis également intéressé par l'activité de rédacteur.

Mes compétences fiscales et "para-fiscales" sont des plus étendues : juridiques (droit civil, fiscal et pénal découlant du fiscal, et droit de l'urbanisme + droit administratif, public et constitutionnel).

Aujourd'hui à la retraite, je reste actif en qualité d'auto-entrepreneur, en matière de conseils et défense en fiscalité des particuliers uniquement, et secondairement conseil dans les activités liées à l'écriture. Mon site web professionnel est https://www.cdjf-casav.com, où je réponds aux contribuables (ou écrivains) qui me sollicitent (mes tarifs et honoraires y sont clairement mentionnés).

Dernières Actualités

Sponsorisé

Worldcoin a explosé de 700% en moins d’un an – Scorpion Casino est-il le prochain ?

Crypto-monnaies, NFT

Recap de la semaine : Tous les plus gros investissements dans le web 3

Découvrez tous les plus gros investissements qui ont été effectués cette semaine dans le web 3 : Mezo lève 21 millions de dollars Mezo, a Bitcoin L2 that lets HODLers earn yield, debuts after a $21 million Series A led by @PanteraCapital. https://t.co/BvfSutoyUg — Fortune Crypto (@FortuneCrypto) April 9, 2024 Alors que la course aux...

Top 5 Memecoin Ethereum et Solana au potentiel x100
Crypto-monnaies

Top 5 Memecoins Ethereum et Solana au potentiel x100

Alors que les prix de l’ETH et du SOL se consolident, leurs blockchains sont quant à elles le théâtre de naissances de certaines pépites censées exploser durant ce bull run. Voici les 5 projets explosifs pour les mois à venir. Dogeverse ($DOGEVERSE) Lancé le 8 avril dernier, ce memecoin à thème canin se décrit comme le...

Bourse et économie, Devises / Forex

L’EUR/USD s’écroule sur un creux de 5 mois alors que le Forex ne croit plus à la baisse de taux de la Fed

Sponsorisé

Le Casino Scorpion Lance la PinkSale Après une Prévente de 10 Millions de Dollars : Dernière Opportunité de S’Assurer des $SCORP Avant la Cotation le 15 Avril

99bitcoins prevente learn to earn
Crypto-monnaies

99Bitcoins Token : la nouvelle crypto Learn 2 Earn en prévente, est-ce le prochain projet BRC-20 à exploser ?

99bitcoins, la prévente lancée
Crypto-monnaies

99Bitcoins : le jeton enfin lancé à l’approche du halving