Accueil Comprendre les délais de réponse de l’AF et des contribuables
ACTUALITÉS, Bourse et économie, Fiscalité / Impôts

Comprendre les délais de réponse de l’AF et des contribuables

Une inégalité de droit et de fait entre l’administration fiscale et les contribuables s’agissant de délais de réponse

Nous connaissons tous la pratique qui consiste pour les services de contrôle des impôts, particulièrement ceux de contrôle dit « sur pièces » c’est-à-dire « du bureau », par simple rapprochement entre les déclarations établies, les montants déclarés, et les multiples informations qu’ils reçoivent de tiers, comme prévu par la loi, à adresser généralement dans les deux derniers mois de chaque année, aux contribuables une « proposition de rectification » n° 2120-SD. 

Selon la procédure suivie (généralement « contradictoire » c’est-à-dire répondant aux conditions des articles L 55 à L 61 du Livre des Procédures Fiscales), le destinataire du ou des redressements « envisagés » à ce stade, dispose d’un délai général de réponse de 30 jours, auxquels peuvent s’ajouter 30 autres jours s’il en fait simplement la demande avant l’extinction du délai général. Cette dernière faculté n’existe pas dans les situations où le contribuable fait l’objet d’une procédure « d’office ».

Mais nous savons tous également que, si l’administration fiscale est rigoureuse dans les délais impartis aux contribuables redressés, elle l’est très nettement moins envers elle-même, quand il s’agit pour elle de répondre aux observations produites par les contribuables aux rectifications envisagées à leur encontre ! 

Il n’est pas rare, en effet, que des services de contrôle répondent 10 mois, voire 15 mois après les observations qu’ils ont reçues du contribuable, lequel ne recevant plus de nouvelles pendant un temps assez long, se demande ce qu’il advient de la procédure dont il est l’objet et serait même fondé à penser que les impôts ont abandonné « la partie », ou encore dans le pire des cas, il « oublie » qu’il a fait l’objet d’une « procédure de rectification » ! Or il n’en est rien et les contribuables s’aperçoivent un beau jour que les Impôts n’ont pas « renoncé à leurs prétentions » ! Il est aussi frappant de constater que l’on retrouve ce même problème de délais de « réaction » de l’administration fiscale, dans les dates d’inscription aux rôles d’imposition et de « mise en recouvrement » des impositions qu’elle a entendu maintenir ! 

délai contribuable

Un délai général pour l’administration fiscale : celui de la prescription qu’elle a interrompue

La proposition de rectification n° 2120-SD (si elle est régulière [*]) interrompt la prescription, pour ce qui nous intéresse dans cet article, l’impôt sur le revenu, en ouvrant « en-avant » un délai équivalent à celui de son « droit de reprise » (« en-arrière »), c’est-à-dire 3 ans. Par exemple, le service de contrôle notifie en 2023 : il a jusqu’au 31 décembre 2026 pour clore sa procédure et recouvrer l’impôt. En matière de recouvrement d’ailleurs, le délai des comptables publics est même de 4 ans au lieu de 3.

[*] est considérée comme régulière une proposition de rectification n° 2120-SD qui comporte dans la forme toutes les énonciations obligatoires, entre autres, désignation du service d’origine, son adresse, la date, le nombre de pages, l’énumération des garanties générales attachées à une procédure de rectification, la qualité du signataire, ses nom prénom et signature, et l’énumération des articles du Code général des impôts et du Livre des Procédures Fiscales visés.

Une inégalité choquante dans les délais et qui donne une mauvaise image des services déconcentrés de Bercy

Il suffit de se mettre à la place d’un contribuable « redressé » en fin d’année (N), qui répond (avec prorogation de 30 jours demandée) en janvier (N+1) puis qui n’entend plus parler de rien… jusqu’en février (N+2) par exemple, où il reçoit la confirmation des rectifications par lettre n° 3926-SD ! Pour peu qu’il ne reçoive plus de nouvelles au-delà des 30 jours alloués dans la 3926-SD pour faire état d’observations éventuelles (uniquement sur les pénalités appliquées), et que l’année (N+2) s’achève sans qu’il ait reçu d’avis d’imposition (impôt sur le revenu) ou d’avis de mise en recouvrement (TVA, par exemple), l’intéressé est en droit de se poser un certain nombre de questions et de se demander si son « affaire » n’est pas tout simplement « classée sans suites », d’autant que nombreux sont ceux qui, en pareille situation, ont écrit (courriers postaux ou électroniques) sans jamais recevoir la moindre réponse !

Une proposition de loi pour commencer à harmoniser ces délais et établir une certaine égalité « fisc/contribuable », « retoquée » !

Enregistrée le 27 septembre 2017 sur le Bureau de l’Assemblée Nationale, une proposition de loi présentée par le Député Jean-Luc Warsmann et partant du constat suivant, n’a pas été retenue :

« Dans le cadre d’une proposition de rectification, autrement dit d’une notification de redressement, l’article R*. 57-1 du livre des procédures fiscales fixe un délai maximal de 30 jours au contribuable pour exercer son droit de réponse à compter de la réception de la notification de la proposition de rectification. Le défaut de réponse est considéré par l’administration fiscale comme un accord tacite.

En revanche, il apparaît que la réglementation en vigueur n’impose à cette dernière aucun délai pour répondre au contribuable en cas de rejet de ses observations. Aussi la pratique a-t-elle admis que l’administration fiscale bénéficiait pour répondre du délai de la prescription, soit 3 ans.

Bien évidemment, la réponse du fisc ne peut intervenir qu’après un examen approfondi des faits exposés par le contribuable concerné au regard des textes applicables. Néanmoins, et dès lors qu’il s’agit d’une procédure contradictoire, il est pour le moins surprenant que l’une des parties se voit contrainte par un délai et l’autre non.

À cet égard, il pourrait s’avérer indiqué, pour respecter le principe du parallélisme des formes et celui d’égalité des parties, d’instaurer un délai de réponse pour l’administration fiscale qui soit raisonnable dans le cadre des propositions de rectification, c’est-à-dire en l’occurrence identique à celui qui est imparti au contribuable.

Quitte pour cela à accroître le délai actuel de réponse de 30 jours exigé du contribuable, de sorte que l’administration fiscale dispose du temps nécessaire à un examen serein et approfondi des observations qui lui sont transmises.

En conséquence la présente proposition de loi entend, au nom de l’équité et de l’amélioration des rapports entre l’administration fiscale avec les contribuables, fixer à cette dernière un délai de réponse identique à celui imparti à ces mêmes contribuable ».

La proposition de loi déposée ayant donc visé (avant examen par la Commission des lois, inscription à l’ordre du jour, débats, qui n’ont pas eu lieu), à obtenir l’approbation de l’Assemblée nationale afin de compléter les actuelles dispositions du dernier alinéa de l’article L 57 du Livre précité, par la formule suivante : « et notifiée à l’intéressé dans un délai identique à celui qui est imparti au contribuable pour formuler ses observations ou faire connaître son acceptation », premier pas vers un nécessaire parallélisme des délais « administration/ administrés » au nom de l’équité « administrés – administration » a donc avorté,  et l’administration fiscale conserve donc ainsi ses droits si exorbitants.

 

Ajoutez Actufinance à vos flux Google Actualités

Questions & Réponses (0)

Vous avez une question? Notre panel d'experts est là pour vous répondre. Soumettre votre Question

Laisser un commentaire

Lire notre revue

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Didier Brochon Rédacteur Expert en Fiscalité

Didier Brochon Rédacteur Expert en Fiscalité

Dans la filière fiscale, je suis particulièrement compétent et formaté pour la fiscalité des entreprises et des particuliers, le contrôle fiscal et son assistance, les conseils aux entreprises et aux particuliers, le traitement des contentieux suite aux contrôles fiscaux, l'assistance aux vérifications de comptabilité informatisées (compétence informatique particulière dans le traitement des données), mais apte à défendre de la même manière un contrôle fiscal des particuliers (contrôle sur pièces, ou un examen contradictoire de la situation fiscale personnelle d'ensemble; impositions directes locales: taxe d'habitation, taxes foncières), je suis également compétent dans une autre spécialité mal connue, y compris de beaucoup d'avocats, les évaluations domaniales de valeurs vénales et de valeurs locatives d'immeubles, évaluations des indemnisations en matière d'expropriations pour cause d'utilité publique, et leurs contentieux (au sein de l'Agence France Domaine en qualité de Chargé de mission, évaluateur et commissaire du gouvernement devant le Juge de l'expropriation et devant les SAFER).

Ma carrière administrative m'a valu d'exercer dans pratiquement tous les domaines du droit fiscal, y compris international, au sein de plusieurs Grandes Directions Nationales (ex-DSGI aujourd'hui DRESG ; DNVSF, en liaison avec Bercy, puis dans une Grande Direction Régionale de contrôles fiscaux, la DIRCOFI Centre-Val de Loire). 

Plus que mes compétences techniques très étendues, ma personnalité s'est toujours distinguée par une exigence de rigueur, mon adaptabilité, l'esprit d'analyse et de synthèse, le pragmatisme, la créativité, réactivité, curiosité, l'aisance relationnelle et en équipe, la vitesse de compréhension et d'exécution, le goût de l'initiative, des responsabilités et de la négociation. J'aurais pu par exemple intégrer un cabinet spécialisé, pour assurer la défense des intérêts des clients dans les domaines précités. J'aurais tout aussi bien pu travailler en "back office" en défense et recours des contribuables vérifiés, sur études des dossiers, ou les assister pendant les vérifications. Mes principaux hobbies sont : musique, art en général et littérature en particulier, étant auteur publié, et je suis également intéressé par l'activité de rédacteur.

Mes compétences fiscales et "para-fiscales" sont des plus étendues : juridiques (droit civil, fiscal et pénal découlant du fiscal, et droit de l'urbanisme + droit administratif, public et constitutionnel).

Aujourd'hui à la retraite, je reste actif en qualité d'auto-entrepreneur, en matière de conseils et défense en fiscalité des particuliers uniquement, et secondairement conseil dans les activités liées à l'écriture. Mon site web professionnel est https://www.cdjf-casav.com, où je réponds aux contribuables (ou écrivains) qui me sollicitent (mes tarifs et honoraires y sont clairement mentionnés).

Dernières Actualités

Pepe Unchained c'est quoi
ACTUALITÉS

Pepe devient un Layer 2 : Voici Pepe Unchained

ACTUALITÉS, Crypto-monnaies, NFT

Recap : tous les projets web 3 qui ont levé des millions de dollars

Découvrez tous les plus gros investissements qui ont été effectués cette semaine dans le web 3 : La blockchain Modular Particle Network lève 15 millions Le développeur de blockchain modular Particle Network a annoncé avoir levé 15 millions de dollars. Particle Networ est un L1 qui s’appuie sur la technologie d’abstraction (account, wallet et en...

EUR/USD forex
ACTUALITÉS, Devises / Forex

L’EUR/USD reste sous pression face à une multitude de facteurs baissiers, 1,06 en ligne de mire ?

La semaine a commencé de façon positive pour l’EUR/USD, qui a marqué un sommet à 1,0760, mais la paire de devise s’est ensuite retournée à la baisse, rejoignant ce vendredi les creux de la semaine dernière, vers 1,0670. Rappelons que l’Euro Dollar est doublement affecté d’une part par l’incertitude politique en Europe, qui pénalise l’Euro,...

taxes et législation
ACTUALITÉS

Les trois grandes harmonisations fiscales européennes en date du 12/09/2023

ACTUALITÉS

Les meilleurs pronostics d’IA et experts pour le match Slovaquie-Ukraine

Sponsorisé

Les investisseurs se précipitent pour acheter les tokens SPY de SpacePay pour son avantage contre la volatilité et d’autres avantages

Airdrop LayerZero Du héros au zéro - AF
ACTUALITÉS, Crypto-monnaies, Economie numérique

Airdrop LayerZero : Du héros au zéro ?