Accueil Crédit immobilier : Les taux continuent de baisser
Autres informations financières

Crédit immobilier : Les taux continuent de baisser

Le phénomène est présent depuis le mois d’Octobre. Si l’épisode de crise sanitaire avait eu pour effet une légère augmentation des taux d’intérêts sur les prêts immobiliers, le phénomène s’inverse depuis plusieurs semaines. Réelles opportunités d’achats immobiliers ? Nous verrons que cela est plus compliqué qu’il n’y parait et que d’autres paramètres limitent encore l’accès au crédit.

Quelle est la réalité du marché et comment expliquer cette baisse des taux ?

Quelle est la réalité du marché et comment expliquer cette baisse des taux ?
Les taux d’intérêt baissent, à plus fortes raisons sur les dossiers les plus solides

La baisse des taux sur les prêts immobiliers s’explique via différents paramètres. En premier lieu par les taux d’intérêts toujours négatifs sur les OAT (obligations assimilables du Trésor) mais aussi par le biais d’une injection massive de liquidité par les banques centrales. Ces deux conditions permettent aux banques commerciales d’emprunter auprès de la Banque Centrale Européenne (BCE), à des taux extrêmement compétitifs. Et de facto, elles peuvent ensuite proposer des taux bas aux emprunteurs.

L’agence Empruntis a par ailleurs cherché à cartographier l’évolution des taux d’intérêts sur les emprunts immobiliers pour les “taux minis”, réservés aux meilleurs profils. Pour cette cartographie, l’agence a divisé la France en 7 régions et pris en compte 5 durées d’emprunt. Pour un total de 35 taux analysés. De cette étude sur le mois d’Octobre, il en ressort les résultats suivants :

  • 21 taux ont reculés (de 0,01 à 0,4 %)
  • 13 sont restés stables sur la période
  • 1 taux a augmenté

Aujourd’hui, les taux observés sont les suivants :

Durée de l’emprunt Meilleur taux constaté Taux moyen constaté
7 ans 0,4 % 0,75 %
10 ans 0,5 % 0,85 %
15 ans 0,58 % 1,05 %
20 ans 0,84 % 1,25 %
25 ans 0,91 % 1,45 %

Est ce que la baisse de taux va être durable ?

Le reconfinement pour une durée limitée n’aura que peu de conséquences sur l’évolution des taux de crédit. Rappelons également que les banques cherchent encore à gagner des clients, après une année 2020 marquée par une diminution du nombre de demande de prêts.

En conséquence, les organismes de crédit ont tout intérêt à pratiquer des taux compétitifs pour attirer les candidats à l’achat immobilier. La politique de la banque centrale européenne risque aussi de continuer sur des taux directeurs assez bas, de nature à relancer la croissance, la consommation et l’économie. Néanmoins, ces politiques peuvent s’avérer risquées à plus long terme. Notamment en ce qui concerne la confiance des ménages. En effet, avec des taux bas pendant une très longue période, la confiance peut s’éroder, créant au passage les conditions idéales pour une hausse de l’épargne de précaution. Soit exactement l’inverse de l’objectif initial.

Sur un horizon de court et moyen terme, les taux d’intérêts devraient néanmoins rester bas. Si la situation sanitaire venait à ajouter de l’incertitude sur une période beaucoup plus longue, les réalités du marché de l’emprunt pourraient alors évoluer.

Une baisse des taux propice aux projets immobiliers ?

Une baisse des taux propice aux projets immobiliers ?
Malgré des taux bas, les refus de dossier se multiplient, conformément aux recommandations du HCSF

Si les taux d’intérêts sont très bas, ils favorisent en principe l’investissement immobilier. Dans des projets d’achat de résidence principale ou dans l’optique d’un investissement locatif.

En revanche, les conditions et les recommandations du HCSF (Haut Conseil de Stabilité Financière) ont tendance à faire diminuer le nombre de projets financés par les banques. En effet, dès 2019, le Haut Conseil avait formulé des directives à l’attention des banques, afin de limiter le risque de surendettement des ménages. Ces mesures précisait notamment :

  • Le respect plus scrupuleux du taux d’endettement de 33 %
  • Un apport pour le projet d’environ 10 % minimum
  • L’impossibilité d’emprunter sur une durée supérieure à 25 ans

Sur ces conditions, les banques peuvent déroger aux règles sur environ 15 % des crédits octroyés. La marge de manoeuvre se réduit de ce point de vue pour les organismes financeurs. C’est notamment ce que reprochent certains courtiers qui plaident pour le doublement des dérogations d’ici 2021. Les professionnels entendent en effet porter ce taux d’exception à hauteur de 30 %.

Si en un sens, la baisse des taux a un effet incitatif à l’achat immobilier, celle-ci est par ailleurs freinée par les directives du HCSF. Sur les mois de Septembre et Octobre 2020, le réseau de courtiers Vousfinancer note un taux de refus à hauteur de 15 % du total des dossiers. Pour l’ensemble de l’année 2020, ce taux de refus est de 11 %, alors que la crise sanitaire est présente depuis le mois de Mars. Sur l’ensemble de l’année 2019, les dossiers refusés ne représentaient qu’à peine plus de 5 % des dossiers traités. Les professionnels du réseau Cafpi font le même constat. Le plus inquiétant est probablement la gradation dans le pourcentage de refus. Celui-ci est en hausse permanente depuis Mai dernier. Selon certains experts, ce pourcentage risque même encore de grandir si aucune mesure n’est prise rapidement.

Si les conditions d’accès au crédit se resserrent, cela semble surtout être le cas pour les ménages les plus précaires. Conformément à ce que nous avons vu, les meilleurs profils continuent à bénéficier d’emprunts à des conditions plus favorables. Par ce biais, les banques cherchent aussi à sauvegarder leur clientèle mais aussi à maitriser le risque.

Ajoutez Actufinance à vos flux Google Actualités

Questions & Réponses (0)

Vous avez une question? Notre panel d'experts est là pour vous répondre. Soumettre votre Question

Laisser un commentaire

Lire notre revue

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Romain Boyer Rédacteur Web

Romain Boyer Rédacteur Web

Après une licence en économie, un master en management stratégique à l'IAE de Bordeaux, Romain s'est lancé dans la rédaction web. Toujours en veille des aspects techniques et de nouvelles pratiques sur son métier, il écrit sur les thématiques liées à sa formation : finance, économie, immobilier. Romain travaille en tant que rédacteur web SEO depuis près de 5 ans, et publie régulièrement sur Actufinance.

Depuis 2022, il porte aussi la casquette de Consultant SEO et réalise des audits de sites internet pour ses clients. Issu d’une formation économique avec une licence validée à l’Université de Bordeaux et un master en école de commerce (IDRAC Bordeaux), il est rédacteur immobilier et finance. Poussé dans le bain des actifs numériques, il s’intéresse au potentiel disruptif qu’offrent ces actifs.

C’est ainsi dans une démarche de démocratiser l'usage et la compréhension des cryptomonnaies que Romain collabore avec Actufinance. Lorsqu’il ne traite pas de l’actualité crypto, il rédige des guides complets sur le trading, les actions à fort potentiel ou encore les manières de diversifier son portefeuille d’actifs. Il s'est également spécialisé dans les jeux d'argent en ligne et il rédige quotidiennement des guides et avis casinos.

Dernières Actualités

Dogecoin baisse de 20%
Crypto-monnaies

Dogecoin baisse de 20 % alors que Dogeverse casse la barre des 4,5 millions de dollars

prevelement fisc
Bourse et économie, Fiscalité / Impôts

Niveau historique des prélèvements obligatoires en France ?

La France est souvent considérée comme un pays où la pression fiscale est très élevée. En effet, le taux de prélèvements obligatoires, qui mesure la part des impôts et des cotisations sociales dans le produit intérieur brut (PIB), y est l’un des plus élevés d’Europe et du monde. Selon l’Insee, il s’établirait à 45,4 %...

Sponsorisé

Insanity Bets lance sa prévente : la première plateforme de jeu qui vous permet de devenir la maison

Le marché de la cryptomonnaie accueille cette année une nouvelle vague de projets créatifs. Le dernier à attirer une attention généralisée est Insanity Bets ($IBET). La vision novatrice proposée par cette initiative blockchain introduit une nouvelle ère dans le domaine de CasinoFi et GameFi. Voyons comment et ce que cela signifie pour les premiers investisseurs...

Sponsorisé

Fais de la place, DOGE, il y a un nouveau DOG COIN 1000X nommé WIENERAI

scorpion casino
Sponsorisé

La prévente de Scorpion Casino se termine le 14 avril alors que l’événement PinkSale en cours vise à battre des records – 10 millions de dollars levés pour la plateforme de partage des revenus

Sponsorisé

Scorpion Casino clôture une prévente épique en annonçant son lancement sur PinkSale offrant une dernière opportunité d’acheter du $SCORP au prix de prévente

Sponsorisé

Worldcoin a explosé de 700% en moins d’un an – Scorpion Casino est-il le prochain ?