Wall Street dans le rouge ce mardi

0
53
wall street

Suite à un weekend de trois jours en raison de la fête nationale aux États-Unis, les marchés américains sont dans le rouge ce mardi avec notamment une baisse de 1,1 % sur le S&P500 ainsi qu’une chute de 1 % sur le Dow Jones.

Des marchés américains en pleine descente

Le Nasdaq subissant toujours les contrecoups actuellement traversés par le secteur technologique offre quant à lui la plus forte chute avec une descente de 1,3 %. Ces statistiques laissent présager une semaine compliquée à l’heure où les marchés attendent avec impatience un certain nombre de rapports décisifs qui paraitront dans les jours prochains.

De son côté le baril de brut WTI profite d’une légère progression de 0,1 % sur le Nymex à 108,5 dollars tout comme l’once d’or qui avance également de 0,1 % pour un prix de 1 803 dollars.

On observe que l’ambiance est pour le moins bouillonnante en cette pré-séance du jour en conséquence du spectre de la récession ainsi qu’aux inquiétudes liées à une inflation extraordinairement forte et au contexte de raffermissement monétaire accéléré.

Les commandes manufacturières relatives au mois de mai devraient être rendues publiques dans la journée mais les indicateurs de l’économie américaine les plus attendus seront disponibles plus tard cette semaine. Il s’agit en particulier des indices ISM non manufacturier et PMI composite, tous les deux publiés ce mercredi, mais également de l’enquête ADP sur l’emploi dans le secteur privé qui sortira jeudi. Pour finir, ça sera le tour du rapport mensuel du Département du Travail pour le mois de juin.

L’un des experts de la Deutsche Bank a déclaré ce lundi :

« Nos économistes s’attendent à un ralentissement des créations de postes non agricoles à hauteur de 225 000 prévues contre 390 000 précédemment ; mais avec un chômage en baisse de 0,1 point à 3,5 %. Il y aura toujours beaucoup de demande de main-d’œuvre et les tensions sur le marché du travail se poursuivront, laissant ainsi la Fed avec un énorme dilemme alors que la croissance ralentit ».

Au niveau du détail des entreprises américaines

Delta Air et Boeing sont supposément sur le point de conclure à un accord à propos de 130 avions 737 Max 10 d’après les sources du journal The Air Current qui présage la date du mois de juillet au plus tard pour ce dernier.

De plus le célèbre constructeur de voitures électriques Tesla a présenté samedi 2 juin ses chiffres de production et de ventes de voitures sur le deuxième trimestre 2022 ; avec notamment 258 820 véhicules produits pour 254 965 vendus. Un score moins bon que celui du premier trimestre (avec respectivement 310 048 et 305 407) mais tout de même en hausse comparé à celui de la même période l’an dernier où pour rappel l’entreprise n’avait produit et vendu qu’un peu plus de 200 000 véhicules.

Ces chiffres sont à prendre en considération tout en gardant à l’esprit que le trimestre a été compliqué pour le constructeur suite à des pénuries généralisées sur les composants et l’usine chinoise de l’entreprise qui est restée à l’arrêt pendant près de trois semaines en avril et qui n’a jamais fonctionné à pleine capacité par la suite en conséquence du Covid.

De l’autre côté du globe on constate les bons résultats du continent asiatique avec en particulier le PMI japonais des services qui fait mieux que précédemment espéré tandis que l’inflation coréenne s’aligne finalement avec les prévisions. L’indice PMI Markit/Caixin chinois des services a par ailleurs très fortement battu le consensus à 54,5 en juin contre 49. Des performances à mettre en parallèle avec l’éventuelle décision future de Joe Biden au sujet de l’annulation des tarifs douaniers imposés à la Chine.

La Secrétaire américaine au Trésor Janet Yellen s’est entretenue à ce propos avec le vice-Premier ministre chinois Liu He via vidéoconférence selon l’agence de presse Xinhua et les délibérations sont décrites comme constructives par cette dernière.

Risque de perte en capital.