Play to Earn (P2E) : Qui sont les joueurs ?

0
72

Une récente étude menée par Finder sur les NFT et les jeux Play to Earn rend compte du profil type des joueurs. Menée dans 26 pays, cette étude permet d’illustrer que les pays émergents sont les plus friands de ce type de jeux. Autre constat, les hommes semblent bien plus intéressés que les femmes par les jeux blockchains.

Les pays en voie de développement, gros consommateurs de jeux P2E !

Parmi les 26 pays étudiés, les cinq pays les plus rompus aux jeux de type Play to Earn sont les suivants :

  1. Inde : 33,8 % de la population ayant déclaré avoir déjà joué à un jeu P2E
  2. Hong Kong : 28,7 %
  3. Émirats Arabes Unis : 27,3 %
  4. Philippines : 25,0 %
  5. Vietnam : 23,0 %

Ce classement illustre l’omniprésence de l’Asie dans l’engouement autour des jeux Play to Earn mais également la place de choix qu’occupent les pays en voie de développement. Dans beaucoup de ces pays, ces jeux sont vus comme un complément de revenu qui peut parfois être très confortable. Et comme le jeu Play to Earn ne prend pas en compte le niveau de vie, il est évident que ces jeux sont encore plus intéressants dans des pays où le revenu moyen est plus faible.

Bon à savoir : L’étude se concentre sur 26 pays : États-Unis, Canada, Grande-Bretagne, Mexique, Philippines, Singapour, Malaisie, Inde, Nigeria, Nouvelle-Zélande, Afrique du Sud, Colombie, Irlande, Chili, France, Suède, Espagne, Allemagne, Brésil, Suisse, Hong-Kong, Pérou, Argentine, Vietnam, Venezuela, Émirats Arabes Unis.

Quelle tendance à l’avenir ?

Si l’enquête de Finbold cherche à cartographier les pays où les joueurs sont les plus actifs, elle vise aussi à comprendre comment sera structuré le marché à l’avenir. Ainsi, les questions s’orientent aussi vers le public qui n’est pas encore joueur, mais qui prévoit de le devenir dans un futur proche.

Et à ce petit jeu, des pays comme le Nigeria, le Pérou ou encore les Philippines sont ceux qui se détachent le plus. Malgré le fait que l’adoption soit déjà assez présente dans ces pays. En tête du classement, on pourrait alors retrouver plusieurs pays dont l’adoption flirte avec les 40 %.

Mais proportionnellement, les pays qui jouent le moins à ce genre de jeux vont aussi connaître un chamboulement profond de leurs habitudes. Si l’enquête permet d’illustrer que seulement 5,8 % des français ont déjà joués à des jeux de type Play to Earn, elle tend aussi à montrer que ce chiffre pourrait quasiment tripler dans un avenir proche. Le constat de la démocratisation peut aussi se faire dans d’autres pays comme l’Espagne.

Les hommes semblent plus intéressés que les femmes

L'autre constat que l'on pourrait tirer de cette enquête est que les hommes semblent beaucoup plus intéressés que les femmes par les jeux NFT de type Play to Earn. À l'échelle mondiale, 17 % des hommes disent déjà avoir joué à des jeux NFT. Pour seulement 12 % de femmes.

Dans aucun des 26 pays de l'enquête, les femmes se disent plus intéressés que les hommes par les jeux de type P2E. Néanmoins, les écarts entre les pays sont parfois criants. Ainsi, si l'on reprend les chiffres de Singapour, 31,6 % des hommes interrogés se disent intéressés par ce type de jeux alors que c'est le cas pour seulement 12,6 % des femmes.

À l'inverse, l'écart est beaucoup plus faible dans des pays comme la Colombie ou le Pérou. En Colombie, 13,7 % des hommes se disent intéressés par ce type de jeux contre 11,7 % de femmes. Au Pérou, l'écart est encore plus faible : 13,5 % des hommes pour 12,9 % de femmes. L'infographie suivante vous permettra de retrouver l'intégralité de ces statistiques :