les caractéristiques des opcvm

0
0

a valeur liquidative est un élément important de l’OPCVM puisque son prix de souscription et son prix de rachat sont calculés à partir de ce montant. Les frais attachés à l’OPCVM sont aussi des éléments dont l’investisseur doit tenir compte.

La valeur liquidative

La valeur liquidative est obtenue en divisant le montant global du portefeuille de valeurs mobilières et des autres actifs détenus par le FCP ou la SICAV, par le nombre de parts ou d’actions émises. La valeur liquidative de l’OPCVM est donc la valeur de la part d’un fonds commun de placement ou de l’action d’une SICAV.

Les parts ou les actions de l’OPCVM peuvent être à tout moment souscrites ou rachetées à leur valeur liquidative.

La valeur liquidative de l’OPCVM correspond à la valeur du portefeuille divisée par le nombre d’actions ou de parts. La valeur est quotidienne pour les OPCVM les plus importants et hebdomadaire pour les autres.

Les OPCVM calculent et publient leur valeur liquidative :

  • chaque jour de bourse, lorsque le portefeuille de l’OPCVM est supérieur à 150 millions d’euros ;
  • au minimum toutes les deux semaines si le portefeuille de l’OPCVM est inférieur à 150 millions d’euros. La notice ou le prospectus peut néanmoins prévoir une plus grande fréquence (toutes les semaines ou encore quotidiennement).

La valeur liquidative est obligatoirement affichée dans les locaux de l’établissement qui commercialise l’OPCVM.

La valeur liquidative peut également figurer dans certains quotidiens. La plupart des sociétés de gestion publient les valeurs liquidatives des OPCVM sur leur site internet.

La souscription ou le rachat peuvent se faire à cours connu sur la base de la dernière valeur liquidative calculée ou sur la prochaine valeur liquidative qui sera calculée et on parle alors de cours inconnu.

Les frais de souscription et de rachat

Les frais de souscription s’ajoutent à la valeur liquidative de l’OPCVM. L’investisseur doit les payer à chaque fois qu’il achète des parts ou des actions d’OPCVM. Les frais de rachat se déduisent du montant brut à encaisser (valeur liquidative X nombre de parts ou d’actions d’OPCVM).

Les frais de souscription sont payés lors de l’achat et viennent donc augmenter le prix d’achat.

Les frais de rachat ou « droits de sortie » fonctionnent sur le même principe que les frais de souscription mais s’appliquent à la revente des parts.

Ces frais servent généralement à rémunérer la commercialisation des différents fonds. Ils sont potentiellement négociables (réglés soit à la société de gestion, soit à l’organisme en charge de la distribution de l’OPCVM).

Ces frais peuvent également être en partie reversés à l’OPCVM, pour couvrir les frais liés au placement des sommes perçues.

Elles servent à compenser les frais supportés par l’OPCVM pour investir ou désinvestir les avoirs confiés par l’investisseur. Les droits d’entrée peuvent éventuellement être dégressifs selon les montants investis ou forfaitaires.

Les frais de gestion

Les autres frais appliqués à l’OPCVM (notamment les frais de gestion) sont directement facturés à l’OPCVM.

Ils sont déjà déduits de la valeur liquidative de la part ou de l’action d’OPCVM achetée.

Les frais de fonctionnement et de gestion ne sont pas négociables car ils sont directement intégrés au calcul de la valeur liquidative de l’OPCVM.

Les frais de fonctionnement et de gestion rémunèrent le service de la gestion collective, avec notamment, le travail du gérant du fonds, les coûts de fonctionnement et les coûts de distribution de l’OPCVM.

Mise à jour le 07/03/2012

lire aussi…

La loi bancaire et les principales directives

Les activités bancaires traditionnelles

La banque de marché et d’investissement

La gestion des flux monétaires

La gestion des flux d’investissement

L’organisation de la banque d’investissement

La gestion collective

Les systèmes de compensation et de règlement

La gestion des risques

La bancassurance

Les métiers bancaires

La comptabilité et le résultat bancaire

Sommaire intégral du Guide de la Banque