Accueil Pression réglementaire : Jane Street et Jump crypto se retirent du marché crypto US
Crypto-monnaies

Pression réglementaire : Jane Street et Jump crypto se retirent du marché crypto US

L’incertitude réglementaire continue de faire des ravages dans l’industrie de la crypto-monnaie et plus particulièrement aux États-Unis. Depuis lors, des entreprises crypto-friendly sont en train de mettre la clé sous le paillasson une à une. Aujourd’hui, c’est au tour de deux acteurs institutionnels majeurs d’arrêter le trading des crypto-monnaies aux USA. Jump Crypto et Jane Street ne supportent plus les actions punitives des régulateurs américains. Pour cela, ils ont décidé de cesser toute activité liée à la crypto-monnaie sur le sol américain.

Jump Crypto et Jane Street quittent la scène crypto aux États-Unis

Jump Crypto et Jane Street quittent la scène crypto aux États-Unis

Compte tenu de la pression réglementaire sur la crypto market, deux market makers crypto de renommée ont décidé de se retirer du marché crypto US. Il s’agit bel et bien de Jane Street et Jump Crypto. Si l’on s’en tient aux informations recueillies auprès de Bloomberg, les deux entreprises d’envergure vont soit délocaliser leurs services à l’international, soit réduire leur développement aux USA. Pour les mêmes raisons d’incertitude réglementaire, Bittrex, la crypto-bourse, avait mis fin à ses opérations aux États-Unis.

On se souvient encore de ces paroles du président de la SEC, Gary Gensler qui déclarait que :

Les marchés crypto souffrent d’un manque de conformité avec la régulation. Ce n’est pas un manque de clarté juridique

Pour le cas de Jane Street, les dirigeants évoquent une incertitude réglementaire globale qui aurait poussé la firme à abandonner le marché US. L’entreprise estime qu’elle est incapable de respecter les normes édictées par les régulateurs. Du moins, son activité ne serait plus en conformité avec la politique interne de la société. A titre de rappel, Sam Bankman-Fried, l’ex PDG de FTX a été un employé de Jane Street à New York avant qu’il ne crée Alameda Research en 2017. Aussi, il est à noter que Jane Street a été cité par la CFTC (Commodity Futures Trading Commission) dans son procès contre Binance.

En ce qui concerne Jump Crypto, la firme se retire uniquement du marché américain. La branche d’actifs numériques de Jump Trading dénonce la politique réglementaire actuelle de la SEC et d’autres régulateurs financiers. Cela étant, la filiale crypto de l’acteur de la TradFine compte pas réduire ses investissements, mais il est question de les transférer hors des US. A noter que Jump Crypto a été ciblé dans le cadre d’une enquête sur l’effondrement de Terra/Luna en tant que principal bailleur de fonds du projet stablecoin Terra/USD depuis l’année 2019.

Les deux acteurs institutionnels n’abandonnent pas le trading crypto

S’il est vrai que Jump crypto et Jane Street se retirent du marché US, il n’en demeure pas moins que les deux firmes continuent de proposer leurs services en matière de trading des crypto-monnaies. Il n’est pas question pour elles d’abandonner totalement ce secteur. Plutôt, les deux entreprises d’envergure vont se déplacer à l’étranger.

Cependant, Jane Street devra revoir à la baisse ses ambitions concernant le trading des crypto-monnaies. Selon Bloomberg, l’entreprise ne peut opérer tous ses servies aux USA à cause du flou réglementaire actuel. Une chose est sûre, les investisseurs américains auront du mal à négocier les crypto-monnaies à fort potentiel. La question qui se pose alors est de savoir si Jump Crypto et Jane Street attireront un grand nombre de traders outre-Atlantique.

Délocalisation d’offshore par Gemini et Coinbase

Aux États-Unis, de nombreuses plateformes d’échanges cryptographiques étendent de plus en plus leurs activités sur toute la planète. Ainsi, les entreprises Coinbase et Gemini ne souhaitent pas rester en arrière, car c’est une stratégie qui vise à vulgariser ses services.

Avant ces deux sociétés, nous remarquons que le principal émetteur du XRP Ripple s’est confronté avec la SEC depuis 2020 dans le but de délocaliser ses services. Aujourd’hui, les services proposés par cette plateforme se déploient jusqu’au continent asiatique.

Gemini et Coinbase se sont donc engagés dans la même lancée avec la nouvelle plateforme de dérivés cryptographiques offshore initiée par Coinbase. Concrètement, il s’agit d’un effet de lobbying ou encore d’une séquence de poker menteur destiné à influencer le régulateur des échanges cryptos, afin de bénéficier de la tolérance en cas de répression.

Conseillers en investissement et les exchanges crypto-monnaies privées

Les caisses du fonds américain de capital risque a16z auraient subi des graves conséquences à cause de l’adoption des nouvelles lois sur le marché de la crypto-monnaie. C’est pour cette raison que le VC (venture capital) a attiré l’attention des conseillers en investissement légalisés au sujet des propositions de la SEC concernant le custody.

En cas d’adoption des mesures proposées par la SEC, les banques de crypto-monnaies décentralisées seront exclues. Cette exclusion impactera aussi négativement les conseillers financiers américains. Bien plus, l’interdiction de ces bourses décentralisées ne pourra plus encourager les utilisateurs  dans l’investissement de la monnaie digitale. Fort de constat, le fonds de capital-risque a16z déclare : « Nous craignons qu’en l’absence d’une exception appropriée de self-custodial, la règle proposée interdise effectivement aux RIA [conseillers en investissement enregistrés] de détenir et de négocier des crypto-actifs pour les clients »

Dénonciation de Gensler : pas de ségrégation sur les CES

Selon le principe de sauvegarde de a16z, un conseiller financier enregistré n’a pas l’autorisation de négocier une monnaie digitale sur un site de trading centralisé. Par la suite, le fonds explique que les plateformes ne sont pas adaptées pour ce genre d’opérations et les tentatives de négociation des actifs par un conseiller boursier seraient répressibles.

De son côté, la SEC affirme que « Le modèle actuel dans le domaine crypto est un modèle d’ownership (…) de ces fonds, et les mélange avec des milliers, et souvent des centaines de milliers ou même des millions d’autres fonds de clients »

En d’autres termes, la SEC pense que certaines plateformes de crypto-monnaies ne sont pas en mesure de garantir la garde des actifs numériques à cause de leurs manques de qualifications.

Ajoutez Actufinance à vos flux Google Actualités

Benjamin Okala Rédacteur Expert en Crypto-Monnaie

Benjamin Okala Rédacteur Expert en Crypto-Monnaie

Titulaire d'une licence en sciences économiques obtenu à l'Université de Yaoundé II-Soa, Benjamin Okala est un rédacteur crypto-sphérique depuis plusieurs années. En 2020, il débute comme consultant en affaires dans divers projets du secteur bancaire liés à la gestion des données, l'analyse et l'intelligence artificielle. Benjamin a commencé très tôt à s'intéresser à la technologie blockchain et est actuellement un expert en Blockchain et DeFi.

Passionné de la crypto-monnaie et de blockchain, Benjamin propose sa riche expérience dans la rédaction de guides et d’articles dans le domaine des cryptos / NFT / DeFI / Metaverse... Sur Actufinance, il affiche toutes ses connaissances en tant que rédacteur de contenu expert, se consacrant à expliquer de manière simple et graphique différents concepts sur la technologie blockchain et tout l'écosystème qui l'entoure. Il nous dit toutes les choses les plus importantes que nous devrions savoir sur les protocoles DeFi.

Tout simplement, il traite des problèmes du secteur blockchain d'un point de vue journalistique. A titre de rappel, la technologie blockchain est l'un des outils les plus puissants dont nous disposons aujourd'hui. Elle a prouvé sa pertinence dans différents usages, transformant radicalement la façon dont nous faisons les choses. Explorer et développer davantage cette technologie évolutive nous mènera à un point où nous pourrons mieux interconnecter le monde.

Benjamin a travaillé avec plusieurs sites web sur les jeux d’argent, les réseaux sociaux et logiciel en plus d'être un travailleur indépendant. Lorsqu'il ne travaille pas (bien que cela n'arrive pas très souvent), il est possible de le trouver en train de lire ou de voyager.

Dernières Actualités

Crypto-monnaies, NFT

Recap : tous les projets web 3 qui ont levé des millions de dollars

EUR/USD forex
Bourse et économie, Devises / Forex

Un rebond de l’EUR/USD semble imminent mais ce sont le PIB US et l’indice PCE qui auront le dernier mot

Après une violente baisse la semaine dernière, la semaine qui est sur le point de s’achever a été plus hésitante pour l’EUR/USD, malgré une série d’événements qui auraient pu avoir un impact bien plus important sur la paire de devises. L’Euro Dollar a certes marqué un nouveau creux sur le forex, descendant jusqu’à 1,06 lundi,...

bitcoin minetrix et halving
Crypto-monnaies

Bitcoin Minetrix : 13 millions $ levés – Fin imminente de la prévente

La prévente de Bitcoin Minetrix, un projet novateur basé sur le concept du stake-to-mine, s’achèvera dans 6 jours après avoir réussi à lever 13 millions de dollars au cours de ses 39 étapes. Les investisseurs potentiels ont encore deux jours pour acquérir des $BTCMTX au prix unitaire de 0,0147 $. Passé ce délai, le token...

TON sur lucky block
Crypto-monnaies

La crypto TON est désormais disponible sur Lucky Block, le casino Telegram Web3

part dog
Sponsorisé

En partie chien, en partie IA, en partie saucisse : WienerAI déclenche la dernière frénésie de meme coin

CoinPoker lance des tournois
Crypto-monnaies

CoinPoker, le site de poker en crypto lance une série de tournois avec 1 million de dollars à la clé – CHP, son token natif axé sur la GambleFi va-t-il exploser ?

Dogecoin20 uniswap
Crypto-monnaies

Dogecoin20 en hausse de 100 %, une heure après son listing sur Uniswap