Accueil L’estimation de la mauvaise foi et jurisprudence
ACTUALITÉS, Bourse et économie, Fiscalité / Impôts

L’estimation de la mauvaise foi et jurisprudence

Les majorations fiscales de 40% et 80% des droits dus après vérification fiscale, doivent-elles être estimées à proportion des omissions ou inexactitudes commises par le contribuable, liées à d’autres sanctions pénales le concernant, ou à son mauvais comportement durant le contrôle ?

Le contrôle de l’impôt est assorti de sanctions. En la matière, on distingue essentiellement deux sortes de sanctions :

  • les sanctions pénales, qui conduisent à des peines correctionnelles et relèvent des tribunaux de l’ordre judiciaire, pour des faits particulièrement graves (fraude fiscale par exemple) ;
  • les sanctions fiscales répressives, qui viennent grever les rappels de droits éludés, lorsque la bonne foi du contribuable n’est pas retenue (on parle alors de « manquements délibérés ») ou lorsque l’administration considère que les rehaussements sont la conséquence de « manœuvres frauduleuses », ou pire,  « d’abus de droit ». Ces sanctions fiscales « répressives » possèdent le caractère de véritable punition.

Les pouvoirs du juge sur les sanctions fiscales :

On rappelle que, s’appuyant sur l’article 6 de la Convention européenne des droits de l’homme relatif aux droits de la défense, un juge a le pouvoir de se prononcer sur le principe et sur le montant de toute sanction ayant le caractère d’une punition (en ce sens, Cour de Cassation, com. du 22/02/2000 n° 97-17.822, RJF 5/2000 n° 737).

Cependant ni le Conseil d’Etat, ni la Cour européenne des Droits de l’Homme, ne reconnaissent au juge le pouvoir de se prononcer sur une quelconque modération de la sanction (en ce sens : C.E. requête n° 195 664, 8/07/1998 ; C.E.D.H., affaire n° 68/1997/852/1059 du 23/09/1998, RJF 11/1998 n° 1384).

Quelles sont ces sanctions fiscales ?

Selon les dispositions de l’article 1729 du Code général des impôts (CGI), « les inexactitudes ou les omissions relevées dans une déclaration ou un acte comportant l’indication d’éléments à retenir pour l’assiette ou la liquidation de l’impôt ainsi que la restitution d’une créance de nature fiscale dont le versement a été indûment obtenu de l’Etat entraînent l’application d’une majoration de :

–  40 % en cas de « manquement délibéré » ;

–  80 % en cas « d’abus de droit » au sens de l’article L 64 du Livre des Procédures Fiscales ; elle est ramenée à 40 % lorsqu’il n’est pas établi que le contribuable a eu l’initiative principale du ou des actes constitutifs de l’abus de droit ou en a été le principal bénéficiaire ;

–  80 % en cas de « manœuvres frauduleuses » ou de dissimulation d’une partie du prix stipulé dans un contrat ou en cas d’application de l’article 792 bis ».

S’agissant de la charge de la preuve, la loi opère un retournement de celle-ci, l’attribuant à l’administration fiscale, sur le principe que les omissions ou inexactitudes que peuvent commettre les contribuables dans leur déclaration ne peuvent être que présumées involontaires. Il incombe donc, dans le cas où il est fait application des pénalités visées à l’article 1729 du même Code, aux services fiscaux d’établir le caractère délibéré de l’omission ou de l’inexactitude ( article L 195 A du Livre des Procédures fiscales, LPF),  l’administration fiscale précisant que,  « s’agissant de la majoration de 40 % pour manquement délibéré, il appartient au service de réunir tous éléments d’information ou d’appréciation utiles en vue d’établir que le contribuable ne pouvait pas ignorer les insuffisances, inexactitudes ou omissions qui lui sont reprochées et que l’infraction a donc été commise sciemment ». Il en est de même pour un « abus de droit », ou pour des « manœuvres frauduleuses », « le caractère délibéré du manquement résultant de l’ensemble des éléments de fait de nature à établir que les erreurs, inexactitudes ou omissions commises par le contribuable n’ont pu l’être de bonne foi. Il s’apprécie donc en fonction des circonstances propres à chaque affaire ».

Chaque fois que les services fiscaux démontrent que l’intéressé a nécessairement eu connaissance des faits ou des situations qui motivent les rehaussements, le « manquement délibéré » est suffisamment établi, puisqu’il y a eu l’accomplissement conscient d’une infraction. Pour les « manœuvres frauduleuses », elles sont établies dès lors qu’elles résultent d’actes conscients et volontaires destinés à donner l’apparence de la sincérité à des déclarations en réalité inexactes de leurs auteurs et impliquant l’intention d’éluder tout ou partie de l’impôt.

Les positionnements du Conseil d’Etat 

Par rapport au « quantum fraudé ou dissimulé » :

Alors que la Haute Assemblée, dans ses considérants et arrêts, sur la question de l’ex- « mauvaise foi » appelée désormais « manquement délibéré », n’avait jamais établi de « chiffrage » ni déterminé de « montant de droits » à ne pas franchir, se limitant à rappeler que le fait d’éluder sciemment l’impôt valait à son auteur les sanctions ad hoc,  dans un arrêt du 15 octobre 2015 (requête n° 367 426), statuant sur l’application des pénalités visées à l’article 1729 du CGI, le Conseil d’Etat a jugé qu’en omettant de déclarer 60% de ses recettes fiscales, une société ne pouvait ignorer qu’elle avait méconnu son obligation de comptabiliser toutes ses recettes, et qu’elle avait encouru, à juste titre, l’application des majorations de 40% pour « manquements délibérés ». 

Par rapport à la dualité de sanctions : pénales et fiscales :

Selon une décision du Conseil d’État, les constatations de fait qui sont le support nécessaire d’un jugement définitif rendu par le juge pénal s’imposent au juge de l’impôt (en ce sens : Conseil d’Etat, 7 / 9 SSR, 24/11/1986, 49853, recueil Lebon). 

Cette position de la Haute Assemblée a été confirmée dans un arrêt du 23 juin 2022. La pénalité pour manquement délibéré ne peut pas être maintenue dès lors que le juge pénal a relaxé le contribuable, poursuivi pour fraude fiscale à raison des mêmes chefs et impôts, au motif qu’il ignorait la qualification des sommes au moment de leurs écritures par son comptable et de son obligation déclarative. Ces constatations de fait, qui sont revêtues de l’autorité de la chose jugée, sont de nature à lier le juge de l’impôt (en ce sens : CE 23 juin 2022, arrêt n°446656). Le juge de l’impôt est donc lié dans ce cas au jugement pénal, et il doit ordonner l’annulation de toutes majorations fiscales appliquées par le Fisc (« manquements délibérés » ; « manœuvres frauduleuses » ) !

Par rapport à l’établissement de la « preuve » du caractère « délibéré » de l’infraction fiscale :

Le comportement d’un contribuable, au cours d’une vérification fiscale, ne suffit pas en lui-même à justifier l’application de la pénalité pour « manquement délibéré »

Dans un arrêt n°432960 du 11 février 2021, le Conseil d’Etat rappelle qu’en cas de contestation des pénalités fiscales appliquées à un contribuable, la preuve du « manquement délibéré » incombe à l’administration (art. L 195 A du LPF), et que pour établir ce « manquement délibéré », celle-ci doit apporter la preuve, d’une part, de l’insuffisance, de l’inexactitude ou du caractère incomplet des déclarations et, d’autre part, de l’intention de l’intéressé d’éluder l’impôt.

Pour établir le « caractère intentionnel du manquement » du contribuable à son obligation déclarative, l’administration doit se placer « au moment de la déclaration » comportant l’indication des éléments à retenir pour l’assiette ou la liquidation de l’impôt, et  elle ne peut en aucune manière  se fonder exclusivement sur « l’attitude du contribuable pendant les opérations de contrôle » pour établir le « manquement délibéré », qu’il s’agisse de la part du contribuable soumis à vérification, d’une absence de collaboration au contrôle, ou qu’il se soit agi de réponses de sa part jugées insuffisamment probantes !

Ajoutez Actufinance à vos flux Google Actualités

Questions & Réponses (0)

Vous avez une question? Notre panel d'experts est là pour vous répondre. Soumettre votre Question

Laisser un commentaire

Lire notre revue

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Didier Brochon Rédacteur Expert en Fiscalité

Didier Brochon Rédacteur Expert en Fiscalité

Dans la filière fiscale, je suis particulièrement compétent et formaté pour la fiscalité des entreprises et des particuliers, le contrôle fiscal et son assistance, les conseils aux entreprises et aux particuliers, le traitement des contentieux suite aux contrôles fiscaux, l'assistance aux vérifications de comptabilité informatisées (compétence informatique particulière dans le traitement des données), mais apte à défendre de la même manière un contrôle fiscal des particuliers (contrôle sur pièces, ou un examen contradictoire de la situation fiscale personnelle d'ensemble; impositions directes locales: taxe d'habitation, taxes foncières), je suis également compétent dans une autre spécialité mal connue, y compris de beaucoup d'avocats, les évaluations domaniales de valeurs vénales et de valeurs locatives d'immeubles, évaluations des indemnisations en matière d'expropriations pour cause d'utilité publique, et leurs contentieux (au sein de l'Agence France Domaine en qualité de Chargé de mission, évaluateur et commissaire du gouvernement devant le Juge de l'expropriation et devant les SAFER).

Ma carrière administrative m'a valu d'exercer dans pratiquement tous les domaines du droit fiscal, y compris international, au sein de plusieurs Grandes Directions Nationales (ex-DSGI aujourd'hui DRESG ; DNVSF, en liaison avec Bercy, puis dans une Grande Direction Régionale de contrôles fiscaux, la DIRCOFI Centre-Val de Loire). 

Plus que mes compétences techniques très étendues, ma personnalité s'est toujours distinguée par une exigence de rigueur, mon adaptabilité, l'esprit d'analyse et de synthèse, le pragmatisme, la créativité, réactivité, curiosité, l'aisance relationnelle et en équipe, la vitesse de compréhension et d'exécution, le goût de l'initiative, des responsabilités et de la négociation. J'aurais pu par exemple intégrer un cabinet spécialisé, pour assurer la défense des intérêts des clients dans les domaines précités. J'aurais tout aussi bien pu travailler en "back office" en défense et recours des contribuables vérifiés, sur études des dossiers, ou les assister pendant les vérifications. Mes principaux hobbies sont : musique, art en général et littérature en particulier, étant auteur publié, et je suis également intéressé par l'activité de rédacteur.

Mes compétences fiscales et "para-fiscales" sont des plus étendues : juridiques (droit civil, fiscal et pénal découlant du fiscal, et droit de l'urbanisme + droit administratif, public et constitutionnel).

Aujourd'hui à la retraite, je reste actif en qualité d'auto-entrepreneur, en matière de conseils et défense en fiscalité des particuliers uniquement, et secondairement conseil dans les activités liées à l'écriture. Mon site web professionnel est https://www.cdjf-casav.com, où je réponds aux contribuables (ou écrivains) qui me sollicitent (mes tarifs et honoraires y sont clairement mentionnés).

Dernières Actualités

crypto mème insolite
ACTUALITÉS

Les 9 memecoins pour tourner 100 euros en 25 000 euros

ACTUALITÉS, Crypto-monnaies, NFT

Base devient le 2ème plus gros L2 en TVL, sur quel token investir ?

La blockchain Base ne finit plus de progresser et se place désormais dans le top 2 des L2 avec la plus grosse TVL. Découvrez pourquoi ils ont rencontré un tel succès. La blockchain de Coinbase Base n’en finit plus d’exploser Avant toute chose, il est bon de rappeler que la blockchain Base, développée par l’exchange...

PlayDoge lance le staking sur Ethereum
ACTUALITÉS

PlayDoge annonce le staking sur ETH après 4 millions $ levés

Deux semaines après le début de sa prévente, PlayDoge, le memecoin play-to-earn désormais multi-chain a déjà récolté près de 3,7 millions de dollars. Le projet a récemment annoncé le lancement de son option de staking sur Ethereum, s’ajoutant ainsi à celle déjà disponible sur sa blockchain initiale BNB Smart Chain. Ainsi, PLAY est accessible sur...

ACTUALITÉS, Crypto-monnaies, NFT

Selon Mark Cuban, Donald Trump pourrait battre Biden grâce à la crypto

listing crypto à venir pour SEAL
ACTUALITÉS

Listing crypto à venir pour Sealana qui casse les 4 millions dollars

ACTUALITÉS, Crypto-monnaies, Economie numérique, NFT

ETF Ethereum : une adoption après l’examen de la demande de ProShares par la SEC ?

ACTUALITÉS, Crypto-monnaies, Economie numérique, NFT

ZKsync annonce un airdrop de 3,6 milliards de tokens $ZK : qui est éligible ?