les futures ou contrats à terme

0
0

es contrats à terme ou futures permettent de se couvrir principalement contre les risques de variation de cours des actifs sachant que les acteurs économiques ne sont pas exposés aux mêmes risques et également de la même façon. Les futures sont donc une réponse au besoin de se couvrir contre les risques de variations défavorables pour l’investisseur comme pour l’emprunteur.

Définition et caractéristiques d’un future

Un future ou contrat à terme est un contrat standardisé négocié sur un marché organisé permettant de s’assurer ou de s’engager sur un prix pour une quantité déterminée d’un produit donné (le sous-jacent) à une date future.

Il existe toute une panoplie de contrats dont les caractéristiques sont prédéterminées en fonction des besoins exprimés par les agents économiques :

  • Le sous-jacent peut être une matière première ou un actif financier
  • Le nominal est la base de calcul permettant de déterminer les gains ou les pertes réalisés
  • Le mode de cotation est souvent exprimé en pourcentage de la valeur du contrat
  • Les échéances sont mensuelles, trimestrielles ou annuelles
  • Le mode de dénouement s’effectue par livraison du sous-jacent (le moins fréquent) ou en cash

Les contrats organisés se négocient exclusivement sur des marchés organisés et réglementés (Euronext Liffe, Eurex,…).

Lors de l’exécution d’une transaction, une chambre de compensation vient s’interposer entre les deux parties. Elle devient l’acheteur pour tous les vendeurs et le vendeur pour tous les acheteurs. La chambre de compensation assure ainsi la sécurité du dénouement des transactions et par la même occasion celle des intervenants.

A l’échéance des contrats, les dénouements interviennent en fonction des spécificités des contrats. Il peut s’agir soit d’une livraison effective du sous-jacent par le vendeur, soit en cash au prix du marché, les vendeurs payant alors aux acheteurs la valeur des contrats au jour de la liquidation.

En règle générale, la majorité des participants a dénoué sa position bien avant le terme du contrat, en achetant (ou vendant) la même quantité de contrats vendue (ou en achetant) à l’origine, ce qui a pour effet de solder leur position.

Le prix des futures suit de près les prix de l’actif sous-jacent.

Le marché au comptant et le marché des futures tendent à converger lorsque l’on se rapproche de l’échéance des futures.

Exemple d’utilisation d’un contrat

Le 29 septembre 2010, l’entreprise Lamane anticipe une hausse des taux d’intérêt et veut se garantir le taux de son prochain crédit de 30 millions d’Euros à EURIBOR + 0,5% qui sera mis en place le 01/10/2010 échéance du prêt le 30/09/11.
Cette société intervient en vendant le 29 septembre 2010, 30 contrats EURIBOR 3 mois avec échéance au 30/09/11. Le taux de l’EURIBOR est au 29 septembre de 7,125%. La valeur notionnel (sa base de calcul) d’un contrat EURIBOR 3 mois est de 1 000 000 euros, sachant que la valeur du contrat monte lorsque le taux EURIBOR baisse et inversement. Quel sera le résultat de l’opération à terme, en prenant pour hypothèse que l’EURIBOR sera au 30 septembre 2011 de :
a. 9%.
b. 4%.
c. 7,125%.

Les réponses sont les suivantes (hors prorata temporis):

a. Hypothèse où l’EURIBOR est à 9%

Vente des 30 contrats = 30 x 1 000 000 x (92,875 / 100) = 27 862 500.
Achat des 30 contrats = 30 x 1 000 000 x (91 / 100) = 27 300 000.
Résultat : + 562 500

b. Hypothèse où l’EURIBOR est à 4%

Vente des 30 contrats = 30 x 1 000 000 x (92,875 / 100) = 27 862 500.
Achat des 30 contrats = 30 x 1 000 000 x (96 / 100) = 28 800 000.
Résultat : – 937 500

c. Hypothèse où l’EURIBOR est à 7,125%

Vente des 30 contrats = 30 x 1 000 000 x (92,875 / 100) = 27 862 500.
Achat des 30 contrats = 30 x 1 000 000 x (92,875 / 100) = 27 862 500.
Résultat : 0

lire aussi…

La loi bancaire et les principales directives

Les activités bancaires traditionnelles

La banque de marché et d’investissement

La gestion des flux monétaires

La gestion des flux d’investissement

L’organisation de la banque d’investissement

La gestion collective

Les systèmes de compensation et de règlement

La gestion des risques

La bancassurance

Les métiers bancaires

La comptabilité et le résultat bancaire

Sommaire intégral du Guide de la Banque