Accueil Les droits de succession en matière d’adoption
ACTUALITÉS, Bourse et économie, Fiscalité / Impôts

Les droits de succession en matière d’adoption

Zoom, dans cet article, sur l’égalité de tarifs des droits de succession entre les adoptions simples et les adoptions plénières  

L’adoption simple :

l’adopté simple peut être un enfant ou un adulte, et son consentement personnel est nécessaire s’il a plus de 13 ans.   

Si  l’adoptant est une personne seule, il doit avoir plus de 28 ans et au moins 15 ans de plus que l’adopté. Les parents adoptifs doivent être mariés depuis au moins 2 ans,  ou avoir chacun plus de 28 ans. 

Il existe plusieurs situations d’adoption simple : 

  • les parents ou le conseil de famille ont consenti à l’adoption, donnée par acte authentique devant notaire ou par le juge du tribunal d’instance ; 
  • Ce sont des pupilles de l’Etat. Sont concernés les enfants confiés au service de l’Aide Sociale à l’Enfance : 
  • Ce sont des enfants déclarés abandonnés par jugement. 

La demande en adoption simple est adressée au procureur de la République ou au tribunal de grande instance et le jugement figure en marge de l’acte de naissance.  L’adopté ajoute le nom de l’adoptant à celui de sa famille d’origine, mais s’il a plus de 13 ans, il peut conserver le nom de l’adoptant si celui-ci est d’accord. L’autorité parentale est exercée pleinement par le ou les adoptants.  Il y a obligation alimentaire réciproque entre l’adoptant et l’adopté.

L’adopté simple hérite de sa famille d’origine et de ses parents adoptifs.

L’adoption plénière :

elle est irrévocable et définitive et coupe tout lien avec la famille d’origine

Le ou les parents adoptifs et l’adopté sont soumis aux mêmes conditions que ci-dessus. Seuls des enfants de moins de 15 ans peuvent faire l’objet d’une adoption plénière, âge repoussé à 20 ans, lorsque l’enfant a été accueilli dans la famille adoptante avant l’âge de 15 ans ou quand une demande d’adoption simple a été formulée avant cette date. L’adoption plénière par un seul des conjoints exige le consentement de l’autre conjoint.

On ne peut adopter l’enfant de son conjoint que si son autre parent ne l’a pas reconnu, s’il a été déchu de l’autorité parentale, s’il est décédé sans laisser d’ascendants ou si ces derniers se sont désintéressés de l’enfant. Dans ce cas, aucun âge minimum n’est exigé pour l’adoptant : il suffit qu’il ait au moins 10 ans de plus que l’adopté. 

La procédure exige un agrément préalable de la DDASS. Après l’agrément, l’enfant est placé pendant au moins deux mois au foyer de l’adoptant. Celui-ci dépose ensuite une demande auprès du procureur de la République ou du tribunal de grande instance, qui dispose de six mois pour prononcer le jugement d’adoption plénière. Le nom de la famille d’origine est alors supprimé de l’acte de naissance et remplacé par le nom de l’adoptant. Plus personne, pas même l’intéressé, ne peut avoir accès à l’acte de naissance d’origine. L’enfant prend la nationalité et le nom de la famille adoptive, et il bénéficie exactement du même statut qu’un enfant légitime, notamment en matière successorale. 

adoption et taxes

L’alignement de la fiscalité des successions pour les adoptions simples, sur celle des adoptions plénières :

l’article 16 de la proposition de loi n° 799, déposée le 11 septembre 2014 relative à la protection de l’enfant prévoit que les transmissions à titre gratuit dans le cadre d’une adoption simple sont imposées comme les transmissions en ligne directe lorsque l’adoptant décède pendant la minorité de l’adopté. Il est pour ça tenu compte du lien de parenté entre le donateur ou le défunt et le bénéficiaire de la transmission, et de la situation personnelle du redevable.

Mais l’article 786 du code général des impôts (modifié par Décret n°2022-782 du 4 mai 2022 – art. 1), prévoit des exceptions et permet d’imposer certaines transmissions à titre gratuit entre adoptants et adoptés simples selon le régime fiscal applicable aux transmissions en ligne directe (avec application de l’abattement de 100 000 euros par part), notamment dans le cas où l’adopté a reçu de l’adoptant des secours et des soins non interrompus soit durant sa minorité, pendant au moins cinq ans, soit durant sa minorité et sa majorité, pendant au moins dix ans. L’adoptant doit avoir assuré la totalité des frais d’éducation et d’entretien de l’adopté pendant le délai prévu, et la preuve doit pouvoir en être apportée. A cet égard, La Cour de cassation le 6 mai 2014, a précisé que la notion de soins et secours ininterrompus n’imposait pas une prise en charge de l’adopté simple par l’adoptant exclusive, mais seulement continue et principale, ce que mentionne l’article 786 précité.

Ces dispositions bénéficient aux personnes adoptées après leur majorité, si elles ont commencé à bénéficier des soins et secours avant d’avoir atteint leur majorité et si la durée de ces soins a été de dix ans. Ainsi, seuls les adoptés simples majeurs répondant aux conditions rappelées ci-dessus bénéficient de la taxation en ligne directe.

Par ailleurs, ce même article 16 prévoit l’application du régime fiscal applicable aux transmissions de ligne directe aux adoptions simples, lorsque le décès de l’adoptant intervient pendant la minorité de l’adopté simple. Il a modifié en ce sens l’article 786 précité par l’ajout de la mention des « adoptés mineurs au moment du décès de l’adoptant ». 

Ajoutez Actufinance à vos flux Google Actualités

Questions & Réponses (0)

Vous avez une question? Notre panel d'experts est là pour vous répondre. Soumettre votre Question

Laisser un commentaire

Lire notre revue

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Didier Brochon Rédacteur Expert en Fiscalité

Didier Brochon Rédacteur Expert en Fiscalité

Dans la filière fiscale, je suis particulièrement compétent et formaté pour la fiscalité des entreprises et des particuliers, le contrôle fiscal et son assistance, les conseils aux entreprises et aux particuliers, le traitement des contentieux suite aux contrôles fiscaux, l'assistance aux vérifications de comptabilité informatisées (compétence informatique particulière dans le traitement des données), mais apte à défendre de la même manière un contrôle fiscal des particuliers (contrôle sur pièces, ou un examen contradictoire de la situation fiscale personnelle d'ensemble; impositions directes locales: taxe d'habitation, taxes foncières), je suis également compétent dans une autre spécialité mal connue, y compris de beaucoup d'avocats, les évaluations domaniales de valeurs vénales et de valeurs locatives d'immeubles, évaluations des indemnisations en matière d'expropriations pour cause d'utilité publique, et leurs contentieux (au sein de l'Agence France Domaine en qualité de Chargé de mission, évaluateur et commissaire du gouvernement devant le Juge de l'expropriation et devant les SAFER).

Ma carrière administrative m'a valu d'exercer dans pratiquement tous les domaines du droit fiscal, y compris international, au sein de plusieurs Grandes Directions Nationales (ex-DSGI aujourd'hui DRESG ; DNVSF, en liaison avec Bercy, puis dans une Grande Direction Régionale de contrôles fiscaux, la DIRCOFI Centre-Val de Loire). 

Plus que mes compétences techniques très étendues, ma personnalité s'est toujours distinguée par une exigence de rigueur, mon adaptabilité, l'esprit d'analyse et de synthèse, le pragmatisme, la créativité, réactivité, curiosité, l'aisance relationnelle et en équipe, la vitesse de compréhension et d'exécution, le goût de l'initiative, des responsabilités et de la négociation. J'aurais pu par exemple intégrer un cabinet spécialisé, pour assurer la défense des intérêts des clients dans les domaines précités. J'aurais tout aussi bien pu travailler en "back office" en défense et recours des contribuables vérifiés, sur études des dossiers, ou les assister pendant les vérifications. Mes principaux hobbies sont : musique, art en général et littérature en particulier, étant auteur publié, et je suis également intéressé par l'activité de rédacteur.

Mes compétences fiscales et "para-fiscales" sont des plus étendues : juridiques (droit civil, fiscal et pénal découlant du fiscal, et droit de l'urbanisme + droit administratif, public et constitutionnel).

Aujourd'hui à la retraite, je reste actif en qualité d'auto-entrepreneur, en matière de conseils et défense en fiscalité des particuliers uniquement, et secondairement conseil dans les activités liées à l'écriture. Mon site web professionnel est https://www.cdjf-casav.com, où je réponds aux contribuables (ou écrivains) qui me sollicitent (mes tarifs et honoraires y sont clairement mentionnés).

Dernières Actualités

instant casino juventus football
ACTUALITÉS

Instant Casino s’allie à la La Vieille Dame – Juventus !

memecoin AI explose
ACTUALITÉS

Les memecoins « AI » explosent : MemeAI, CorgiAI, WiernerAI

Alors que le memecoin fever bat son plein, de nouveaux projets afin de se démarquer, embarquent des fonctionnalités innovantes. C’est le cas de Meme AI et de Wiener AI qui attirent actuellement les crypto-enthousiastes avec leurs fonctionnalités d’IA. Meme AI (MEMEAI) : créez et vendez des memes grâce au Meme AI Generator Le memecoin MEME...

ACTUALITÉS, Crypto-monnaies, NFT

Les memecoins Ethereum explosent, WienerAI est le prochain x100 ?

Les memecoins Ethereum explosent alors que l’approbation des ETF ETH est sur le point d’être annoncée par la SEC. Les memecoins Ethereum reviennent en force Alors que les memecoins Solana étaient les stars depuis le début de ce bull market, le récent pump de +700 dollars de l’Ethereum en une journée aura relancé la machine...

crypto learn to earn
ACTUALITÉS

Cette prévente crypto BRC-20 explose les 1,5 million de dollars

3 cryptos à suivre avant que le BTC n'atteingne 75500
ACTUALITÉS

Les 3 cryptos à suivre avant que le Bitcoin n’atteigne 75 500 dollars

taxes et fraude
ACTUALITÉS, Bourse et économie, Fiscalité / Impôts

Quid des dérives fiscales du fichier FICOVIE

Pump de 25 % - est-il trop tard d'acheter PEPE
ACTUALITÉS

PEPE grimpe encore de 25 % – Est-il trop tard pour acheter PEPE ?