Accueil Entretien avec Yves Bouget, Président Directeur Général de HF Company
ACTUALITÉS

Entretien avec Yves Bouget, Président Directeur Général de HF Company

Boursier.com : L’exercice 2010 a abouti à une très nette progression de la rentabilité de HF Company…

Y.B. : En valeur absolue, les niveaux de notre résultat opérationnel et celui de notre bénéfice sont historiques. Ils ont progressé de 37 et 50% en 2010. Le taux de marge opérationnelle atteint 6,7% et le taux de marge nette 4,3%.

Boursier.com : Concernant le Courant Porteur en Ligne (CPL), technologie stratégique pour vous, dont le chiffre d’affaires a atteint 12,2 ME l’an passé en progression de 20%, anticipez-vous une accélération de la croissance à moyen terme ?

Y.B. : C’est déjà le cas à court terme avec une croissance de 50% sur le seul quatrième trimestre 2010. Et nous attendons, en 2011, une croissance supérieure à celle du quatrième trimestre ! Le CPL va procurer à HF Company un avantage concurrentiel majeur sur ses marchés, grâce à LEA, seul ” pure player ” du business opérateur. Les opérateurs européens, qui s’intéressent de plus en plus à l’IPTV plus rentable grâce à tous les services supplémentaires commercialisables, seront séduits par le CPL. Deutsche Telecom commence à s’y intéresser. HF Company dispose des technologies qui ont été développées et éprouvées en France. J’estime que le CPL devrait représenter 25% de notre chiffre d’affaires en 2012, soit une masse de l’ordre de 50 ME.

Boursier.com : Avez-vous les moyens de répondre à ce marché en plein essor ?

Y.B. : HF Company a le potentiel pour devenir l’un des trois plus gros acteurs mondiaux du marché. Nous possédons la technologie, sur un marché multiplié par 2,5 chaque année. Le point à étudier concerne les investissements. J’évalue à 30 ME sur les 5 ans à venir les investissements nécessaires pour suivre, en solo, le développement du marché.

Boursier.com : Si vous faites le choix d’investir seuls, aurez-vous recours au marché ?

Y.B. : HF Company n’est pas endetté. Nous avons remboursé 20 ME en cinq ans, et ce malgré un pay-out de 50%. Nous pouvons donc envisager l’endettement comme piste de financement. Ou l’envisager dans le cadre d’un mix de financements.

Boursier.com : A quel niveau se situent vos parts de marché dans la TNT ?

Y.B. : Elles ont baissé, passant de 20% en 2008 à 11% fin 2010, mais notre chiffre d’affaires continue de progresser en valeur absolue, ainsi que la rentabilité. Cette baisse de part de marché s’explique avant tout par l’entrée de petits acteurs sur ce marché, adoptant une stratégie agressive sur les prix, mais proposant un service après-vente de faible qualité.

Boursier.com : Qu’en est-il du Haut-Débit ?

Y.B. : C’est sans doute, le pôle où nous avons enregistré la performance la plus extraordinaire en 2010. Nous sommes leaders mondiaux et avons engrangé 10 ME de chiffre d’affaires supplémentaires dans le domaine, notamment grâce au ” boom ” du marché américain qui a progressé de 31% l’an passé. On peut envisager une nouvelle croissance en 2011.

Boursier.com : La technologie de la fibre optique dont l’avènement est programmé en France, ne va pas dans votre sens, technologiquement parlant…

Y.B. : La fibre procure indéniablement un débit beaucoup plus important que le VDSL. Mais en a-t-on besoin quand on sait que le VDSL procure déjà plus de 100 mégabits ? Nos usages actuels ne la nécessitent pas ! Selon moi, ce choix français est à la fois un accident industriel et une aberration économique. Nous sommes légitimes à en parler parce qu’HF Company est leader mondial du Haut-Débit et que notre présence à l’international nous permet d’analyser les besoins, les technologies mises en face et les choix économiques effectués par les différents pays. Je pense que la fibre est une erreur historique pour la France. Elle ne se justifie ni au niveau technologique, puisque le VDSL se développe très vite, ni au niveau des usages des consommateurs, ni au niveau du coût gigantesque, engagé dans les opérations de génie civil.

Boursier.com : Concernant la Bourse, vous pourriez quitter le marché règlementé de NYSE/Euronext pour aller sur Alternext…

Y.B. : Non ! Je ne me suis pas engagé auprès d’investisseurs pour ensuite transférer le titre sur un marché où je leur dois moins de transparence ! Nous n’avons rien à cacher aux investisseurs ! HF Company affiche 11 ans de croissance du chiffre d’affaires et des bénéfices. L’investisseur ayant souscrit 1 Euro à notre introduction possède aujourd’hui 2,80 Euros. Nous avons toujours distribué environ 50% de nos bénéfices, et le rendement du titre est compris entre 5 et 10% depuis 11 ans. Tout ceci est plus que rare dans le domaine de l’électronique grand public !

Ajoutez Actufinance à vos flux Google Actualités

Questions & Réponses (0)

Vous avez une question? Notre panel d'experts est là pour vous répondre. Soumettre votre Question

Laisser un commentaire

Lire notre revue

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Charles Ledoux Journaliste Crypto

Charles Ledoux Journaliste Crypto

Charles est un rédacteur expérimenté, livrant ses travaux de fond à Actufinance. Durant ses années d’étude à la fac d’éco-gestion, il a développé ses connaissances sur l’économie et sur le monde de la finance. Grâce à cette formation, il a réussi à mieux comprendre les objets et les instruments de l’univers financier, il a pu redécouvrir le plein potentiel du marché crypto. Charles est un écrivain français, dévoué à créer une planète consciente.

Il a écrit son premier livre à 10 ans, et en a écrit quatre autres depuis. Il met ensuite ses compétences d’écrivain au service de l’éducation des crypto-monnaies. Il décide alors de rejoindre la formation de la Crypto-Academy, du célèbre YouTubeur Pompliano. Suite à un mois en formation, avec les meilleurs spécialistes des crypto-monnaies, pour finalement recevoir un diplôme NFT. Charles est, depuis 2022, au cœur des crypto-monnaies et de la technologie blockchain.

C’est pourquoi Charles a rejoint tout naturellement l’équipe d'Actufinance. L’industrie crypto, étant encore toute jeune, nécessite des passionnés, afin d’accélérer leur adoption. Il fera tout pour continuer à éduquer les autres. Fort de sa curiosité, il a aussi développé une réelle expertise dans le domaine du casino et le monde du jeu en ligne. Il participe notamment à la rédaction de guides et avis pour les amateurs de jeu et du divertissement en ligne.

Boursier.com : Vous aviez expliqué à l’issue du premier semestre que le taux de marge ne s’éroderait pas, (il était à 6.9% au premier semestre, NDLR) mais finalement ce n’est pas vraiment le cas…

Y.B. : Oui effectivement car nous avons rencontré des éléments conjoncturels qui sont venus perturber la réalité. Nous avons d’abord dû changer de manager en Espagne deux fois durant la même année ce qui a provoqué un certain ralentissement. Puis nous avons redéployé notre mode de commercialisation en Europe de l’Est qui nous a conduit à provisionner une charge de 1.4 millions d’euros. Toutefois, ce sont des éléments ponctuels qui sont déjà soldés dans les comptes de 2009. On ne les retrouvera pas en 2010.

Boursier.com : Avec le recul comment analysez-vous cette année, quelle est votre appréciation sur l’année 2009 écoulée ?

Y.B. : Selon moi, nous avons vécu une belle année dans un contexte économique fortement dégradé, voire sinistré, avec une croissance négative de PIB, des primes à la casse qui entrainent les consommateurs vers l’automobile et un secteur de l’EGP à -5% en Europe. Malgré cela, nous affichons une croissance organique de 5%, car nous sommes sur des marchés porteurs. Nous avons connu une croissance sur deux axes. D’abord la TNT à l’international ; nous avons été portés par le ” switch over “-fermeture des émetteurs analogiques en Espagne et en Italie-, ce qui a permis de multiplier notre chiffre d’affaires par 6 en Italie et par 2 en Espagne. 2009 a par ailleurs vu l’avènement de la technologie CPL-courant porteur en ligne- système qui permet de faire passer tous les signaux internet par les lignes de courant électrique. En 2010, un 3ème axe fort viendra accélérer notre croissance, à savoir la TNT en France, où le switch-over a commencé en février.

Boursier.com : Qu’en est-il du segment haut débit qui avait particulièrement souffert ?

Y.B. : Nous étions prudents sur le haut débit par manque de visibilité et nous le sommes toujours, même si nous avons connu une forte accélération au quatrième trimestre 2009. La vraie question est de savoir si cette accélération marque les prémices d’une vraie reprise du haut débit. Nous avons quelques signes qui nous font penser que oui. D’abord on ne reconstitue pas ses stocks si on n’a pas de ventes. Deuxièmement, la technologie VDSL commence à s’imposer sur le marché, surtout aux Etats-Unis. Le VDSL est symétrique, il peut traiter jusqu’à 50MB, aussi bien en signal montant que descendant. Alors que l’ADSL est asymétrique, et à 20MB. Donc c’est un très bon compromis entre la fibre et l’ADSL. Aux Etats-Unis, le marché est très porteur, chez nous cela représente environ 20% du marché. Notre position de leader mondial et notre présence sur les plus grands marchés, US, Europe, Chine, nous conduisent donc, à défaut d’être optimistes, au moins plus positifs.

Boursier.com : Sur quels relais de croissance tablez-vous pour 2010 ?

Y.B. : Nos points forts pour cette année 2010 : le switch over qui a démarré le 1er février en France et qui va durer jusque fin 2011. Nous détenons aujourd’hui 20% de parts de marché en France. Le passage au tout numérique sera donc un point de croissance très fort pour le groupe. Nous espérons également doubler notre chiffre d’affaires sur tous les produits à technologie courant porteur en ligne, qui s’impose sur le marché français et qui devrait l’être sur le marché européen.

Boursier.com : Vous ne faites cependant pas de prévisions chiffrées pour le nouvel exercice…

Y.B. : Oui, sur le CPL nous pensons doubler notre chiffre d’affaires autour de 20 millions d’euros, je rappelle qu’en 2005 nous faisions 0 ! Et nous pensons que cette croissance exponentielle continuera longtemps. A ce sujet, nous allons d’ailleurs sortir un produit révolutionnaire qu’on appelle le ” multi-room ” et qui permettra, grâce au CPL de mettre un deuxième téléviseur dans la maison sans avoir à passer le moindre câble. Il sortira au début du deuxième trimestre 2010.

Ajoutez Actufinance à vos flux Google Actualités

Questions & Réponses (0)

Vous avez une question? Notre panel d'experts est là pour vous répondre. Soumettre votre Question

Laisser un commentaire

Lire notre revue

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Charles Ledoux Journaliste Crypto

Charles Ledoux Journaliste Crypto

Charles est un rédacteur expérimenté, livrant ses travaux de fond à Actufinance. Durant ses années d’étude à la fac d’éco-gestion, il a développé ses connaissances sur l’économie et sur le monde de la finance. Grâce à cette formation, il a réussi à mieux comprendre les objets et les instruments de l’univers financier, il a pu redécouvrir le plein potentiel du marché crypto. Charles est un écrivain français, dévoué à créer une planète consciente.

Il a écrit son premier livre à 10 ans, et en a écrit quatre autres depuis. Il met ensuite ses compétences d’écrivain au service de l’éducation des crypto-monnaies. Il décide alors de rejoindre la formation de la Crypto-Academy, du célèbre YouTubeur Pompliano. Suite à un mois en formation, avec les meilleurs spécialistes des crypto-monnaies, pour finalement recevoir un diplôme NFT. Charles est, depuis 2022, au cœur des crypto-monnaies et de la technologie blockchain.

C’est pourquoi Charles a rejoint tout naturellement l’équipe d'Actufinance. L’industrie crypto, étant encore toute jeune, nécessite des passionnés, afin d’accélérer leur adoption. Il fera tout pour continuer à éduquer les autres. Fort de sa curiosité, il a aussi développé une réelle expertise dans le domaine du casino et le monde du jeu en ligne. Il participe notamment à la rédaction de guides et avis pour les amateurs de jeu et du divertissement en ligne.

Boursier.com : Votre groupe a bien résisté au premier semestre. Quels sont les éléments qui vous ont permis d’atteindre cette croissance de l’activité ?

Y.B. : HF Company a bien performé dans un univers économique très incertain et complètement détérioré au niveau financier, grâce à trois grands éléments. D’abord, nous profitons d’un fort développement lié à la TNT, en Espagne, en Italie et en Angleterre. Nous sommes arrivés à une période de “switch over” : le signal de la télévision est passé de l’analogique au digital et les gens qui ne sont pas équipés d’un poste capable de lire ce signal doivent donc se procurer un adaptateur. Nous sommes installés depuis 2001 dans ces trois pays, et nous profitons à plein de cet effet avec 500.000 adaptateurs vendus au premier semestre 2009.

Boursier.com : Quels sont les deux autres éléments qui ont contribué à cette résistance ?

Y.B. : Le deuxième élément, c’est la performance de la technologie “courant porteur en ligne”, appelée aussi “CPL”. Nous avons inauguré cette technologie sur le marché par l’intermédiaire des opérateurs télécom pour éviter les câbles disgracieux qui relient le modem et la box dans la maison. Enfin, dernier élément : le 15ème semestre consécutif de croissance pour tous nos produits de gestion des accès électroniques, comme les portiers vidéo ou les alarmes. Les consommateurs européens en sont très friands…

Boursier.com : Quel est le chiffre d’affaires généré par la technologie CPL ?

Y.B. : Cette technologie nous a permis de faire à peu près 2 Millions d’euros en 2007, 5 Millions d’euros en 2008 et une dizaine de Millions d’euros en 2009. Sa croissance est de 77% au premier semestre et cela va continuer…

Boursier.com : Le segment haut-débit avait particulièrement souffert en 2008. Comment se porte t-il aujourd’hui ?

Y.B. : Le haut-débit s’est arrêté du jour au lendemain en octobre dernier, comme l’univers de la finance et le monde économique. Il s’appuie sur des marchés d’équipements structurels et c’est l’Etat qui prend les décisions. Nous en avons subi les conséquences et notre chiffre d’affaires a diminué de 20%, car aujourd’hui le structurel n’a toujours pas redémarré, que ce soit en Asie, en Europe ou aux Etats-Unis. Nous exportons à hauteur de 98% dans ce métier, nous en sommes le leader mondial, donc si le marché avait un tout petit peu repris nous en aurions bien évidemment vu les prémices…

Boursier.com : Quid de la rentabilité de ce segment ? Et quelles perspectives ?

Y.B. : Notre chiffre d’affaires a reculé de 20% mais nous parvenons à dégager la même marge opérationnelle, ce qui est une vraie performance en termes de rentabilité ! La visibilité, elle, dépend des plans de relance, qui sont tous au même point, aussi bien en France qu’à l’étranger… Les crédits n’ont toujours pas été débloqués, et il n’y a toujours pas de décision pour leur mise en oeuvre. Nous pensons donc voir les prémices d’un redémarrage de l’économie structurelle aux alentours du deuxième trimestre, ce qui n’empêchera pas d’ici-là de continuer nos efforts de gestion pour conserver la marge opérationnelle adéquate.

Boursier.com : En ce qui concerne l’ensemble du groupe, faut-il s’attendre à un deuxième semestre en croissance, sachant que vous allez entrer dans une période avec un effet de base assez favorable ?

Y.B. : Le second semestre ne pourra pas être moins bon que le premier ! C’est toujours difficile, dans le contexte économique actuel, de dire que les choses s’améliorent… Pourtant, je reste persuadé que le deuxième semestre devrait nous permettre, effet de base compris, de nous trouver sur un cycle de croissance sur l’ensemble de l’année. Nous avions une marge opérationnelle aux alentours de 6,9% au premier semestre, je ne vois pas de raison pour qu’elle s’érode. Mais nous ne sommes jamais à l’abri d’une volumétrie plus importante qui nous permette d’abaisser les coûts…

Ajoutez Actufinance à vos flux Google Actualités

Questions & Réponses (0)

Vous avez une question? Notre panel d'experts est là pour vous répondre. Soumettre votre Question

Laisser un commentaire

Lire notre revue

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Charles Ledoux Journaliste Crypto

Charles Ledoux Journaliste Crypto

Charles est un rédacteur expérimenté, livrant ses travaux de fond à Actufinance. Durant ses années d’étude à la fac d’éco-gestion, il a développé ses connaissances sur l’économie et sur le monde de la finance. Grâce à cette formation, il a réussi à mieux comprendre les objets et les instruments de l’univers financier, il a pu redécouvrir le plein potentiel du marché crypto. Charles est un écrivain français, dévoué à créer une planète consciente.

Il a écrit son premier livre à 10 ans, et en a écrit quatre autres depuis. Il met ensuite ses compétences d’écrivain au service de l’éducation des crypto-monnaies. Il décide alors de rejoindre la formation de la Crypto-Academy, du célèbre YouTubeur Pompliano. Suite à un mois en formation, avec les meilleurs spécialistes des crypto-monnaies, pour finalement recevoir un diplôme NFT. Charles est, depuis 2022, au cœur des crypto-monnaies et de la technologie blockchain.

C’est pourquoi Charles a rejoint tout naturellement l’équipe d'Actufinance. L’industrie crypto, étant encore toute jeune, nécessite des passionnés, afin d’accélérer leur adoption. Il fera tout pour continuer à éduquer les autres. Fort de sa curiosité, il a aussi développé une réelle expertise dans le domaine du casino et le monde du jeu en ligne. Il participe notamment à la rédaction de guides et avis pour les amateurs de jeu et du divertissement en ligne.

Boursier.com : Comment la société que vous dirigez, HF Company, aborde t-elle le nouvel exercice ?

Y.B. : HF Company n’est pas endettée et dispose d’une trésorerie importante. La société est plus que jamais capable de dégager du cash net, comme elle l’a démontré en 2008. Notre très bon résultat net en 2008 témoigne de la belle résistance de notre modèle.

Boursier.com : Quels ont été les segments les plus touchés par la crise ?

Y.B. : Nous avons été durement touchés au deuxième semestre sur notre activité Haut Débit. L’activité sur le marché américain est tombée à 0 lors des deux derniers mois de l’année et le marché asiatique s’est effondré de 80% sur la même période. Nous avons coupé notre programme de développement sur l’IPTV et recentré notre effort sur le coeur d’activité.

Boursier.com : Malgré la baisse de 10% du RNPG, vous ne touchez pas au dividende.

Y.B. : Nos actionnaires ont été bien traités en 2008, avec un dividende de 0,66 Euro par titre et un programme de rachats d’actions qui au total a permis de rendre 6,3 ME aux actionnaires. Pour 2009, il nous semble adéquat de maintenir le dividende à 0,66 Euro par titre.

Boursier.com : Vous ne faites pas de prévisions chiffrées pour 2009. Quelles tendances pouvez-vous toutefois annoncer ?

Y.B. : Nous n’avons pas d’éléments négatifs nous faisant penser que nous ne devrions pas connaître une croissance en 2009. Il faudra observer les effets opposés des différents segments qui ne connaîtront pas le même sort. Concernant le haut débit, il serait illusoire de penser que le déficit qui sera enregistré en début d’année, sera comblé au deuxième semestre. Le redressement de cette activité dépendra de la vitesse de mise en oeuvre des plans de relance américain et européen. Comme ils sont concentrés sur les infrastructures, nous devrions être bien placés pour en profiter.

Boursier.com : Comment a évolué votre part de marché dans les appareils de réception de la TV numérique?

Y.B. : Notre part de marché est en baisse, mais nous place autour de 15%. Ce sont notamment les marques distributeurs qui ont progressé durant la période récente. Nous avons fait un travail de développement de produits de niche, plutôt que de nous intéresser aux volumes. Ce qui a entrainé une baisse du chiffre d’affaires. Désormais, le retour aux volumes va pouvoir s’opérer et un nouveau cycle favorable va pouvoir démarrer en 2009.

Boursier.com : Comment se profile 2009 sur ce segment?

Y.B. : Nous n’avons jamais été dans une position aussi bonne qu’aujourd’hui. Il y a encore 20 millions de télévisions à équiper en France. De plus, nous nous présentons en position de challenger dans de nouveaux pays comme le Portugal, et les pays de l’Est, qui ouvrent leur marché au numérique.

Ajoutez Actufinance à vos flux Google Actualités

Questions & Réponses (0)

Vous avez une question? Notre panel d'experts est là pour vous répondre. Soumettre votre Question

Laisser un commentaire

Lire notre revue

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Charles Ledoux Journaliste Crypto

Charles Ledoux Journaliste Crypto

Charles est un rédacteur expérimenté, livrant ses travaux de fond à Actufinance. Durant ses années d’étude à la fac d’éco-gestion, il a développé ses connaissances sur l’économie et sur le monde de la finance. Grâce à cette formation, il a réussi à mieux comprendre les objets et les instruments de l’univers financier, il a pu redécouvrir le plein potentiel du marché crypto. Charles est un écrivain français, dévoué à créer une planète consciente.

Il a écrit son premier livre à 10 ans, et en a écrit quatre autres depuis. Il met ensuite ses compétences d’écrivain au service de l’éducation des crypto-monnaies. Il décide alors de rejoindre la formation de la Crypto-Academy, du célèbre YouTubeur Pompliano. Suite à un mois en formation, avec les meilleurs spécialistes des crypto-monnaies, pour finalement recevoir un diplôme NFT. Charles est, depuis 2022, au cœur des crypto-monnaies et de la technologie blockchain.

C’est pourquoi Charles a rejoint tout naturellement l’équipe d'Actufinance. L’industrie crypto, étant encore toute jeune, nécessite des passionnés, afin d’accélérer leur adoption. Il fera tout pour continuer à éduquer les autres. Fort de sa curiosité, il a aussi développé une réelle expertise dans le domaine du casino et le monde du jeu en ligne. Il participe notamment à la rédaction de guides et avis pour les amateurs de jeu et du divertissement en ligne.

Dernières Actualités

CorgiAI, BOOK of meme en tendance sur CoinMarketCap
ACTUALITÉS, Crypto-monnaies

Ethereum baisse, mais les memecoins IA sont en feux

crypto à moins de un dollar
ACTUALITÉS, Crypto-monnaies

Cette crypto à 0,00031 $ pourrait valoir 1 dollar après son listing

Vendredi 24 mai 2024– La prévente de Dogeverse (DOGEVERSE) touche à sa fin, se clôturant à 10 h UTC le 3 juin 2024. C’est donc la dernière opportunité pour les investisseurs de rejoindre ce réseau multi-blockchains avant son listing sur les exchanges. Dogeverse a déjà levé près de 15 millions de dollars en prévente, témoignant de sa grande popularité...

ACTUALITÉS, Crypto-monnaies, NFT

Recap : tous les projets web 3 qui ont levé des millions de dollars

Découvrez tous les plus gros investissements qui ont été effectués cette semaine dans le web 3 : Le L2 RWA Plume Network lève 10 millions Le layer 2 RWA et modular Plume Network a annoncé avoir levé pour 10 millions de dollars. Plume Network est la première chaîne native pour les RWA et accueille déjà...

EUR/USD forex
ACTUALITÉS, Devises / Forex

La correction de l’EUR/USD se poursuit face aux doutes sur la baisse des taux de la Fed

instant casino juventus football
ACTUALITÉS

Instant Casino s’allie à la La Vieille Dame – Juventus !

memecoin AI explose
ACTUALITÉS

Les memecoins « AI » explosent : MemeAI, CorgiAI, WiernerAI

ACTUALITÉS, Crypto-monnaies, NFT

Les memecoins Ethereum explosent, WienerAI est le prochain x100 ?